Navigation – Plan du site

Éditorial : Anglais de spécialité et milieux professionnels

Marion Charret-Del Bove, Philippe Millot et Séverine Wozniak
p. 2-5

Texte intégral

1En quelques décennies, l’anglais, en tant que langue de travail, s’est diffusé dans de nombreux secteurs d’activité et organisations. Ce phénomène a conduit à une montée en puissance des enjeux de la pratique de l’anglais dans les milieux professionnels en France et dans le monde en termes d’acquisition de nouveaux marchés, de formation linguistique et de besoins en traduction. Alors que les diplômes de l’enseignement supérieur français visent une plus grande internationalisation et une meilleure professionnalisation, ces enjeux ont des répercussions profondes sur la manière d’envisager l’enseignement de l’anglais dans ces diplômes, que ce soit aux spécialistes de la langue ou aux spécialistes d’autres disciplines qui utiliseront cette langue à des fins spécialisées. Dans ce contexte, l’analyse des discours professionnels en anglais fait l’objet, à juste titre, d’une attention grandissante des linguistes, en particulier des anglicistes de spécialité. Les communautés professionnelles étant potentiellement très nombreuses et variées, les discours professionnels forment un champ d’études particulièrement vaste. Il couvre tout d’abord des objets très divers : discours des organisations et des grandes entreprises, discours des communautés professionnelles, communication externe ou interne, impacts de la technologie sur les discours et la langue, etc. Il concerne ensuite les différentes voies d’accès à ces discours : enquêtes de terrain, sociologie des organisations, ethnographie de la communication, analyse de besoins, études de genre, analyse de corpus, analyse critique du discours ou encore approche terminologique. Enfin, ce champ concerne la finalité des travaux en tant que telle, qu’il s’agisse de pures explorations, d’explorations à visées didactiques ou de travaux à des fins de formation dans les organisations.

2Depuis les années 1980 et 1990, l’analyse des discours professionnels connaît un développement significatif ; en témoigne la prolifération d’articles et d’ouvrages portant sur ce thème dont certains sont devenus des classiques (Bhatia 1993 ; Candlin 2002 ; Bargiala-Chiappini, Nickerson & Planken 2007 ; Koester 2010). La recherche dans le champ de la connaissance s’est par ailleurs fortement structurée autour de sociétés savantes américaines telles que l’Association for Business Communication et de revues scientifiques telles que Journal of Business Communication, Journal of Business and Technical Communication Quarterly ou encore Management Communication Quarterly. Au départ ancrés dans les besoins concrets et immédiats des professionnels, ces travaux de recherche ont progressivement quitté leur port d’attache pour emprunter des voies plus théoriques : caractérisation du concept de genre professionnel, élaboration d’une analyse propre aux discours professionnels, développement de méthodologies spécifiques à certains milieux pour le recueil de données, qu’il s’agisse d’observations de terrain, d’ethnographie, de terminologie ou de linguistique de corpus. La multiplicité des objets et des méthodologies permet de dessiner trois grandes zones du discours professionnel. Le discours des affaires (business discourse) est la zone historique du domaine et concerne la communication dans les grandes organisations et les discours dans les milieux d’affaires. Le discours professionnel (professional discourse) porte essentiellement sur le discours expert en contexte professionnel. Enfin, la zone du discours en milieu professionnel (workplace discourse), la plus récente, est en réalité la plus large en ce qu’elle porte sur tout type de discours issu de n’importe quel contexte professionnel allant de l’entreprise privée jusqu’au service public, autour d’actions plus ou moins spécialisées.

3Si la recherche est particulièrement nourrie notamment aux États-Unis, en Asie et dans les pays d’Europe du Nord, l’exploration des milieux professionnels et de leur discours se développe parallèlement en France, à la fois chez les spécialistes du français langue étrangère (Mourlhon-Dallies 2008) et chez les anglicistes de spécialité. Depuis 2004 et le colloque de Poitiers suivi d’un numéro spécial de ASp, « Anglais de spécialité et milieux professionnels », la caractérisation de l’anglais dans les milieux professionnels s’est accélérée en empruntant deux voies complémentaires. La première, inspirée des travaux anglo-américains, explore la facette linguistique et discursive des milieux professionnels par le biais d’analyses des genres et des terminologies professionnelles. La seconde aborde les milieux professionnels à travers leur histoire et leur culture. De cet ensemble de travaux émerge l’idée fondamentale que le concept de milieu professionnel dépasse très largement les questions, certes centrales, mais relativement limitées, de genre, de lexique et de terminologie professionnels, pour embrasser l’univers conceptuel beaucoup plus vaste des domaines spécialisés. Comme ce 71e numéro de ASp tend à le monter, chaque milieu professionnel possède une finalité qui le distingue des autres milieux en structurant ses discours et ses logiques d’action : discours du soin dans les milieux hospitaliers, discours de la résolution de problème chez les ingénieurs et les techniciens, discours des grandes entreprises, etc. Les milieux professionnels étant particulièrement variés, l’analyse de ceux-ci et de leur discours forment donc un champ d’études très étendu que le concept de domaine spécialisé nous permet d’éclairer par le prisme du corps de métier (l’ingénieur, le médecin, le juriste d’affaires, etc.), par celui de la discipline (l’électronique, la médecine, le droit des affaires, etc.) ou par celui des pratiques professionnelles, transversales aux métiers et aux disciplines, comme le management ou la diplomatie. Transposé en contexte professionnel, le concept de spécialisé comme « univers intentionnel » (Van der Yeught 2016) nous paraît ainsi particulièrement porteur pour la structuration du milieu professionnel. En effet, chaque milieu professionnel est, par définition, orienté vers la réalisation d’actions plus ou moins concrètes. Ces actions sont réalisées par des acteurs sociaux, les professionnels, qui, par le biais de leur exposition à des milieux spécifiques, en acquièrent progressivement la culture et la langue. Aussi, l’analyse du discours de ces milieux professionnels apparaît aujourd’hui comme un domaine fécond pour les anglicistes de spécialité. Grâce à la place accordée au « spécialisé » dans ce type de discours, les six articles inclus dans ce numéro spécial visent à apporter une contribution originale au domaine de l’analyse des discours professionnels.

4Dans un texte visant à illustrer le rôle des normes dans l’analyse de la fonction de régulation en œuvre dans les milieux professionnels, Caroline Benedetto se penche en particulier sur le cas des milieux de la santé, du droit et de l’ingénierie au Royaume-Uni. La régulation s’applique ici au respect des normes et de la réglementation, notamment dans l’accès à la profession et la pratique des professionnels. À travers l’étude du discours institutionnel concernant les milieux professionnels, Caroline Benedetto conclut sur la diversité terminologique dans les modes de désignation des acteurs collectifs de la régulation et la remise en cause des procédures d’auto-évaluation des professionnels.

5Hélène Laffont s’intéresse également aux questions de normes et de normalisation, à partir d’une étude de cas, celui de l’Environmental Management Plan mis en place par le consortium MVB entre 2008 et 2013 au moment de la construction du Lee Tunnel à Londres. Après avoir proposé un historique de l’évolution de la notion de norme technique dans le domaine de l’ingénierie, elle note que le discours de normalisation, qu’il soit premier (normes internationales) ou second (normes internes à l’entreprise) et qui vise à harmoniser les échanges afin de les faciliter, ne concerne plus seulement aujourd’hui les processus et les produits, mais également la gestion des ressources humaines. Elle constate que les choix langagiers effectués dans le cadre du processus de normalisation sont distincts selon qu’il s’agit d’un discours de normalisation premier (où l’expression de l’obligation est dominante) ou d’un discours de normalisation second, qui, tout en protégeant l’entreprise, invite au dialogue.

6La question des normes rédactionnelles dans les discours procéduraux et, plus particulièrement, dans les manuels d’utilisation d’appareils chez les électroniciens, figure au centre de l’analyse de Margaux Coutherut. À partir de deux corpus de manuels conçus pour une observation fine de ce genre procédural, l’auteure dégage tout d’abord des principes de rédaction dont les retombées pédagogiques sont immédiates à la fois pour les apprenants de cette langue de spécialité et pour les électroniciens exposés à la rédaction de manuels en anglais. Au cours de son analyse de genre, M. Coutherut présente des réalités culturelles centrales au métier d’électronicien, telles que la connaissance experte des machines, le respect des procédures, la limitation des risques ou encore la recherche de la précision.

7Le milieu des professionnels de santé constitue le contexte de la recherche menée par Didier Carnet et Jean-Pierre Charpy. Celle-ci porte sur le discours spécialisé du domaine tel qu’il est étudié et enseigné par les anglicistes de spécialité et s’attache à analyser les différences entre le discours produit par les professionnels sur le terrain (en tant que « pratique sociolinguistique entre professionnels de santé anglophones ou non anglophones utilisant l’anglais médical ») et le discours produit à l’attention des futurs professionnels en formation (discours fictifs et didactisés). Leur étude les amène à plaider pour un enseignement collaboratif entre les professionnels de santé, les experts scientifiques et les linguistes (team teaching), illustré par quatre projets à visée pédagogique menés au cours des vingt dernières années à l’UFR Sciences de Santé de Dijon.

8L’étude proposée par Fanny Domenec porte sur la visibilité de plus en plus grande des professionnels des sciences, des technologies et de la santé dans la communication des entreprises américaines, notamment celles œuvrant dans des domaines technologiques controversés (tels que l’agrochimie, le pétrole, le nucléaire et l’industrie pharmaceutique). Elle est fondée sur l’analyse de deux corpus formés à partir des pages d’accueil des sites internet de plusieurs entreprises (analyse diachronique portant sur l’évolution de ces pages d’accueil entre 2000 et 2015) et des genres émergents récemment mis en place afin de préciser l’activité de ces scientifiques. Ses conclusions soulignent le rôle prépondérant de ces derniers dans les stratégies de légitimation des multinationales, visant à attirer l’attention sur leur responsabilité sociale.

9Ce sont les portes du monde professionnel des milieux financiers américains que Marc Eline se propose de pousser grâce à une analyse d’un récit semi-autobiographique, Liar’s Poker, écrit par Michael Lewis en 1989. M. Eline justifie tout d’abord le choix de cette œuvre par l’expérience du milieu de Wall Street qu’a son auteur, ancien vendeur d’obligations à New York et Londres de 1985 à 1988. L’ouvrage, décrit comme un récit spécialisé, peut être utilisé en tant que source d’informations et de connaissances quant à la vie quotidienne des professionnels de la banque d’investissement américaine, Salomon Brothers. L’analyse textuelle de ce récit permet à M. Eline de dresser un inventaire des marqueurs caractéristiques de la culture de la banque et plus généralement du secteur financier, parmi lesquels se trouvent une structure hiérarchique, un milieu compétitif et une culture du pouvoir et du risque.

10Enfin, nous tenons à remercier les chercheurs qui ont accepté de relire les articles de ce numéro spécial. Leur travail critique et constructif a été une aide précieuse pour les auteurs et l’équipe éditoriale.

Haut de page

Bibliographie

ASp 43-44. 2004. « Anglais de spécialité et milieux professionnels ».

Bhatia, Vijay K. 1993. Analysing Genre: Language use in professional settings. Harlow : Longman.

Bargiela-Chiapini, Francesca, Catherine Nickerson & Brigitte Planken. 2007. Business Discourse. New York : Pelgrave Macmillan.

Candlin, Christopher N (dir.). 2002. Research and Practice in Professional Discourse. Hong Kong : City University of Hong Kong Press.

Koester, Almut. 2010. Workplace Discourse. Londres : Continuum Publishing Group.

Mourlhon-Dallies, Florence. 2008. Enseigner une langue à des fins professionnelles. Paris : Didier.

Van der Yeught, Michel. 2016. « A proposal to establish epistemological foundations for the study of specialised languages ». ASp 69, 41–63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Charret-Del Bove, Philippe Millot et Séverine Wozniak, « Éditorial : Anglais de spécialité et milieux professionnels », ASp, 71 | 2017, 2-5.

Référence électronique

Marion Charret-Del Bove, Philippe Millot et Séverine Wozniak, « Éditorial : Anglais de spécialité et milieux professionnels », ASp [En ligne], 71 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://asp.revues.org/4937

Haut de page

Auteurs

Marion Charret-Del Bove

Responsables du numéro, marion.del-bove@univ-lyon3.fr, philippe.millot@univ-lyon3.fr, <severine.wozniak@univ-grenoble-alpes.fr>

Articles du même auteur

Philippe Millot

Articles du même auteur

Séverine Wozniak

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org