Navigation – Plan du site

Éditorial

Jacqueline Percebois
p. 5-7

Texte intégral

1Certains articles de ce volume (H. Laffont, J.-L. Trouillon, A. Saber, D. Clément-Guiraud et J. Percebois) sont issus de communications présentées lors des 4e Journées d’anglais de spécialité, sur le thème : « Les milieux professionnels anglophones : cultures et discours », qui ont eu lieu à l’UFR des Sciences économiques de l’Université Montpellier 1, les 6 et 7 décembre 2002. Ces articles s’intègrent à un ensemble déjà conséquent de travaux sur la communication dans les milieux professionnels publiés par ASp, ce dont témoignent en particulier la totalité du sommaire du numéro 43-44 (2004) et une partie de celui du numéro 45-46 (2004), pour ce qui concerne ses parutions les plus récentes.

2L’objectif des 4e Journées d’anglais de spécialité était d’axer la recherche sur la connaissance des milieux spécialisés, leur structuration institutionnelle et sociologique, leur fonctionnement, leurs acteurs, leurs problématiques et leurs discours (pas tant sur le plan linguistique strict qu’en relation avec tout ce qui précède : structuration, fonctionnement, acteurs, etc.). L’objectif particulier, épistémologique, était de renforcer l’interface entre anglais de spécialité et civilisation, c’est-à-dire de montrer que l’anglais de spécialité n’est pas seulement langue de spécialité mais un ensemble langue-culture de spécialité, et que la connaissance, la description et l’analyse des milieux spécialisés anglophones sont aussi l’objet de la recherche en ce domaine.

3On entend par milieu professionnel l’ensemble des membres de la société qui exercent la même activité professionnelle dans un même domaine socialement reconnu. Leur appartenance à ce groupe, dont témoignent des savoirs et des intérêts communs, s’exprime à travers un discours spécifique ; c’est cette culture et ce discours de milieux très différenciés qui sont étudiés dans les travaux présentés ici.

4Observant les réticences des ingénieurs français à considérer leurs homologues anglo-américains comme des égaux, Hélène Laffont effectue une analyse contrastive du milieu professionnel de l’ingénieur en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Pour chacun de ces pays, elle expose les spécificités de la formation, du parcours professionnel et de la structuration institutionnelle qui contribuent à former l’image des ingénieurs. Examinant ensuite leur discours selon le même principe, elle met en évidence un manque d’homogénéité et de rigueur dans l’utilisation des termes, aussi bien relatifs aux lieux d’enseignement qu’aux formations ou aux titres des personnes, qui pourrait nuire à leur image en altérant la perception de leurs spécificités.

5Deux auteurs abordent ensuite les milieux professionnels militaires. Pour traiter de l’anglais des forces armées, Jean-Louis Trouillon définit d’abord la communauté à laquelle il sert de langue de communication, à partir de ses origines géopolitiques. Il traite ensuite des caractéristiques majeures de son discours et de son lexique, en insistant en particulier sur l’importance de la fonction identitaire des signes non linguistiques. La présentation des caractéristiques de ce discours normé l’amène à distinguer différents genres de discours pouvant dépendre du locuteur, du destinataire, de l’objectif ou de la situation de communication. Puis il conclut son analyse par la proposition de nouvelles pistes d’études diachronique ou synchronique.

6Anthony Saber observe quant à lui le phénomène d’acculturation qui accompagne l’entrée dans le milieu professionnel des militaires américains. En étudiant les fondements de l’appartenance à ce milieu, il souligne la cohésion instituée par référence à la tradition et au patrimoine culturel commun. Pour lui, la notion de préconstruit est un paramètre essentiel de la situation d’énonciation dans les genres spécifiques aux militaires américains et un outil pertinent pour une lecture culturelle dans leur langue de spécialité. Si la force de la tradition et de la mémoire perpétue le lien social, c’est également un élément cohésif sur le plan énonciatif.

7Danielle Clément-Guiraud aborde le domaine des milieux professionnels des médias. Avec le concept de mixed programming alternant émissions de divertissement et programmes éducatifs et culturels, le développement historique de la BBC a permis l’émergence d’un genre de discours de vulgarisation radiophonique particulier, visant à transmettre des informations et des connaissances ayant trait à divers milieux professionnels et relevant de divers milieux scientifiques. Parmi les magazines spécialisés, l’auteur étudie les caractéristiques de Science in Action et de Law in Action, susceptibles de constituer des éléments d’un genre radiophonique, et qui en font des supports d’enseignement et des objets d’étude pertinents pour l’anglistique de spécialité.

8Les trois articles suivants s’intéressent au domaine économique et à ses milieux professionnels, selon différentes voies d’accès.

9Sous la plume de Michel Van der Yeught, le premier est un témoignage sur le milieu professionnel de Wall Street auquel il consacre sa recherche depuis de nombreuses années. Il observe ici l’évolution des regards portés par les Américains sur les traders et les banquiers d’affaires de Wall Street en fonction des tendances conjoncturelles, des périodes fastes de croissance aux turbulences des krachs boursiers. Pour lui, Wall Street synthétise la tradition franklinienne et la tradition spéculative d’accès à la fortune dans laquelle ces professionnels des milieux boursiers peuvent apparaître comme des intermédiaires légitimes mais aussi de façon plus contestable du fait de conflits d’intérêt liés à l’asymétrie d’information.

10Dans le deuxième, Jacqueline Percebois étudie la communauté des économistes universitaires français, britanniques et américains. Évoquant sa genèse, elle met en parallèle les fondements institutionnels et culturels de ce milieu professionnel pour chacun des pays concernés. Ainsi apparaissent des convergences et des divergences, avec la mise en place et l’évolution des enseignements, la création des associations, des revues et des récompenses. Quant au discours de cette communauté, elle souligne certaines caractéristiques parmi lesquelles deux langages, l’anglais et les mathématiques, constituent des outils de communication de nécessité vitale pour les économistes universitaires, non seulement dans ces pays mais dans le monde entier.

11Le troisième s’intègre à un groupe d’articles dont le point commun est d’être fondés sur l’étude de corpus, le type de corpus et l’exploitation qu’ils en font étant toutefois bien différenciés.

12Toujours dans le domaine économique, Catherine Resche traite de la notion de marché telle qu’elle est définie dans les éditions les plus récentes de trois grands manuels d’introduction aux principes de l’économie, qui constituent un genre particulier, Economics de P. Samuelson et W. Nordhaus, et deux manuels intitulés Principles of Economics, l’un de G. Mankiw et l’autre de R. Lipsey et A. Chrystal. L’auteur analyse le discours définitoire de la notion de marché, laquelle ne se limite pas à être objet d’étude mais, au fil de l’article, devient outil d’analyse. Elle observe que ces supports perpétuent une vision très traditionnelle de la notion de marché, transmettant des connaissances sans nécessairement favoriser l’esprit critique de leurs lecteurs.

13Suivent deux articles traitant de l’emploi de certaines formes verbales, d’une part, dans les articles scientifiques et, d’autre part, dans le discours juridique normatif.

14Dans un corpus constitué d’articles scientifiques publiés dans la revue Philosophical Transactions of the Royal Society entre 1700 et 1980, David Banks étudie l’emploi et les fonctions du present simple et du simple past par rapport aux différents éléments de l’expérimentation (tels que l’équipement, les observations, les calculs mathématiques, etc.), en situant  sa démarche dans le cadre théorique de la Linguistique systémique fonctionnelle. Son étude diachronique met en évidence une évolution des paramètres liée à celle du contexte dans lequel se produit l’observation scientifique et l’amène à établir une différenciation entre les emplois en sciences physiques et en sciences biologiques.

15L’article d’Isabelle Richard s’intéresse à trois marqueurs du discours juridique normatif, shall, must et le présent simple. Parallèlement à l’étude et à l’évaluation des occurrences de ces deux dernières formes verbales dans le discours juridique normatif, l’auteur étudie les raisons pouvant justifier le maintien de shall et souligne la nécessité de ne pas employer plusieurs marqueurs pour remplir des fonctions identiques.

16Enfin, l’article d’Alex Boulton et de Stephan Wilhem traite de l’utilisation de corpus pour l’apprentissage des langues. Notant que seuls les chercheurs et les enseignants ont recours à ces outils tandis que la plupart des apprenants n’y ont pas accès, les auteurs précisent d’abord les références théoriques sur lesquelles s’appuie leur démarche. Puis, à partir de l’exemple d’un enseignement à distance incluant les techniques d’analyse de corpus, expérience qu’ils présentent et analysent de façon détaillée, ils souhaitent montrer les avantages que représentent ces outils pour des apprenants avancés, en insistant en particulier sur l’authenticité des supports et l’autonomisation des apprenants.

17Au nom de tous les auteurs, merci aux relecteurs pour le soin apporté à l’évaluation et à l’annotation des articles qui leur ont été soumis.

18Bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Percebois, « Éditorial », ASp, 49-50 | 2006, 5-7.

Référence électronique

Jacqueline Percebois, « Éditorial », ASp [En ligne], 49-50 | 2006, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://asp.revues.org/617

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org