Navigation – Plan du site
Hors thème

English as a Lingua Franca in research articles: the SciELF corpus

L'anglais lingua franca dans les articles de recherche : le corpus SciELF
Elizabeth Rowley-Jolivet
p. 145-158

Résumés

L’objectif de cette note de recherche est de présenter un nouveau corpus qui a été mis librement à la disposition des chercheurs en 2016, le corpus WrELFA (Written English as a Lingua Franca in Academic Settings). WrELFA est la composante écrite du projet ELFA piloté par Anna Mauranen à l’Université de Helsinki; le corpus oral du projet est disponible depuis 2008. WrELFA comprend 1,5 million de mots dans trois genres discursifs universitaires : articles de recherche (corpus SciELF), rapports de thèse, et blogs de chercheurs. Aucun texte n’a été revu ou corrigé par un anglophone ou un correcteur professionnel, et tous les auteurs sont des utilisateurs ELF (anglais comme lingua franca). En tant que membre de l’équipe internationale qui a recueilli des articles du corpus SciELF, je me focalise surtout sur cette composante, qui comprend 150 articles écrits en anglais par des chercheurs de dix L1 différentes. Pour illustrer l’intérêt de SciELF à des fins de recherche et de formation en anglais de spécialité, une première analyse des verbes de permission (allow, enable, permit) est présentée.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2018.

Plan

1. Introduction: English as the Lingua Franca of academia
2. Brief overview of ELF corpora
3. The WrELFA corpus
3.1. Research blogs subcorpus
3.2. PhD examiner reports subcorpus
3.3. SciELF subcorpus
4. Enabling verbs in SciELF
5. Interest of ELF corpus data for ESP

Aperçu du texte

1. Introduction: English as the Lingua Franca of academia

Since the Second World War, English has become the lingua franca (ELF) of many domains, ranging from business to international politics to academia, and the globalization fostered by the rise of internet and new media has accentuated this development. The number of non-native speakers of English now greatly exceeds the number of native speakers. It is estimated for example, that fewer than one out of every four users of English in the world is a native speaker of the language (Crystal 2003), and as a result most interactions in English now take place in intercultural contexts, among non-native speakers of English or between native and non-native speakers. For ELF users, English is a means to communicate with speakers of another language worldwide, and not, or seldom, a means to achieve cultural and linguistic integration in an English L1 society. In this respect, the definition of ELF adhered to by the majority of researchers ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elizabeth Rowley-Jolivet, « English as a Lingua Franca in research articles: the SciELF corpus », ASp, 71 | 2017, 145-158.

Référence électronique

Elizabeth Rowley-Jolivet, « English as a Lingua Franca in research articles: the SciELF corpus », ASp [En ligne], 71 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://asp.revues.org/4987 ; DOI : 10.4000/asp.4987

Haut de page

Auteur

Elizabeth Rowley-Jolivet

Elizabeth Rowley-Jolivet is a research member of the Laboratoire Ligérien de Linguistique at the University of Orleans, France. Her research interests cover multimodality in spoken and written scientific discourse, the epistemology of science, genre analysis of academic discourse, web-mediated genres, and English as a Lingua Franca in academic settings. She has published in several international journals, compiled or contributed to several corpora in ESP and ELF, and co-edited books in these areas. elizabeth.jolivet@univ-orleans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org