Navigation – Plan du site
Articles

La composante visuelle de l’écriture scientifique : vers une analyse des formes

Tracing forms in science writing: a study of non-verbal elements
Gwen Le Cor
p. 87-102

Résumés

Analyser les écrits scientifiques nécessite de s’attacher à la manière dont les formes visuelles et textuelles s’entrelacent. Après un retour sur les études existantes, l’article envisage les limites des approches linguistiques centrées sur les composantes verbales et textuelles du discours scientifique. À l’inverse, cette étude se propose de se pencher sur le faire image scientifique, au travers notamment de l’exemple des diagrammes de Feynman. Il s’agira ainsi d’analyser la manière dont le sens se construit comme forme. La dernière partie de l’article se propose de reposer différemment le problème des outils théoriques dont disposent les humanités pour analyser les écrits scientifiques. Elle suggère d’intégrer les outils plus littéraires ou philosophiques que sont ceux de l’analyse de l’image (Louvel, Derrida, Lyotard) ainsi que de transposer et d’étendre aux sciences l’imagetexte de W.J.T. Mitchell.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2016.

Plan

Les limites d’une approche linguistico-discursive (textuelle)
Une pensée des formes
Esquisse d’une nouvelle intégration disciplinaire

Aperçu du texte

L’écriture scientifique comporte une composante visuelle spécifique, qui se décline sous forme d’équations, de graphes, de schémas, de représentations de liens chimiques, ou de diagrammes. Ces aspects « multi-sémiotiques » ou « multimédia » (« semiotic hybrids » Lemke 2005 : 87 ; « combinatorial semiotic principle » Lemke 2005 : 92) ont souvent été convoqués par les chercheurs pour souligner l’importance des modes de transmission non verbaux de la connaissance en science. Dès 1997, Claude Sionis présente les éléments non verbaux comme des vecteurs d’information, et leur confère ainsi un statut distinct de celui de simple illustration picturale :

[The researchers’] verbal discourse was created and organised to develop and comment on NVM [non-verbal material] and not the other way around. NVM were definitely not used to “illustrate” a predominantly verbal type of communication; they were the very subject and the main mode of communication. (1997 : §2)

Dans un article qui s’attache à dé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwen Le Cor, « La composante visuelle de l’écriture scientifique : vers une analyse des formes », ASp, 68 | 2015, 87-102.

Référence électronique

Gwen Le Cor, « La composante visuelle de l’écriture scientifique : vers une analyse des formes », ASp [En ligne], 68 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://asp.revues.org/4721 ; DOI : 10.4000/asp.4721

Haut de page

Auteur

Gwen Le Cor

Gwen Le Cor est maître de conférences HDR à l’université Paris 8. Membre de l’EA 1569 « Transferts critiques et dynamique des savoirs », elle est porteur du projet triennal « Text/ures : l’objet livre du papier au numérique », projet soutenu par le Labex Arts-H2H. Ses recherches récentes portent l’entre-deux de la littérature et des sciences, sur l’anglais de spécialité scientifique ainsi que sur la littérature américaine contemporaine. Outre une monographie (à paraître) sur l’œuvre de Jonathan Safran Foer, elle a publié plusieurs articles sur les œuvres numériques et imprimées de Jen Bervin, Percival Everett, Jonathan Safran Foer, Flannery O’Connor, Art Spiegelman, Stephanie Strickland, Steve Tomasula et Robert Penn Warren. Elle a également travaillé sur l’intersémioticité, le discours scientifique, les intersections littérature-mathématiques, l’interface littérature-informatique, et plus largement le domaine des humanités numériques. gwen.le-cor@univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org