Navigation – Plan du site

Éditorial

Editorial
Anthony Saber
p. 1-3

Texte intégral

1Les cinq articles que nous vous présentons dans ce numéro 67 illustrent bien les multiples terrains d’investigation couverts par l’anglais de spécialité tel que nous l’envisageons dans le paysage universitaire français : réflexion sur les mécanismes et les contextes de spécialisation de la langue anglaise avec Philippe Millot, caractérisation de genres discursifs spécialisés avec Fanny Domenec, Mathilde Gaillard et Séverine Wozniak, intégration de nouveaux outils technologiques dans des dispositifs de formation linguistique en secteur LANSAD avec Aude Labetoulle.

2L’anglais est aujourd’hui utilisé comme lingua franca au sein de multiples réseaux professionnels transnationaux. Cette langue commune, que l’on pourrait presque qualifier de « langue mondiale », et que l’on réduit parfois à tort à un simple « anglais des affaires » (business English) aux contours vagues, est mobilisée par des non-Anglophones pour résoudre en commun des problèmes, échanger des informations techniques ou régler des questions logistiques. Exploitant un corpus de plusieurs centaines de courriers électroniques échangés au sein de grandes entreprises françaises usant de l’anglais comme langue de travail, Philippe Millot se demande si des variétés spécialisées de l’anglais lingua franca ne sont pas en train de naître au cœur de réseaux d’acteurs qui interagissent temporairement au service d’un même projet ou d’une même fonction ; la forte fréquence des interactions entre acteurs réunis autour d’une même fonction (par exemple la fonction « ressources humaines » au sein des entreprises) sédimente en effet certains usages (notamment sur le plan du registre de langue), certaines pratiques discursives, cristallise certains réflexes stylistiques, dans le cadre d’échanges « officiels » (frontstage talk) mais aussi d’échanges plus personnels, voire humoristiques (backstage talk). S’appuyant sur la linguistique systémique fonctionnelle et sur la professional discourse analysis, P. Millot propose d’abandonner une vision « fixiste » des genres discursifs et des communautés discursives, que les analystes ont trop tendance à penser comme relevant de disciplines structurées, pérennes et étanches l’une à l’autre, alors que la spécialisation de l’anglais lingua franca devrait plutôt être appréciée dans le cadre de réseaux de professionnels entrant en interaction au sein de grands « domaines d’activité » (administration, gestion, fonction technique), sans pour autant appartenir à une même discipline.

3Fanny Domenec s’intéresse aux discours des grandes entreprises dont l’activité comporte des risques technologiques (Monsanto, Chevron par exemple). Les rapports d’activité qu’elles diffusent auprès des investisseurs et du grand public sont aujourd’hui frappés au coin de la responsabilité sociale des entreprises (corporate social responsibility), car ces entreprises souhaitent projeter l’image d’organisations responsables, utiles à la collectivité, puisqu’elles fournissent des produits et des services répondant aux exigences du marché, mais aussi soucieuses de l’environnement, attentives au développement durable, attachées à une haute culture de sécurité et de gestion des risques. F. Domenec fournit des éléments de caractérisation de ces rapports d’activité, tout en tentant de comprendre leurs conditions de production et de réception au moyen d’enquêtes par questionnaires réalisées auprès de répondants représentant les structures dirigeantes de ces entreprises d’une part, et le grand public en France et aux États-Unis d’autre part. Les résultats recueillis montrent que la stratégie de légitimation de ces entreprises du risque technologique ne rencontre pour l’heure qu’un succès mitigé auprès du grand public.

4Mathilde Gaillard livre une caractérisation des policy briefs, genre discursif propre aux think tanks américains tels que la Brookings Institution, la Heritage Foundation ou le Center for American Progress. Dotés d’une macrostructure figée, répondant au « test de l’attaché-case » (un membre du Congrès doit pouvoir les consulter en les posant sur son attaché-case lors d’un trajet en voiture entre le Capitole et l’aéroport Ronald Reagan de Washington), ces documents d’une dizaine de pages sont marqués par un positionnement hybride : ressortissant, en apparence, à l’univers de la recherche sur les politiques publiques, ils sont également dotés d’une assez forte coloration axiologique, qui prend appui sur des marques d’attitude adossées à des réseaux notionnels tels que l’urgence, le danger, la nécessité, l’efficacité. Sous le masque de l’expert, par maints endroits, perce donc le visage de l’homme d’influence, de l’acteur engagé, voire du lobbyiste.

5Séverine Wozniak présente un inventaire et une typologie des formes narratives liées au domaine spécialisé de l’alpinisme dans le contexte américain. Activité sportive, ce dernier existe surtout par et pour les textes qu’il produit : que reste-t-il, au fond, d’une ascension héroïque, sinon le récit qu’en livrent ceux qui l’ont effectuée ? Le principal massif textuel de ce domaine spécialisé est donc constitué de récits d’ascension, proches par leur construction de ceux de Maurice Herzog ou de Roger Frison-Roche ; relevant d’une littérature formulaïque, ils sont construits autour de stéréotypes narratifs tels que l’alpiniste stoïque, le courage face aux éléments hostiles, la mort absurde en haute montagne. Les biographies et autobiographies d’alpinistes constituent également un point d’entrée intéressant pour qui souhaite mieux connaître la culture de ce milieu spécialisé.

6Aude Labetoulle décrit les résultats d’une étude prospective menée auprès d’un groupe d’étudiants en chimie suivant un cours LANSAD à l’École normale supérieure de Cachan. Alors que l’offre de MOOC (massive open online courses) ne cesse de croître, serait-il possible de détourner certains d’entre eux de leur finalité première (former les participants à une discipline) pour servir les objectifs linguistiques d’un cours LANSAD ? Les MOOC peuvent notamment faire office d’input pour accéder à la terminologie d’une discipline telle que la chimie. Souvent dotés d’outils d’interaction entre participants (forums en ligne par exemple), les MOOC peuvent aussi donner lieu à une mise en pratique des aspects spécialisés d’une deuxième langue. S’appuyant sur la théorie de l’ergonomie didactique pour modéliser la situation d’apprentissage de ces étudiants, A. Labetoulle présente des modes d’exploitation possibles des MOOC disponibles aujourd’hui ; elle souligne également les difficultés de cette entreprise, notamment si l’on projette d’exploiter un MOOC de manière concomitante à un cours LANSAD. Les perceptions et les attentes des étudiants (recueillies ici par l’analyse de leurs journaux d’apprentissage, dans le cadre d’une observation participante) vis-à-vis du cours LANSAD constituent également des obstacles éventuels à l’utilisation synchronique des MOOC. Le recours à des cours de chimie au format SPOC (small private online course) semble plus adapté et moins chronophage dans le cadre d’un cours LANSAD.

7Dynamiques de spécialisation de l’anglais lingua franca en contexte professionnel, caractérisation de documents produits par de grandes organisations comme les entreprises du risque technologique ou les think tanks américains, typologie de textes consubstantiels à cette activité spécialisée qu’est l’alpinisme aux États-Unis, détournement de MOOC disciplinaires au service d’un cours LANSAD : c’est à un voyage dans de multiples sphères spécialisées, avec de multiples focales et de multiples grilles de lecture, que nous vous invitons dans ce numéro de printemps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Saber, « Éditorial », ASp, 67 | 2015, 1-3.

Référence électronique

Anthony Saber, « Éditorial », ASp [En ligne], 67 | 2015, mis en ligne le 10 mars 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://asp.revues.org/4625

Haut de page

Auteur

Anthony Saber

Rédacteur en chef. anthony.saber@ens-cachan.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org