Navigation – Plan du site
Actes du 13e colloque du GERAS
Articles

Travaillez en anglais

Jacques Coulardeau
p. 359-365

Texte intégral

1Du fait principalement de l’échéance européenne du 1er janvier 1993 et de la mondialisation du système économique, l’anglais est en train de devenir la langue véhiculaire numéro un des échanges économiques au sens large.

2Une approche moderne de la conception semble s’imposer : concevoir le produit en fonction de sa commercialisation sur le marché mondial et non seulement concevoir la commercialisation en fonction du produit. La conception en est par là même transformée et mondialisée dans son fonctionnement, ce qui amène l’anglais à jouer un rôle capital au niveau du processus de conception et de fabrication.

3Plus encore, le rôle sans cesse croissant de l’informatique et de l’électronique dans l’entier du processus économique rend l’anglais de ces deux champs d’activité incontournable. C’est la clé de l’innovation et de ce que l’on appelle « Research and Development », la recherche et le développement, R & D.

4Dans le cadre d’une approche où la théorie de la valeur intervient de plus en plus fortement, les compétences linguistiques des travailleurs deviennent un élément essentiel dans le calcul de la valeur du produit. Jusqu’à une période récente, l’anglais n’était nécessaire que dans les couches supérieures de la population de l’entreprise. Mais aujourd’hui l’anglais devient indispensable à tous les niveaux de cette population, même au niveau le plus bas.

Les compétences linguistiques

5De ce fait, l’anglais devient la langue véhiculaire mondiale à quatre niveaux de compétence linguistique.

1. Compréhension orale

6Réceptionner une communication téléphonique ; assister à un briefing ; accueillir un personnel d’assistance du matériel (installation, maintenance) ; comprendre des documents vidéos ou audios.

2. Production orale

7Maîtriser les objectifs précités qui tous impliquent l’interactivité ; accompagner des produits français (y compris des équipements industriels) sur le terrain étranger.

3. Compréhension écrite

8Comprendre le courrier technique et économique ; comprendre une notice technique ; lire des magazines spécialisés qui donnent une information uniquement écrite ; lire l’ordinateur, tant dans son langage de programmation que dans les documents qu’il peut diffuser.

4. Production écrite

9Maîtriser en production les objectifs précités, car l’entreprise ou les réseaux LAN par exemple ne sont pas que des diffuseurs pour des récepteurs passifs, mais sont aussi des diffuseurs pour des récepteurs-émetteurs interactifs.

10Nous vivons une transformation qualitative de la communication technique et économique par l’interactivité obligée et par le passage nécessaire à l’anglais.

La formation

11La formation initiale est appelée à faire face à cette mutation. En quittant le système scolaire ou universitaire, qu’on soit ingénieur ou qu’on ait le niveau BTS, DUT ou Bac, on doit maîtriser les quatre compétences précitées.

12Compte tenu des changements que cela implique, de vastes discussions ont lieu actuellement, entre autres sur les questions suivantes : la place de la langue de spécialité (langue technique et scientifique) dans la formation de base ; la place de la langue de l’informatique et de l’électronique.

13Si dans les années à venir la formation initiale s’engage à s’adapter aux nouvelles exigences, dans l’immédiat, l’entreprise se doit de former son personnel pour le rendre plus performant.

14Cela est nécessaire à tous les niveaux, mais dans notre projet nous avons, dans un premier temps, privilégié le public de niveau CAP et BEP tant dans le secteur industriel que tertiaire.

15Très demandeur de formation en anglais, ce public est souvent laissé pour compte dans le domaine de l’apprentissage des langues. Or la secrétaire de direction et l’ouvrier professionnel ont autant besoin d’utiliser l’anglais que le technicien supérieur ou l’ingénieur.

16La méthode retenue pour ce type de formation vise trois objectifs : rendre autonomes les apprenants ; partir de leurs acquis et les faire progresser en individualisant l’apprentissage ; favoriser le développement de connaissances opératoires plutôt qu’utilitaires c’est-à-dire de connaissances sur le fonctionnement de la langue plutôt que la simple maîtrise d’un lexique (la langue est un système complexe d’opérations autant qu’un ensemble d’étiquettes désignant des objets).

17C’est cette ambition qui nous guide dans notre choix du public et de la méthode.

La méthode

1. Principes fondamentaux

Authenticité

18Travailler sur des documents techniques authentiques tant en anglais américain qu’en anglais britannique, dans la norme linguistique « mid-atlantic ».

Individualisation

19Proposer un parcours de formation lié aux besoins et au niveau de chaque apprenant, sans exclure le travail en petit groupe. Le libre accès dans l’espace et dans le temps grâce à l’utilisation de l’outil informatique vise un travail à la carte avec un produit aussi flexible que possible.

Interactivité

20Rendre l’apprenant à la fois récepteur et émetteur en provoquant chez lui une réponse immédiate à chaque message émis.

2. Les deux domaines de l’apprentissage

Écrit

Point de départ

21Partir de documents écrits pour travailler la compréhension et la production d’écrit. La compréhension sera renforcée par des exercices oraux.

Feed-back en boucle

22Utiliser un logiciel de traitement du cours qui permette le retour en arrière à chaque échec, afin de surmonter la difficulté.

Compréhension des opérations

23Passer par la compréhension des opérations, soit pour systématiser la connaissance des apprenants après une phase d’acquisition réussie ; soit comme une aide possible face à une difficulté.

Approche structurale

24Utiliser une approche qui décompose un énoncé en groupes fonctionnels pour mieux faire comprendre les opérations en jeu.

Didacticiel papier

25Renforcer le travail vidéo informatique par un travail papier avec un didacticiel d’exploitation qui élargisse les opérations présentées à d’autres documents similaires et à des exercices du même type.

Oral

L’oral autrement

26Dans notre méthode d’apprentissage, une place importante est accordée à l’oral tant en compréhension qu’en production. Notre outil fera appel à l’utilisation de cartes sonores spécialisées nécessaires pour la reconnaissance et la correction des énoncés oraux. Mais pour pallier la déshumanisation de l’apprentissage qui peut en découler, nous proposons des séances de travail à intervalles réguliers avec le professeur.

27Cette pratique de l’oral ne manque pas d’intérêt dans l’apprentissage d’une langue et peut devenir aussi un élément d’équilibre de la méthode.

La téléphonie

28Il s’agit de reprendre une leçon déjà traitée, par une communication téléphonique, avec un professeur. Cette activité vise trois objectifs : converser au téléphone (une façon plus contraignante, mais aussi plus stimulante dans la pratique de l’oral) ; individualiser la formation ; rendre la formation accessible hors cadre habituel d’apprentissage.

29Voilà notre ambition, notre projet. Le ciel doit être notre limite, le ciel hertzien de la communication moderne au service de la pédagogie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Coulardeau, « Travaillez en anglais », ASp, 1 | 1993, 359-365.

Référence électronique

Jacques Coulardeau, « Travaillez en anglais », ASp [En ligne], 1 | 1993, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://asp.revues.org/4384 ; DOI : 10.4000/asp.4384

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org