Navigation – Plan du site
Linguistique

Passage de l’anglais au français en économie de l’énergie : assimilation ou transposition ?

Jacqueline Percebois
p. 69-79

Résumés

La question de l’assimilation de la terminologie anglaise par le vocabulaire français du domaine de l’économie de l’énergie : à propos d’un certain nombre d’exemples tels que le principe du « common carrier » ou du « third party access »... S’il est possible de formuler des équivalences françaises de ces expressions, le spécialiste recourt sans hésiter à l’anglais. Par ailleurs, il existe d’autres cas où le français hésite entre cette assimilation, le recours à une périphrase ou à une adaptation française : ex. du « free rider », initialement traduit « cavalier seul », expression dépourvue de sens dans le contexte, puis « passager clandestin » ou « resquilleur ». Faut-il traduire ou non ?

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

économie, énergie, traduction
Haut de page

Notes de la rédaction

L’auteur de cette contribution n’a pas autorisé sa publication en ligne.

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Percebois, « Passage de l’anglais au français en économie de l’énergie : assimilation ou transposition ? », ASp, 2 | 1993, 69-79.

Référence électronique

Jacqueline Percebois, « Passage de l’anglais au français en économie de l’énergie : assimilation ou transposition ? », ASp [En ligne], 2 | 1993, mis en ligne le 27 février 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://asp.revues.org/4272 ; DOI : 10.4000/asp.4272

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org