Navigation – Plan du site
Linguistique

Structure du verbe anglais : tableau explicatif

Alain Diana
p. 1-9

Résumés

La formule de l’auxiliaire anglais d’après Chomsky (1957) est développée sous forme de tableau pour la rendre accessible à des étudiants d’IUT de tous niveaux. Ils peuvent ainsi reconstituer la structure verbale de n’importe quel verbe anglais. Cela permet aux « faux-débutants » en particulier de disposer d’une référence sûre et d’un moyen de contrôler leur production de structures verbales écrites. Par ailleurs, cela les aide également à mieux reconnaître et traduire les formes verbales complexes qu’ils rencontrent dans les textes techniques. Les avantages de cette présentation sont de donner confiance à ces étudiants en leur offrant une base de départ solide, et de susciter leur intérêt par une présentation scientifique et rigoureuse. Ceci est particulièrement vrai pour les étudiants d’électronique auxquels ce tableau a été présenté.

Haut de page

Texte intégral

1Enseigner l’anglais à des étudiants d’électronique à l’I.U.T. amène certaines contraintes sur les objectifs en fonction du temps disponible et du niveau :

  • une contrainte temporelle : comment présenter de manière simple des connaissances « élémentaires » comme certains aspects de la grammaire anglaise sachant que l’on dispose de cinquante heures d’anglais environ sur une année.

  • une contrainte d’ordre psychologique : comment remédier à des lacunes souvent anciennes et bien ancrées que des révisions successives n’ont pas éradiquées ?

2Par exemple, comment présenter l’ensemble du verbe anglais et de ses auxiliaires de la manière la plus cohérente qui soit (en particulier pour une remise à niveau des groupes « faibles » ou « faux débutants » avec sept ou huit ans d’anglais). La forme de tableau m’a semblé la plus adaptée pour ces étudiants qui sont familiers de ce type de présentation et même demandeurs.

3Les tableaux ci-dessous visent à leur offrir une description systématique de la structure du verbe en anglais, et à leur permettre dans un premier temps de corriger leurs erreurs de construction (du genre : *will can go ou *have making). Les tableaux seront donnés ici à la forme affirmative mais permettent par ailleurs de présenter l’interrogation et la négation. Ils peuvent éventuellement servir à améliorer la traduction des structures verbales dans le sens anglais/français, ce qui est important pour de futurs techniciens ayant à maîtriser une documentation technique (notices, etc.) souvent rédigée uniquement en anglais.

Études précédentes

4Il existe peu d’études sous forme de tableau clair et simple, aucune à ma connaissance qui reprenne l’ensemble des formes verbales d’une manière à la fois cohérente et accessible à tous. Je me contenterai de passer en revue trois d’entre elles.

5B. Strang (1969 : 161-167) propose une analyse en termes de variables indépendantes en opposition binaire : « These complicated distinctions... are best presented analytically in terms of a small number of binary oppositions of meaning » (p. 161). Elle donne les catégories suivantes :

1) non-interrogative (affirmative)/interrogative, 2) non-negative (positive) / negative, 3) non-passive (active)/passive, 4) non-durative/durative, 5) non-perfective/perfective. (1969 : 163)

6Elle y ajoute non-past/past, non-modal/modal (1969 : 164-166) et même non-emphatic/emphatic, non-mutative/mutative, etc. Cette présentation ne paraît pas aussi nette que lorsqu’on utilise des colonnes. D’autre part, comme les étudiants ont souvent tendance à confondre BE + ing et BE + p.passé, une présentation séparée mais reprenant le même type de tableau me paraît plus efficace.

7Hornby de son côté, après avoir noté qu’il ne saurait y avoir de définition adéquate du terme « verbe », fait la distinction entre « finite and non-finite forms of verbs » (1975 : 1), sans autre justification que le fait qu’il est utile de les distinguer. Quant aux auxiliaires, « the term AUXILIARY is used for a number of verbs which have a variety of functions. » Pour le reste, « compound tenses... are made by combining two or more verb forms. » (voir p. 80-81 la conjugaison de « write » en douze catégories, divisées en « progressive » et « non-progressive »).

8Quant à McCawley (1988), il explique de manière exhaustive ce qu’il entend par auxiliaire et verbe et en quoi il diffère de la position de Chomsky, mais son ouvrage ne s’adresse pas à des étudiants non spécialistes d’anglais langue seconde et a fortiori encore moins à des « faux-débutants ».

Formule de départ

9Chomsky (1957 : 44) donne la structure de l’auxiliaire sous la forme :

Verbe = Aux. + V

Aux. = Temps (Modal) (have + en) (be + ing) (be + en)

10Cette formule a été largement reprise (Rivière 1988 : 77). Mon idée au départ était simplement de la développer pour pouvoir visualiser toutes les possibilités. (On peut noter que ce type de présentation existe depuis plus de 20 ans pour l’allemand, avec le « cube » des formes verbales dans le Manuel du Germaniste). McCawley (1988) donne les conditions d’emploi de cette formule car certaines restrictions limitent les séquences possibles. Pourquoi donc réutiliser cette formule ?

Pour des raisons « psychologiques »

11Toute tentative d’approche « scientifique » des difficultés grammaticales est bien perçue par ce type d’étudiants, qui sont sensibles au fait que cela ressemble à une démonstration de type mathématique. Il n’y a donc pas de raison qu’ils ne « suivent » pas, dans la mesure où l’abstraction leur est familière.

Pour des raisons pratiques

12Parce qu’il ne s’agit pas d’en rester à une formulation abstraite, mais bien de la développer, et de « dérouler » toutes les formes actives et passives d’un verbe (sans toutefois tenir compte de l’acceptabilité des formes ainsi obtenues, en particulier au passif).

Exploitation du tableau

13Il y a plusieurs manières d’aborder cette question globalement, et de préparer les étudiants. On peut, par exemple, leur demander de mettre par écrit toutes les formes d’un verbe simple qu’ils connaissent, puis vérifier leur exactitude, leur faire corriger les erreurs volontairement introduites dans une liste de formes verbales (ce qui est une bonne occasion de vérifier la sûreté de leurs connaissances).

14Ensuite, on peut présenter le tableau comme un « menu déroulant » (par analogie avec les ordinateurs MacIntosh).

  • 1 Étant donné les confusions fréquentes à ce niveau entre BE + ING et le passif, il a paru préférable (...)

15Pour des raisons pédagogiques, il m’a semblé plus judicieux de présenter séparément un tableau pour l’Actif et un pour le Passif. Si le niveau des étudiants est vraiment faible, on commence par leur présenter la « formule » : Aux. = Temps (Modal) (have + en) (be + ing), et par tracer 4 colonnes1. Puis on choisit un verbe régulier de préférence (ici : PLAY). Comme on laisse les 3 premières colonnes vides, on peut déjà demander aux étudiants comment la marque du temps va être signalée : ils trouvent assez facilement la distinction Présent/Passé.

Tableau 1

play

play ed

Tableau 2

16Ensuite, on essaie de leur faire trouver la colonne à gauche, et on leur fait remarquer deux choses : a) si on choisit la colonne « BE », on trouve obligatoirement ING accolé au verbe suivant (à l’Actif) ; b) BE porte la marque Présent ou Passé uniquement.

Tableau3

ARE

play ING

WERE

play ING

Tableau 4

17De même avec HAVE : seule la forme la plus à gauche (ici Have) porte la marque présent/passé. De plus, la colonne qui suit HAVE est obligatoirement au participe passé. Enfin, ne pas oublier qu’en 2 et en 4, BE exige ING derrière le verbe.

Tableau 5

HAVE

play ED

HAVE

BE EN

play ING

HAD

play ED

HAD

BE EN

play ING

18On peut inciter les étudiants plus avancés à trouver par eux-mêmes la suite du tableau. Avec les autres, on vérifiera si WILL est bien suivi de l’infinitif dans tous les cas, HAVE du participe passé et BE d’ING.

Tableau 6

WILL

play

WILL

BE

play ING

WILL

HAVE

play ED

WILL

HAVE

BE EN

play ING

19Les explications données ici en commentaire du tableau semblent aller de soi, mais en réalité elles se révèlent absolument nécessaires pour des étudiants ayant des bases très fragiles. La présentation du tableau du Passif n’intervient que lorsque celui de l’Actif est parfaitement maîtrisé.

20En guise de vérification, on peut faire refaire le même tableau pour d’autres verbes (avec des verbes irréguliers en particulier) ; donner une liste de formes verbales en mélangeant justes et fausses, et faire corriger les erreurs.

21Il ne reste plus qu’à traduire le tableau en insérant chaque forme dans une phrase simple. Pour aider les étudiants très faibles, on leur demande de traduire de façon identique les formes avec et sans ING, simplification parfois abusive, mais qui leur permet d’appréhender plus rapidement les formes complexes.

22D’un point de vue pratique, il serait souhaitable d’utiliser des couleurs différentes lors de la présentation pour faire ressortir « MODAUX + inf. », « HAVE + p.p. » et « BE + ing » (ce qui n’a pas été possible ici), car cela permet une visualisation plus efficace. L’utilisation de caractères différents aide malgré tout à bien les distinguer.

Limites et objections

Des choix théoriques discutables ?

23Pour les modaux, cette présentation exclut : ought, dare et need. Mais cela ne présente pas d’inconvénients majeurs à ce niveau-là.

  • 2 Lors de la discussion, Tony Lattes m’a suggéré d’introduire DO de la façon suivante : Aux – F/Temps (...)

24Il est difficile de présenter le rôle de DO autrement que par une introduction ad hoc2.

25Le tableau couvre-t-il toutes les formes possibles ?

26Dans McCawley (1988 : 223) on trouve l’exemple suivant : « Whenever I see you, you’RE always just HAVING RETURNED from a vacation », que la formule de Chomsky ne prend pas en compte. Sauf pour des étudiants de niveau avancé, ces exemples restent très marginaux et ne nous concernent donc pas ici.

27Cela reste une approche « mécanique » de l’explication grammaticale, ce qui a été souvent reproché à la grammaire générative. Mais après tout, nos étudiants n’ont-ils pas d’abord besoin de mécanismes simples ?

28Les passifs avec BE + BEing ou BEen + BEing sont très peu employés, et même tout à fait inutiles à ce niveau. Voir l’exemple donné par McCawley (1988 : 240) : « Sam may have been being interrogated by the FBI ».

  • 3 Dans les tableaux donnés en annexe, j’ai utilisé « Modaux + infinitif ». Ce terme peut prêter à con (...)

29Qu’appelle-t-on auxiliaires ? Il est nécessaire de définir simplement ce que sont un verbe, un nom ou un adjectif pour certains étudiants, et il est également indispensable de définir ce qu’est un auxiliaire en respectant des critères simples (voir McCawley 1988, par exemple), car au-delà d’un niveau minimum, la question de la terminologie peut se révéler improductive3.

Conclusion

30Cette manière de présenter la structure des verbes anglais a reçu un accueil positif de la plupart des étudiants auxquels ce tableau a été présenté à l’IUT. Les réactions sont plus difficiles à cerner pour des groupes de niveaux plus avancés, mais une bonne partie d’entre eux semble y avoir trouvé son compte, car ils ont eux aussi besoin de références précises.

31Reste à savoir quelle est son efficacité réelle : au niveau de l’écrit, on constate une sensible diminution des erreurs portant sur la structure du groupe verbal. Pour l’instant, il n’est pas possible de dire si ce progrès est durable : il serait nécessaire de faire une enquête portant sur des groupes d’un niveau sensiblement égal utilisant ou non ce type de présentation et comparer les résultats obtenus sur une plus longue période de temps (six mois ou un an au moins).

Haut de page

Bibliographie

Beedham, C. 1987. « The English passive as an aspect ». Word 38/1, 7-12.

Bresson, D. 1989. « Langue, linguistique et grammaire. Mauvaises querelles et vrais problèmes ». Les Langues Modernes 3-4 « Théories linguistiques et pratiques grammaticales », 21-28.

Chomsky, N. 1957. Syntactic Structures. La Haye : Mouton.

Gauthier, A. 1981. Opérations énonciatives et apprentissage d’une langue étrangère en milieu scolaire. Paris : APLV.

Hornby, A.S. 1975. Guide to Patterns and Usage in English. 2nd éd. Londres : Oxford University Press.

Larreya, P. et Rivière, C. 1991. Grammaire explicative de l’anglais. Paris : Longman.

McCawley, J.D. 1988. The Syntactic Phenomena of English, vol.1. Chicago & Londres : University of Chicago Press, 207-261.

Quirk, R. & S. Greenbaum. 1973. A University Grammar of English. Londres : Longman.

Rivière, C. 1988. Exercices commentés de grammaire anglaise. Paris : Ophrys.

Roggero, J. 1979. Grammaire anglaise. Paris : Nathan.

Schenker,V., P. Valentin et J. M.Zemb, J.M. 1969. Manuel du Germaniste. Paris : OCDL.

Strang, B. 1969. Modern English Structure. 2nd éd. Londres : E. Arnold.

Haut de page

Annexe

Annexe : tableaux des formes verbales en anglais

Annexe 1. Actif (Phrase de départ : The children play in the garden.)

MODAUX+ inf

HAVE + p.p.

BE + ing

VERBE

can/could

may/might

shall/should

will/would

must/ ---

have/has

had

am/is/are

was/were

been

play

play

played

ARE

playING

WERE

playING

HAVE

playED

HAVE

BEEN

playING

HAD

playED

HAD

BEEN

playING

WILL4

play

will

BE

playING

will

HAVE

playED

will

HAVE

BEEN

playING

would

play

would

BE

playING

would

HAVE

playED

would

HAVE

BEEN

playING

Annexe 2. Passif

MODAUX +inf

HAVE +p.p.

BE + ing

BE +p.p.

Verbe

ARE

playED

WERE

playED

are

BEing

playED

were

BEing

playED

have

BEen

playED

have

been

BEing

playED

had

BEen

playED

had

been

BEing

playED

will

BE

playED

will

be

BEing

playED

will

have

BEen

playED

will

have

been

BEing

playED

would

BE

playED

would

be

BEing

playED

would

have

BEen

playED

would

have

been

BEing

playED

Haut de page

Notes

1 Étant donné les confusions fréquentes à ce niveau entre BE + ING et le passif, il a paru préférable de présenter seulement l’Actif dans un premier temps.

2 Lors de la discussion, Tony Lattes m’a suggéré d’introduire DO de la façon suivante : Aux –> F/Temps {(Mod) (Have/en) (Be/ing) (Be/en)} DO

3 Dans les tableaux donnés en annexe, j’ai utilisé « Modaux + infinitif ». Ce terme peut prêter à confusion pour des étudiants habitués à « base verbale » ou « infinitif sans TO ». J’en ai tenu compte lors de la présentation.

4 Seuls WILL et WOULD sont ici pris comme exemples pour les modaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Diana, « Structure du verbe anglais : tableau explicatif », ASp, 2 | 1993, 1-9.

Référence électronique

Alain Diana, « Structure du verbe anglais : tableau explicatif », ASp [En ligne], 2 | 1993, mis en ligne le 22 février 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://asp.revues.org/4252 ; DOI : 10.4000/asp.4252

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org