Navigation – Plan du site
Articles

Exploration de l’intersection entre l’anglais de spécialité et la littérature : les romans de Tobias Smollett, un « doctor-turned-novelist » du Siècle des lumières

Jean-Pierre Charpy
p. 113-131

Résumés

Dans la recherche concernant l’anglais de spécialité, l’approche diachronique de textes littéraires comportant des marques de spécialisation reste rare. Cette étude a pour objectif d’observer l’empan littéraire du XVIIIe siècle en Grande-Bretagne et d’y extraire une œuvre, celle de Tobias Smollett, qui était médecin avant de devenir un romancier très populaire. Tout d’abord, un état des lieux des principales professions et théories médicales est établi afin de comprendre l’influence éventuelle des forces socioprofessionnelles et socioculturelles de l’époque sur son œuvre. Une fois l’auteur replacé dans le contexte littéraire du Siècle des lumières, sa formation et sa carrière professionnelles sont mises en relief, ainsi que sa production littéraire, à la recherche d’indices permettant de confirmer la présence significative du spécialisé dans ses romans. Si les romans de Smollett s’apparentent à la FASP contemporaine et s’il est bien l’un des premiers hommes de lettres à être passé de la médecine à l’écriture, l’originalité de son œuvre réside dans le fait qu’il a su mettre sa connaissance du spécialisé au service de la création littéraire, du comique et de la satire médicale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À ce jour, les études en anglais de spécialité (ASP) sont majoritairement synchroniques et portent sur l’intérêt disciplinaire et/ou professionnel immédiat des domaines spécialisés étudiés. Toutefois, l’étude de ces domaines spécialisés exige un ancrage historique et d’une cohérence épistémologique afin de consolider leur assise dans le champ de l’anglistique.

2Dans sa synthèse de HDR, Michel Van der Yeught montre que le processus de dictionnarisation marque le pontage du spécialisé au non spécialisé et, ce faisant, l’émergence d’une variété spécialisée de l’anglais dans la langue naturelle. Il souligne la nécessité d’une approche diachronique des langues de spécialité en tant qu’objet d’étude :

Je définis les caractéristiques épistémologiques de l’objet que je perçois essentiellement comme un produit de l’histoire. Je suis donc amené à opérer un rééquilibrage entre la synchronie et la diachronie en réévaluant l’importance de la diachronie traditionnellement négligée. (2009 : 2)

3Cet article s’inscrit dans le cadre particulier de l’approche diachronique d’une des variétés de l’anglais de spécialité, à savoir l’anglais de la médecine. Une étude (Charpy : 2011) a déjà présenté l’apparition progressive, aux XVIIe et XVIIIe siècles, des premiers glossaires-dictionnaires médicaux en langue anglaise, mais le territoire de la littérature britannique a été peu exploré. Pourtant, au XVIIIe siècle, quelques romanciers de renom, comme Oliver Goldsmith ou Tobias Smollett, ont pratiqué la médecine avant d’entreprendre une carrière littéraire.

4Certes, l’œuvre de Smollett a fait l’objet de très nombreuses études littéraires, au rang desquelles les plus marquantes sont la biographie de Lewis M. Knapp (1949), le travail bibliographique et critique séminal de Paul-Gabriel Boucé (1976) et les travaux de George S. Rousseau (1971). L’inclusion dans l’œuvre de Smollett d’éléments spécialisés lexicaux, discursifs et culturels propres à la médecine et destinés à des lecteurs non spécialistes, ouvre toutefois des perspectives de recherche prometteuses, qui justifient l’étude diachronique de textes littéraires dans lesquels la fiction et le discours-culture d’une profession donnée s’entremêlent.

  • 1 Robin Cook, médecin devenu romancier à succès et initiateur du medical thriller, a souvent été dési (...)

5Dans cet article, il est fait référence à la vie, à la pratique médicale et aux principaux romans de Tobias Smollett, véritable « doctor-turned-novelist »1. Après un état des lieux de l’organisation des principales professions et des théories liées à la médecine au XVIIIe siècle, le contexte littéraire florissant du Siècle des lumières, marqué par l’avènement du roman, est abordé. La vie professionnelle et l’œuvre de Tobias Smollett sont alors placées sous la loupe du chercheur afin de repérer l’influence potentielle de l’auteur dans la transmission de connaissances et d’éléments discursifs et culturels spécialisés à des lecteurs non spécialistes.

  • 2  Il s’agit de romans contemporains écrits par des professionnels, des ex-professionnels ou des expe (...)

6Son trajet biographique, de la médecine à la littérature, est présenté en considérant plus particulièrement ses années de formation professionnelle, sa pratique médicale et ses aspirations littéraires. Le mouvement inverse, de la pratique littéraire à l’évocation de la médecine, est ensuite observé afin de repérer les traces du spécialisé dans ses romans ; cette observation s’appuie sur la notion de substrat professionnel, emblématique de la Fiction à Substrat Professionnel (FASP) actuelle telle qu’elle a été définie par Michel Petit (1999)2.

  • 3  Surnom littéraire donné par Smollett au grand Samuel Johnson, auteur emblématique du plus grand di (...)

7La question de savoir si la veine spécialisée sous-jacente dans les romans de Smollett constitue une forme originale dans le domaine de la littérature au siècle du « Great Cham »3 est posée en guise de conclusion.

1. De l’intérêt du recul diachronique en anglais de spécialité

8Dans l’introduction de leur ouvrage de référence,Charles Bazerman et James Paradis (1991 : 3) ont encouragé la prospection autour de l’objet de recherche constitué par les textes scientifiques dans une perspective historique dynamique :

It has been claimed that scientific discourse evolves and emerges in relation to scientific practices and that texts within professions give us insight into how the professions constitute themselves and carry out their work through texts.

9Depuis, d’autres chercheurs comme Dwight Atkinson (1999), Ellen Valle (1999), ou encore David Banks (2009, 2010, 2012) ont exploré le terrain du discours, de la culture et de l’article de recherche scientifiques en proposant des études diachroniques à partir de The Philosophical Transactions of the Royal Society of London. Alan Gross, Joseph Harmon et Michael Reidy (2002) ont procédé à une approche diachronique – cette fois plurilingue – de l’article de recherche scientifique du XVIIe siècle à nos jours.

10Dans le domaine spécialisé de l’anglais médical, des études sur l’argumentation scientifique dans les recensements de livres consacrés à la médecine, l’évolution du discours médical et les études de cas à l’époque médiévale ont été effectuées, respectivement, par Françoise Salager-Meyer, Maria Àngeles Alcazar Ariza et Nahirana Zambrano (2007), Britt-Louise Gunnarsson (2007) et Irma Taavitsainen (2011). L’équipe de recherche d’Irma Taaivitsainen et de Païvi Pahta travaille depuis plusieurs années sur l’évolution de l’anglais médical dans le cadre du laboratoire de recherche VARIENG (The Research Unit for Variation, Contacts and Change in English) de l’Université d’Helsinki.

11Toutes ces études concourent à repérer et à valider, grâce à un travail exploratoire diachronique, l’origine et l’évolution de divers genres spécialisés en anglais de spécialité afin d’éclairer les recherches actuelles. D. Banks (2004 : 70) a démontré le bien-fondé d’un recul diachronique dans l’étude linguistique de l’anglais de spécialité et de ses genres :

What is true of linguistics in general is true also of that sub-branch of linguistics which we call ESP. Just as diachronic linguistics can be of help in understanding problems in synchronic linguistics, so understanding how a particular specialized genre has developed can help in understanding how that genre functions today.

12Toutefois, il convient de noter que la plupart des approches mentionnées ci-dessus sont soit linguistiques, soit discursives et que le champ d’exploration de textes littéraires rédigés par des auteurs ayant eu une expérience professionnelle avant de devenir écrivains reste en friche. L’observation de productions littéraires, destinées a priori à des lecteurs non spécialistes, pourrait révéler l’existence sous-jacente d’éléments spécialisés propres à éclairer le lecteur sur une profession historiquement et culturellement déterminée, son fonctionnement et ses particularités discursives.

13Aujourd’hui, les textes et les genres de la FASP nous éclairent sur la perception par le public du discours et la culture des communautés professionnelles dans une perspective synchronique. Il est donc légitime de se demander si l’observation de textes plus anciens comportant des marques de spécialisation, mais aussi l’étude des contextes socioéconomiques et socioculturels dans lesquels ils sont apparus, peuvent se révéler utiles dans la compréhension d’une profession donnée – en l’occurrence, celle de la médecine – au XVIIIe siècle.

14Il convient donc de prendre le recul diachronique nécessaire afin de parcourir l’empan médical et littéraire du Siècle des lumières, tellement fertile dans la production romanesque britannique, en accordant une attention toute particulière aux réverbérations professionnelles dans l’œuvre littéraire d’un de ses romanciers les plus emblématiques, Tobias Smollett, médecin converti à l’écriture.

2. Médecine et littérature au XVIIIe siècle

15Le choix de la période retenue, celle du XVIIIe siècle en Grande-Bretagne, est justifié par le rayonnement intellectuel du Siècle des lumières, siècle de transitions majeures liées aux travaux des philosophes et des encyclopédistes, à des découvertes scientifiques de tout premier ordre, ainsi qu’à un foisonnement littéraire marqué par l’essor du roman.

16Dans le domaine de la médecine, à cette époque, la pratique classique fondée sur la théorie des humeurs d’Hippocrate, qui justifiait encore la saignée et la purge, a progressivement cédé la place à une observation clinique plus scientifique et à des avancées considérables comme la prévention du scorbut (James Lind en 1753), la trachéotomie en chirurgie (John Hunter en 1776), et la découverte du vaccin contre la variole (Edward Jenner en 1796). La Faculté de Médecine d’Édimbourg et l’Université de Glasgow, où le jeune Smollett fit une partie de ses études médicales, jouèrent un rôle important dans ce contexte.

17En matière littéraire, Daniel Defoe et Jonathan Swift ont été les précurseurs du roman anglais moderne en ouvrant la voie à une pléiade d’auteurs comme Samuel Richardson, Joseph Fielding, Laurence Sterne, Oliver Goldsmith et Tobias Smollett. Ces romanciers ont stimulé la création littéraire en s’inspirant des classiques et de genres littéraires existants tout en développant des techniques narratives innovantes.

18Toutes les conditions étaient donc réunies pour que de fécondes associations naissent de ce tourbillon intellectuel, d’autant plus que la distinction qui est faite aujourd’hui entre le domaine de la science et celui de la philosophie n’était pas de rigueur jusqu’au premier quart du XVIIIe siècle. Comme D. Banks (2004, 2012) l’a précisé, l’expression natural philosophy, qui faisait alors référence aux disciplines scientifiques, n’était qu’une subdivision du champ plus large de la philosophie.

19Jacqueline Estenne (1995 : 12-13) souligne cette porosité des disciplines à cette époque :

La large part que font les romans du XVIIIe siècle à la médecine et aux médecins, preuve éclatante de la perméabilité du discours littéraire aux préoccupations contemporaines, est favorisée par une absence remarquable de cloisonnement entre le monde des lettres et le monde scientifique. Le Siècle des Lumières est peut-être le dernier dans lequel sciences et belles lettres veulent et peuvent demeurer aussi étroitement liées.

20Avant de vérifier l’osmose éventuelle entre médecine et littérature, il convient tout d’abord de dresser un état des lieux de ces deux domaines distinctifs au XVIIIe siècle, en commençant par un inventaire des principales professions médicales et de leur représentation dans les romans de Smollett.

2.1. Le contexte médical : les principales professions liées à la médecine au XVIIIe siècle

21La classification suivante, proposée par l’historien de la médecine Edgar Ashworth Underwood (1937 : 971), reflète l’organisation des professions médicales dominantes au XVIIIe siècle :

In Smollett’s day medical men were divided into three classes of apothecaries, surgeons, and physicians. Lowest in the scale were the apothecaries. Some rungs up the ladder were the surgeons – still not emancipated from the stigma of the brush and razor. Highest of all were the physicians. If we are to believe Smollett, combination between the three classes seems to have been very common.

22Depuis le Moyen Âge, les apothicaires étaient des commerçants qui proposaient épices, plantes médicinales, potions et autres onguents dans leurs échoppes. Lors d’une formation qui durait sept ans, les apprentis s’exerçaient à maîtriser la connaissance des plantes médicinales, à mélanger divers excipients et à préparer les cataplasmes. Les apothicaires étaient rémunérés en fonction des préparations médicamenteuses qu’ils concoctaient et leurs services étaient recherchés par les gens modestes, incapables de s’offrir les consultations onéreuses des médecins, qui, pour leur part, considéraient leur activité empirique avec mépris. Les chirurgiens les tenaient pour des rivaux potentiels, car quelques apothicaires s’aventuraient à donner des conseils médicaux et pratiquaient des opérations mineures.

  • 4  En raison de la longueur des titres, des abréviations sont utilisées systématiquement dans les réf (...)

23Dans le même temps, certains apothicaires peu scrupuleux vendaient des potions présentées comme miraculeuses sur leurs chariots ou sur des estrades en place publique ; ce type de charlatan (quack) décrédibilisait la profession. Smollett y fait allusion dans The Adventures of Ferdinand Count Fathom (1905 [1753] : 323)4 :

This requisite is so well understood, that, exclusive of those who profess themselves doctors, every raw surgeon, every idle apothecary, who can make interest with some foolhardy coachmaker, may be seen dancing the hays in all places of public resort, and grinning to one another from their respective carriages.

24En 1704, les Lords anglais accordèrent aux apothicaires une institution, The Worshipful Company of Apothecaries, et un statut qui leur donnèrent une certaine légitimité dans la communauté médicale en les autorisant à prescrire et à dispenser des médicaments. Des personnages tels que le sordide Potion et son collègueLavement(RR), le bon Grieve (HC), mais aussi le charlatan notoireFerret (SLG), sont autant de représentants hauts en couleur de la confrérie des apothicaires dans les romans de Smollett.

25L’auteur évoque la piètre estime dans laquelle la population tenait ces apothicaires dans cette diatribe (SLG 1988 [1762] : 173) où Crabshaw,victime d’une erreur de diagnostic faite par un apothicaire de campagne, s’en prend à ce praticien et à l’infirmière qui l’accompagne :

Sir knight, I beg a boon: be pleased to tie a stone about the neck of the apothecary, and a halter about the neck of the nurse, and throw the one into the next river, and the other over the next tree, and in so doing you will do a charitable deed to your fellow-creatures; for he and she do the devil’s work in partnership, and have sent many a score of their betters home to him before their time.

26La catégorie des chirurgiens figure quelques échelons plus hauts sur l’échelle des professions médicales. Si E. Ashworth Underwood mentionne “the stigma of the brush and razor”, c’est que les chirurgiens et les barbiers ont été étroitement associés au sein de la Company of Barber Surgeons jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Traditionnellement, les barbiers – outre leurs fonctions capillaires habituelles – pratiquaient la saignée et quelques opérations mineures comme l’arrachage de dent, alors que les chirurgiens pratiquaient des opérations majeures comme la trépanation. L’apprentissage durait sept ans et impliquait, pour les chirurgiens, une connaissance de l’anatomie et une pratique de la dissection.

27Afin de se démarquer des barbiers, aux qualifications souvent inexistantes, et de contrer la rivalité des apothicaires, les chirurgiens cherchèrent une reconnaissance professionnelle propre dès 1745 en obtenant la création de la Company of Surgeons. C’est cette séparation entre deux professions alliées qu’Henry Fielding évoque dans cet extrait de Tom Jones (1980 [1749] : 381) où Tom s’adresse à son barbier, Benjamin Partridge :

“Mr Barber, or Mr Surgeon, or Mr Barber-Surgeon.”

“O dear sir,” answered Benjamin, […] “You recall to my mind that cruel separation of the united fraternities, so much to the prejudice of both bodies, as all separations must be.”

28Il est intéressant de noter que tous les vaisseaux de la marine de guerre britannique étaient censés avoir un chirurgien à bord. Le héros éponyme Roderick Random, chirurgien assistant à bord d’un bâtiment de la Marine royale, et son collègue Morgan en sont les représentants les plus connus. Le chirurgien de ville Launcelot Crab (RR) ainsi que Fillet,“a country practitioner in surgery and midwifery”(SLG 1988 [1762] : 39), sont d’autres figures marquantes qui apparaissent dans les romans de Smollett.

  • 5  C’est le terme qui est encore utilisé à ce jour, en particulier en Amérique du Nord, pour désigner (...)

29Tout en haut de l’échelle des professions médicales, se trouvaient les médecins (physicians5) comme ils étaient alors désignés en raison de leur maîtrise de la physic(k), fondée sur la connaissance de la nature (physica). Contrairement aux apothicaires et aux chirurgiens, ils ne s’abaissaient pas à préparer des potions ou à disséquer des cadavres, mais ils se concentraient sur l’anamnèse et l’examen visuel du patient. En effet, leur diagnostic, fondé sur les manifestations visibles des maladies, n’impliquait aucun contact direct avec le malade.

30Depuis la fondation du Royal College of Physicians of London en 1518, ils jouissaient d’un grand prestige intellectuel et avaient le monopole du diagnostic. Issus de grandes universités, ces érudits avaient une attitude souvent hautaine, que reflète bien ce portrait du médecin pédant qui accompagne le jeune Pickle lors de ses pérégrinations en France :

One of them was a young man, in whose air and countenance appeared all the uncouth gravity and supercilious self-conceit of a physician piping hot from his studies. (PP 1969 [1751] : 224)

31Parmi les personnages de médecins les plus pittoresques chez Smollett, il convient de citer Wagtail(RR), Looby (FCF)et le docteur Lewis, confident épistolaire deMatthew Bramble(HC). Si ces divers membres des professions médicales avaient des formations et des statuts différents, ils avaient toutefois des intérêts économiques communs et étaient fréquemment associés, comme le montre cette métaphore :

[…] the rest of the business was parceled out into small enclosures, occupied by different groups of personages, male and female, who stood in rings, and tossed the ball from one to another, there being in each department two sets, the individuals of which relieved one another occasionally. Every knot was composed of a waiting-woman, nurse, apothecary, surgeon and physician, and sometimes a midwife was admitted into the party. (FCF 1905 [1753] : 323).

2.2. Le contexte médical : principales théories médicales en vigueur au XVIIIe siècle

32Il est à présent nécessaire de tracer les grandes lignes des théories médicales dominantes au XVIIIe siècle et de chercher leur écho dans les romans de Smollett. À l’aube du XVIIe siècle, parallèlement à la redécouverte des théories classiques d’Hippocrate et de Galien, le Royal College of Physicians imposait l’usage systématique du latin afin de tenir à distance les apothicaires et les barbiers, qui ne le comprenaient généralement pas.

33Au début du siècle, la théorie des humeurs, héritée des Grecs, l’art et l’utilisation thérapeutique des plantes médicinales (materia medica) connaissaient encore une certaine popularité. L’iatromécanique, doctrine médicale répandue au siècle précédent par Herman Boerhave et George Cheyne, par laquelle ils cherchaient à expliquer tous les actes vitaux par des forces mécaniques, était encore très prisée. Afin de réguler la circulation et l’équilibre des fluides, les membres du corps médical avaient fréquemment recours aux purges, aux ponctions et à la saignée. En cela, Smollett reflète son époque en faisant fréquemment écho à ces pratiques, comme dans cet extrait (PP 1969 [1751] : 307) :

The doctor still insisted upon his former declaration, assuring him, that, although Pallet enjoyed a short interval for the present, the delirium would soon recur, unless they would profit by this momentary calm, and order him to be blooded, blistered and purged with all imaginable dispatch.

34Les cures dans des villes thermales comme Bath, Bristol et Tunbridge étaient encouragées. À ce sujet, il est intéressant de noter que le seul traité médical jamais rédigé par Smollett en tant que médecin, son Essay on the External Use of Water (1752), portait sur les effets présumés roboratifs et curatifs des eaux de Bath, ville qui a servi épisodiquement de toile de fond à plusieurs romans, dont The Expedition of Humphrey Clinker.

35Les théories médicales progressaient lentement, mais en revanche, l’évolution était plus rapide au sein d’un domaine, celui des émotions et de la sensibilité, thème prégnant dans la littérature du XVIIIe siècle. Traditionnellement, les émotions étaient perçues comme le résultat de mouvements physiques et cette physiologie des émotions s’exprimait par le corps. John McAllister (1989 : 325) met en relief cette perception traditionnelle en dressant le portrait de Ferdinand Count Fathom :

The world of Ferdinand’s passion is one of qualms, sweats, palsies, paroxysms, and palpitations, and the terrible illness that permanently transforms him completes a long pattern of pathological physical manifestations of passion.

36Hélène Dachez (2011 : 4), quant à elle, décrit la logique évacuative des émotions, théorie encore dominante à l’époque :

Dans The Adventures of Peregrine Pickle (1751), de Smollett, dont les romans sont nourris des théories médicales qu’il a lui-même étudiées, c’est par diverses réactions physiques facilement reconnaissables par le lecteur, signes externes de troubles internes, que chaque tricheur que le héros parvient à duper manifeste son désarroi :

« One turned up his eyes to heaven and bit his nether lip; another gnawed his fingers, while he stalked across the room; a third blasphemed with horrible imprecations », rendant ainsi toute sa force à l’étymologie du terme é-motion.

37Au XVIIe siècle, Thomas Willis avait avancé l’idée que toutes les réactions physiques et psychiques venaient des nerfs. Un siècle plus tard, un ami de Smollett, William Cullen, développait le concept d’excitabilité, selon lequel l’état nerveux d’un individu déterminait sa psychologie. La théorie des nerfs précisait que ces fibres extrêmement sensibles de l’organisme étaient à l’origine de dérèglements – fréquents dans les romans de Smollett – tels que l’hystérie. En voici une illustration (FCF, 1905 [1753] : 317-318) :

Whether the patient was frightened at this altercation […], or the disease had wound up her nerves for another paroxysm, certain it is, she all of a sudden broke forth into a violent peal of laughter which was succeeded by the most doleful cries, and expressions of grief; then she relapsed into a fit, attended with strong convulsions, to the unspeakable terror of the old gentlewoman, who entreated Doctor Looby to be expeditious in his prescription. Accordingly, he seized the pen in great confidence, and a whole magazine of anti-hysteric medicines were, in different forms, externally and internally applied.

  • 6  John Mullan est un universitaire britannique qui tient une chronique littéraire dans The Guardian (...)

38Il est donc possible d’écrire, avec John Mullan6 (2003), que le tissu narratif des romans de Smollett reflète les principales théories médicales de l’époque :

First, he became a doctor, and his medical training much influenced his writing: nowhere in literature are the pains and mortifications of a pre-analgesic world so alive. He then turned to literature in all its commercial varieties.

2.3. Le contexte littéraire : avènement du roman et principaux genres romanesques au XVIIIe siècle

39En matière de diversité et de créativité, la littérature britannique du XVIIIe siècle est extrêmement riche. Les poètes Alexander Pope et Robert Burns, les dramaturges Oliver Goldsmith et Richard Brinsley Sheridan ainsi qu’une myriade d’écrivains – parmi lesquels Daniel Defoe et Samuel Richardson – ont vivifié la production littéraire du Siècle des lumières.

40Ce foisonnement, matérialisé par la multiplication des cafés littéraires comme le Scribblerus Club, dominé par Alexander Pope et Jonathan Swift, et le développement des cercles littéraires comme celui qu’animait Samuel Johnson, était le résultat de forces idéologiques, économiques et sociales. En effet, l’illettrisme était fortement en baisse grâce aux efforts éducatifs des Puritains au siècle précédent. La technologie de l’imprimerie et une relative liberté de la presse avaient facilité l’accès des classes moyennes à des journaux comme The Tatler et The Spectator. La forme nouvelle du roman, particulièrement prisée de la bourgeoisie marchande, dont les membres se retrouvaient dans les aventures et les histoires réalistes ou sentimentales qui y étaient mises en scène, était plus facile d’accès pour ces nouveaux lecteurs que la lecture des classiques et des poètes.

41Dans des domaines plus spécialisés, les virtuosi continuaient d’aborder des thèmes politiques, philosophiques, littéraires ou scientifiques en lisant des revues savantes comme The Philosophical Transactions, dont les origines datent du XVIIe siècle ou encore The Critical Review, lancée en 1756, dont Smollett fut l’un des rédacteurs en chef. Dans le même temps, la publication de Robinson Crusoe (Defoe : 1719) permit une relative vulgarisation du genre littéraire du roman, qui se déclinait en catégories génériques qu’il convient de passer en revue.

42Avec la publication de Pamela (Richardson : 1741), le roman épistolaire connut un certain succès ; Smollett adopta cette technique narrative originale dans The Expedition of Humphrey Clinker. Richardson fut également à l’origine de l’engouement pour le roman sentimental en approfondissant la psychologie de ses personnages selon un mode introspectif. Bien que cette introspection soit souvent peu développée dans les romans de Smollett, nous avons vu que les sentiments et la sensibilité, liés à une grande excitabilité nerveuse, y jouent un rôle non négligeable.

43L’engouement pour le roman comique, fondé sur la satire sociale, s’accrut grâce à The History of Tom Jones (Fielding : 1749), The Adventures of Peregrine Pickle (Smollett : 1751) et Tristam Shandy (Sterne : 1759).

  • 7  En d’autres termes, les aventures d’un fripon ou d’un mendiant. Le personnage du médecin était emb (...)

44Le roman picaresque, inspiré des aventures du picaro espagnol7, connut de nombreux avatars dans la littérature britannique. Fielding d’une part, mais aussi Smollett, qui avait traduit le roman picaresque Gil Blas de Santillane d’Alain René Lesage et Don Quichotte de Miguel de Cervantès, ont été influencés par cette forme littéraire éminemment populaire.

45Dans la deuxième partie du siècle, en réaction à l’omnipotence de la Raison, apparut le roman gothique, annonciateur du Romantisme, avec The Castle of Otranto (Horace Walpole : 1765). De fait, plusieurs scènes de The Life and Adventures of Sir Launcelot Greaves et de The Adventures of Ferdinand Count Fathom annoncent ce genre.

46Cette approche taxinomique montre que Smollett était imprégné des diverses tendances littéraires du XVIIIe siècle. Comme James L. Clifford le souligne dans son introduction (PP 1969 [1751] : xxv) :

What gives Smollett his own particular flavor is the mingling in his novels of so many diverse traditions – the picaresque, classical formal satire, comedy, melodrama, the new sensibility, and at times stark realism.

47Toutefois, la question se pose de savoir si, outre ces influences littéraires avérées, le romancier n’a pas intégré dans son œuvre des apports liés à sa profession initiale.

3. Tobias Smollett : de la médecine à la littérature

48Contrairement à son contemporain Oliver Goldsmith, qui avait reçu une formation médicale à Édimbourg et à Leyde, mais qui n’exerça jamais la médecine de façon suivie, Smollett pratiqua la médecine pendant près de quinze ans avant de se consacrer totalement à la littérature.

49Il convient maintenant d’étudier sa formation professionnelle initiale, sa pratique médicale et sa carrière littéraire pour pouvoir repérer les éléments du spécialisé dans ses romans. Le commentaire suivant de J. Estenne (1995 : 16) nous incite à poursuivre nos recherches dans ce sens :

Sa connaissance de première main d’une profession qu’il avait exercée le qualifiait pour décrire et juger la médecine de l’intérieur. Aussi son œuvre offre-t-elle un éventail très large de documents concrets, précis, pris sur le vif.

3.1. Années de formation et pratique de la médecine

50Né dans la paroisse écossaise de Cardross (Dumbartonshire), Tobias Smollett n’avait pas vocation à embrasser la profession médicale. En effet, il aurait préféré se lancer dans une carrière militaire, mais c’est son frère aîné James qui obtint une commission grâce à l’influence de leur grand-père. Après avoir reçu une excellente éducation classique – à l’instar du personnage de Roderick Random – à l’école secondaire de Dumbarton, il fut envoyé à l’Université de Glasgow afin d’y étudier la médecine aux côtés de (futurs) médecins aussi prestigieux que William Cullen et William Hunter.

51En 1736, il commença un apprentissage de cinq ans chez deux chirurgiens réputés de Glasgow, William Sterling et John Gordon. Déjà mû par des velléités littéraires, l’apprenti mit fin à son contrat trois ans plus tard avec la ferme intention de trouver à Londres un mécène susceptible de patronner sa tragédie The Regicide.

52Ayant dû faire face au rejet de sa tragédie et à des problèmes pécuniaires, Smollett se résigna à passer un examen lui permettant de devenir assistant-chirurgien à bord d’un vaisseau de la Marine royale. En 1739, il obtint cette qualification au Barber-Surgeons’ Hall de Londres. De 1740 à 1744, il exerça cette fonction à bord de différents bâtiments, plus particulièrement lors de la campagne de l’amiral Vernon à Cartagène (Colombie).

53P.-G. Boucé insiste sur les nombreuses sources d’inspiration professionnelle accumulées au cours de ces années de jeunesse :

In the span of nine years, Smollett had amassed enough factual, psychological, and ethical experience (especially as a surgeon’s second mate during the Cartagena expedition) on which to draw for the rest of his writing life. (RR 1991 [1748] : xi)

  • 8  Fort de son expérience maritime récente, il y dénonce les conditions inadmissibles d’exercice de l (...)
  • 9  Dans son introduction(SLG 1988 [1762] : 23), Peter Wagner laisse entendre que Smollett aurait ache (...)

54En mai 1744, de retour en Angleterre, Smollett s’établit comme chirurgien à Londres, où il consacra beaucoup de temps à conforter ses ambitions littéraires ; en effet, son premier roman, The Adventures of Roderick Random, fut publié en 17488. En 1750, le jeune auteur n’avait pas encore abandonné l’idée de combiner médecine et littérature puisqu’il obtint le diplôme de Docteur en Médecine du Marischal College à Aberdeen9. Il quitta alors Londres pour Bath, où il exerça en tant que médecin pendant deux ans, période pendant laquelle The Adventures of Peregrine Pickle fut publié.

3.2. De la pratique médicale à la carrière littéraire

55Parmi les raisons mises en avant pour expliquer le retrait de Smollett de la carrière médicale, on peut citer sa piètre popularité en tant que médecin, son mauvais caractère, son intérêt obsessionnel pour la littérature, mais jamais son manque d’intérêt pour la cause médicale. À partir de 1752, même si l’ex-médecin est devenu un romancier à part entière, des réverbérations de sa profession initiale sont présentes dans les romans de la deuxième partie de sa carrière littéraire.

  • 10  Cette mutation de l’aventurier en médecin-charlatan est le thème principal de la deuxième partie d (...)

56Dans The Adventures of Ferdinand Count Fathom (1753), la médecine et le charlatanisme deviennent des thèmes récurrents lorsque Ferdinand se transforme en Doctor Fathom10. En 1762, dans The Life and Adventures of Sir Launcelot Greaves, l’auteur brosse le portrait peu flatteur de l’apothicaire Ferret, caricature notoire d’un charlatan contemporain, John Shebbeare. Dans le même temps, une vision idéale du médecin est suggérée lorsque Greaves déclare (SLG 1988 [1762] : 235) :

Sir, the practice of medicine is one of the most honourable professions exercised among the sons of men; a profession which hath been revered at all periods and in all nations, and even held sacred in the polished ages of antiquity […] The character of a physician, therefore, not only supposes natural sagacity, and acquired erudition, but it also implies every delicacy of sentiment, every tenderness of nature, and every issue of humanity.

57Dans son dernier roman, The Expedition of Humphrey Clinker (1771), la médecine, le traitement des rhumatismes et les méfaits des cures thermales font l’objet de nombreux échanges épistolaires entre Bramble et le docteur Lewis. On y trouve également un personnage transfiguré, l’apothicaire Grieve, qui n’est autre que le charlatan Fathom réformé.

4. Tobias Smollett : de la littérature à la représentation de la médecine

58Dans une perspective synchronique, Michel Petit (1999 : 58) a précisé les caractéristiques des thrillers spécialisés dans un article définitoire du genre de la FASP :

[…] ces romans se caractérisent par la présence permanente et nécessaire, à la fois dans le contenu narratif et dans l’écriture elle-même, de la représentation prégnante d’un réel professionnel qui en fait le véritable substrat de la fiction.

  • 11  Dans le contexte large de la FASP, la typologie, l’évolution et les transformations graduelles du (...)

59L’intérêt de cette approche, qui a mis en relief la popularisation contemporaine de la culture et du discours spécialisé d’une profession par le biais de la fiction11, a été relevé par D. Banks (2012 : 67) dans une perspective diachronique linguistique et civilisationniste :

Several years ago, Michel Petit’s seminal article on FASP (fiction à substrat professionnel) provided a meeting place, or interface, between linguistics and literature in an ESP context. […] I would like to think that diachronic ESP could do the same sort of thing for linguistics and cultural studies, so that those with an interest in both, or linguists working with specialists in civilization could find a working space in an ESP environment.

60L’étude du spécialisé et du substrat professionnel dans l’œuvre de Smollett et l’exploration de l’intersection entre ASP et littérature dans ses romans s’inscrivent dans cette démarche.

4.1. Spécialisé et substrat professionnel dans les romans de Smollett

61Lorsqu’ils commentent l’œuvre de Smollett, les critiques littéraires relèvent, d’une part la pauvreté psychologique de ses personnages et le caractère apparemment disparate de ses intrigues, et d’autre part sa verve comique, sa puissance satirique et ses visées didactiques. Les allusions au spécialisé, en l’occurrence au substrat professionnel de la médecine, sont rares.

62Pourtant, comme l’indique Claude Edward Jones (1957 : 337), il existait au XVIIIe siècle une forme commerciale de la littérature qu’il est possible d’apparenter d’une certaine manière à la FASP moderne :

Also vital to the development of imaginative literature have been the contributions of authors with medical training, interests and experience. […]. Besides these, there has been in every age a whole galaxy of lesser figures, particularly in eighteenth century England, when many professional men –lawyers and ministers as well as doctors– increased their social standing and supplemented their incomes by literary work.

63Smollett a parfois eu recours à des scènes libidineuses ou scatologiques pour satisfaire un lectorat populaire, mais il ne peut pas être considéré comme un auteur purement cupide. Comme nous l’avons vu précédemment, son expérience médicale nourrissait ses romans qui ne manquent pas de scènes, de personnages et de thèmes liés au monde de la médecine. Ainsi, dans ce simulacre satirique d’interrogatoire du patient (SLG 1988 [1762] : 173-174), l’auteur montre une solide maîtrise de l’anamnèse, alors pratiquée exclusivement par les médecins érudits :

“Have a good heart,” (said the physician) “What is your disorder?” “Physick.” “What do you chiefly complain of?” “The doctor.” “Does your head ake?” “Yea, with impertinence.” “Have you a pain in your back?” “Yes, where the blister lies.” “Are you sick at stomach?” Yes, with hunger.” “Do you feel any shiverings?” “Always at sight of the apothecary”. “Do you perceive any load in your bowels?” “I would the apothecary’s conscience was as clear.”

64Smollett maîtrise également les techniques médicales et chirurgicales de l’époque, comme en témoigne ce commentaire de J. Estenne (1995 : 360) :

En outre, la technique de réduction d’une fracture est exposée avec un luxe de détails inhabituel chez Smollett.

“Having sawed off part of the splinter that stuck through the skin, we reduced the fracture, dressed the wound, applied the eighteen-tailed bandage, and put the leg in a box, secundum artem.” (RR 165)

  • 12  Chirurgien de la Marine royale et auteur du traité The Navy Surgeon (1734).

65Ce sont des soins identiques que prescrit John Atkins12 dans The Navy Surgeon.

66L’auteur montre qu’il connaît le discours de la profession médicale. À l’instar de Molière dans le Malade imaginaire, il le met souvent à profit pour jeter un regard satirique sur les médecins pédants de l’époque, comme dans cette réplique (HC 1967 [1771] : 47) :

Sir, I beg pardon (replied the Doctor) I perceive your ancles are swelled, and you seem to have the facies leucophlegmatica. Perhaps, indeed, your disorder may be oedematous,or gouty, or it may be the lues venerea.

67Dans le même roman (1967 [1771] : 317), le narrateur est tellement imprégné de la terminologie médicale qu’il l’utilise de manière métaphorique en parlant de l’Angleterre :

There is a continual circulation, like that of the blood in the human body, and England is the heart, to which all the streams which it distributes are refunded and returned.

  • 13  Voir supra 2.2.

68Ses romans reflètent aussi les théories médicales du XVIIIe siècle, comme indiqué précédemment13. Ainsi, ce passage (HC 1967 [1771] : 345-346) fait-il référence à l’iatromécanique :

As for Lismahago, he seemed to think the fright and the cold bath would have a good effect upon his patient’s constitution: but the doctor hinted some apprehension that the gouty matter might, by such a sudden shock, be repelled from the extremities and thrown upon some of the more vital parts of the machine.

69De même, l’échange suivant (SLG 1988 [1762] : 230) évoque la théorie de l’excitabilité, tout en raillant le jargon utilisé par le médecin :

Do you think my distemper is madness, doctor?

O Lord! Sir, – not absolute madness – no – not madness – you have heard, no doubt, of what is called a weakness of the nerves, sir, – tho’ that is a very inaccurate expression; for this phrase, denoting a morbid excess of sensation, seemes to imply that sensation itself is owing to the loose cohesion of those material particles which constitute the nervous substance, inasmuch as the quantity of every effect must be proportionable to its cause.

70G. S. Rousseau a souligné cette propension à mettre le spécialisé au service du littéraire (1971b : 81) :

It is not surprising, however, to discover medical learning used for comic purposes in the novels of an author who was a physician by profession and whose works abound with a variety of scientific references.

4.2. Le spécialisé au service de la satire médicale

71Alors que les lecteurs de Smollett étaient principalement attirés par ses talents comiques et satiriques, ils n’en étaient pas moins exposés au substrat professionnel de la médecine présent dans ses romans. Le moment est venu de se demander quel rôle le spécialisé a joué dans sa production littéraire et quelle influence il a pu exercer sur son lectorat.

72La plupart des extraits cités jusqu’ici donnent une image récurrente de la médecine ; il s’agit essentiellement de la représentation négative d’une communauté professionnelle, de pratiques et de théories ayant grand besoin d’être réformées, ce qui, selon P. Wagner (SLG 1988 [1762] : introduction, 22), s’inscrit dans une tradition littéraire ancestrale :

Smollett’s ridiculing of the medical profession is part of a larger satirical tradition in literature, which for centuries had mocked priests, doctors and lawyers, but also reflects the confusing state of an expanding and changing science.

73L’auteur utilise sa connaissance intime des professionnels et de la culture médicale pour tirer à boulets rouges sur un système souvent désuet et inefficace en utilisant l’arme lourde de la satire sociale. Le spécialisé fait alors office de poudre, qui alimente une puissance de feu dévastatrice. En voici quelques illustrations :

“Never was money laid out to less purpose,” said Ferdinand, “for it does not appear that you have learned so much as the basis of medical requirements, namely that decorum and urbanity which ought to distinguish the deportment of every physician. You have even debased the noblest and most beneficial art that ever engaged the study of mankind, which cannot be too much calculated, and too little restrained, in seeking to limit the practice of it to a set of narrow-minded illiberal wretches, who, like the lowest handicraftsmen, claim the exclusive privileges of a corporation.” (FCF 1905 [1753] : 316-317)

When a physician becomes the town talk, he generally concludes his business more than half done, even though his fame should wholly turn upon his mal-practice; insomuch that some members of the faculty have been heard to complain, that they never had the good fortune to be publicly accused of homicide; and it is well known that a certain famous empiric of our day, never flourished to any degree of wealth and reputation till after he had been attacked in print, and fairly convicted of having destroyed a good number of the human species. (FCF 1905 [1753] : 329)

The three leaders of this learned gang had no sooner made their lodgment good, than they began to consult about the patient’s malady, which every one of them pretended to have considered with great care and assiduity. The first who gave his opinion said, the distemper was an obstinate Arthritis; the second affirmed, that it was no other than a confirmed pox; and the third one swore that it was an inveterate scurvy. This diversity of opinions was supported by a variety of quotations from medical authors, ancient as well as modern: but these were not sufficient authority, or at least not explicit enough to decide the dispute; for there are many schisms in medicine, as well as in religion, and each sect can quote the fathers, in support of the tenets they profess (PP 1969 [1751] : 374)

74C’est une image très noire de la médecine et des médecins que le spécialisé présente ici. Au-delà de la satire, cette sévère critique est fondée sur une volonté didactique de réforme du système médical de l’époque. Il suffit de se référer au titre de la biographie rédigée par L. M. Knapp, Tobias Smollett: Doctor of Men and Manners (1949), pour comprendre l’importance de cette volonté réformiste. Smollett utilise le levier de la critique sociale ou de la satire pour sensibiliser les lecteurs profanes aux conditions scandaleuses de la pratique de la médecine maritime, mais aussi à l’inefficacité des eaux thermales de Bath :

The sick and wounded were squeezed into certain vessels, which thence obtained the name of hospital ships […]. Their wounds and stumps being neglected, contracted filth and putrefaction, and millions of maggots were hatched amid the corruption of their sores. This inhuman disregard was imputed to the scarcity of surgeons; though it is well known, that every great ship in the fleet could have spared one at least for this duty, which would have been more than sufficient to remove this shocking inconvenience. (RR 1991 [1748] : 187)

As for the water, which is said to have effected so many surprising cures, I have drank it once, and the first draught has cured me of all desire to repeat the medicine. – Some people say it smells of rotten eggs, and others compare it to the scourings of a foul gun. […]. I am persuaded that all the cures ascribed to the Harrigate water, would have been as efficaciously, and infinitely more agreeably performed, by the internal and external use of seawater. (HC 1967 [1771] : 196-197)

75C’est cette volonté réformiste qui a conduit Paul Harper (1930 : 414) à écrire fort à propos.

The greatest contribution of Tobias Smollett to medicine may be found in his writings, particularly those which warned the public against the tricks and falsehoods of quacks and pseudopractitioners.

Conclusion

76Dans le contexte de la littérature britannique du XVIIIe siècle, Tobias Smollett présente un double visage. Il apparaît comme l’héritier des traditions littéraires de l’époque et l’un des contributeurs au genre du roman, dont l’essor put avoir lieu grâce à l’engouement des classes moyennes, avides d’émotions exacerbées et d’aventures à caractère réaliste. Dans le même temps, il se démarque de ses contemporains car ses romans sont empreints d’éléments spécialisés propres au monde de la médecine, qu’il exerça avant et pendant une partie de sa carrière littéraire.

77Cet affleurement du spécialisé dans le discours romanesque, issu du substrat professionnel médical qui caractérise de nombreux romans de Smollett, permet de postuler que, dans une perspective diachronique, sa production littéraire pourrait s’apparenter par certains aspects au genre de la FASP médicale. Il s’agit d’une hypothèse téméraire puisque la notion de FASP, définie en 1999, est généralement associée à des auteurs contemporains. Cependant, comme Robin Cook et Michael Palmer aujourd’hui, Smollett était un doctor-turned-novelist puisqu’il délaissa la pratique médicale tardivement, après le succès commercial de ses deux premiers romans. Comme dans les medical thrillers contemporains, ses récits reposent en partie sur un attrait populaire lié aux aventures du héros, aux rebondissements de l’intrigue, et à des scènes faisant parfois appel à des instincts primaires.

78Cette étude a tenté de montrer que des éléments lexicaux, discursifs et culturels propres à la médecine de l’époque sont présents dans l’œuvre de Smollett et peuvent s’apparenter à l’attrait exercé par le substrat professionnel de la FASP contemporaine. M. Van der Yeught (2009 : 77), précise que c’est cet aspect qui sera utile au spécialiste du domaine.

 […] il demande surtout au roman « spécialisé » d’offrir une représentation aussi exacte que possible du domaine spécialisé. Au fond, le récit l’intéresse s’il facilite la troisième phase du processus de la dictionnarisation spécialisée : la réintroduction des éléments lexicaux dans un continuum discursif.

79Néanmoins, comme P.-G. Boucé l’a démontré (1976), les récits de Smollett ne constituent pas une autobiographie inversée de la vie et de la profession médicale exercée par l’auteur. Il apparaît également que, dans l’œuvre de Smollett, dont la finalité reste littéraire et morale, le lecteur du XVIIIe siècle n’était pas à la recherche du spécialisé, mais plutôt en quête de situations dramatiques et d’une verve comique propres au genre picaresque, ainsi que de scènes – souvent proches de l’art pictural de William Hogarth – où caricature et satire des mœurs de l’époque alternaient.

80Nous avons vu que, chez Smollett, la représentation de la médecine dans l’œuvre de fiction reflète fréquemment la triste réalité des professions et de certaines théories médicales du XVIIIe siècle. Nous avons constaté que le spécialisé est souvent mis au service de la satire afin de sensibiliser les lecteurs à des réformes médicales impérieuses. À ce titre, l’auteur a imprimé la marque du spécialisé dans la culture littéraire du XVIIIe siècle, au cours duquel science et littérature cohabitaient naturellement. À l’époque, ses romans ont donc pu favoriser, de manière indirecte, une transmission du discours et de la culture spécialisés de la communauté médicale aux lecteurs non-spécialistes.

81Dans une perspective civilisationniste, grâce à la plume de l’un des premiers doctors-turned-novelists, les chercheurs et les doctorants de l’ASP ont un accès privilégié au domaine spécialisé de l’anglais de la médecine tel qu’il existait au Siècle des lumières. C’est ce que pressentait P.-G. Boucé (1976 : 263) lorsqu’il écrivait :

In a way, the first thing with which Smollett provides his modern readers is an involuntary testimony, that is to say a whole series of particulars which retrospectively acquire a historical or sociological value as ‘facts of civilization’.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Fielding, Henry. 1980 [1749]. The History of Tom Jones. Harmondsworth : Penguin Books.

Smollett, Tobias. 1991 [1748]. The Adventures of Roderick Random. Oxford : Oxford University Press. [RR]

Smollett, Tobias. 1969 [1751]. The Adventures of Peregrine Pickle. Oxford : Oxford University Press. [PP]

Smollett, Tobias. 1935 [1752]. Essay on the External Use of Water. Baltimore : The Johns Hopkins University Press.

Smollett, Tobias. 1905 [1753]. The Adventures of Ferdinand Count Fathom. Londres : Hutchinson. [FCF]

Smollett, Tobias. 1988 [1762]. The Life and Adventures of Sir Launcelot Greaves. Londres : Penguin Books. [SLG]

Smollett, Tobias. 1967 [1771]. The Expedition of Humphrey Clinker. Harmondsworth : Penguin Books. [HC]

Références

Ashworth Underwood, Edgar. 1937. « Medicine and science in the writings of Smollett ». Sectional Proceedings of the Royal Society of Medicine 30, 961-974.

Atkinson, Dwight. 1999. Scientific Discourse in Sociohistorical Context: The Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 1675-1975. Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

Banks, David. 2004. « Philosophy, science, ideology and the establishment of science as a profession ». ASp 43-44, 69-80.

Banks, David. 2009a. « Starting science in the vernacular. Notes on some early issues of the Philosophical Transactions and the Journal des Sçavans, 1665-1700 ». ASp 55, 5-22.

Banks, David. 2009b. « Creating a specialized discourse: the case of the Philosophical Transactions ». ASp 56, 29-44.

Banks, David. 2010. « Transitivity and thematic structure in some early issues of the Philosophical Transactions ». ASp 58, 57-71.

Banks, David.. 2012. « Diachronic ESP: at the interface of linguistics and cultural studies ». ASp 61, 55-70.

Bazerman, Charles & James Paradis. 1991. Textual Dynamics of the Professions. Historical and Contemporary Studies of Writing in Professional Communities. Madison, WI : University of Wisconsin Press.

Boucé, Paul-Gabriel. 1976. The Novels of Tobias Smollett. Londres : Longman.

Charpy, Jean-Pierre. 2005. « La FASP médicale et ses marges : textes de référence, prototextes et textes périphériques ». ASp 47-48, 83-101.

Charpy, Jean-Pierre. 2010. « FASP médicale et substrat professionnel : le miroir éclaté ». ASp 57, 49-65.

Charpy, Jean-Pierre. 2011. « Les premiers dictionnaires médicaux en langue anglaise : glissements diachroniques du spécialisé au non spécialisé ». ASp 59, 25-42.

Dachez, Hélène. 2011. « Émotions, corps et médecine en Angleterre au XVIIIe siècle : l’intérieur et l’extérieur ». Séminaire « Les émotions : savoirs et sciences », Université de Provence.

Estenne, Jacqueline. 1995. Médecins et Médecine dans l’œuvre de Tobias Smollett et de Laurence Sterne 1748-1771. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle.

Gross, Alan, Joseph E. Harmon & Michael Reidy. 2002. Communicating Science: The Scientific Article from the 17th Century to the Present. New York : Oxford University Press.

Gunnarsson, Britt-Louise. 2005. « Medical discourse: Sociohistorical construction ». In Encyclopedia of Language and Linguistics (2nd ed.), vol 7. Amsterdam : Elsevier, 709-716.

Harper, Paul. « Tobias Smollett and the practice of medicine ». The Yale Journal of Biology and Medicine 2/6, 408-416.

Jones, Claude E. 1957. « Tobias Smollett (1721-1771) – The Doctor as Man of Letters ». Journal of the History of Medecine and Allied Sciences 12/7, 337-348 <http://jhmas.oxfordjournals.org/content/XII/7/337.extract>, consulté le 11/2/2013.

Knapp, Lewis Manfield. 1949. Tobias Smollett: Doctor of Men and Manners. Princeton : Princeton University Press.

McAllister, John. 1989. « Conversion, Seduction, and Medicine in Smollett’s Ferdinand Count Fathom ». Eighteenth-century Fiction, vol. I,319-333.  

Mullan, John. 2003. « Enlightenment hack », The Guardian, <http://www.guardian. co.uk/books/2003/aug/30/featuresreviews.guardianreview8>, consulté le 16/08/2012.

Petit, Michel. 1999. « La fiction à substrat professionnel : une autre voie d’accès à l’anglais de spécialité ». ASp 23-26, 57-81

Rousseau, George S. 1971. « Doctor by Design, Writer by Choice », In The Journal of the American Medical Association Vol. 216, N° 1,85-89.

Rousseau, George S. & Paul-Gabriel Boucé (dir.). 1971. Tobias Smollett: Bicentennial essays presented to Lewis M. Knapp. New York : Oxford University Press.

Salager-Meyer, Françoise, Maria Àngeles Alcaraz Ariza & Nahirana Zambrano. « Collegiality, critique and the construction of scientific argumentation in medical book reviews: a diachronic approach ». Journal of Pragmatics 39, 1758-1774.

Valle, Ellen. 1999. A Collective Intelligence: The Life Sciences in the Royal Society as a Scientific Discourse Community, 1665-1965. Turku, Finlande : AnglicanaTurkuensia.

Van der Yeught, Michel. 2009. « Structurer l'anglais de la bourse : une approche des langues de spécialité par la spécialité ». Synthèse présentée pour l'Habilitation à diriger des recherches. Bordeaux : Université Victor-Segalen.

Haut de page

Notes

1 Robin Cook, médecin devenu romancier à succès et initiateur du medical thriller, a souvent été désigné ainsi dans le paratexte éditorial de ses romans, mais cette appellation pourrait être appliquée à ceux, nombreux, qui ont embrassé une carrière littéraire après avoir pratiqué la médecine, à l’instar de François Rabelais, Oliver Goldsmith, Sir Arthur Conan Doyle, William Somerset Maugham, Louis-Ferdinand Céline et Archibald Joseph Cronin.

2  Il s’agit de romans contemporains écrits par des professionnels, des ex-professionnels ou des experts reflétant le discours, la culture, le cadre de vie et de travail d’une ou de plusieurs communautés professionnelles que les lecteurs avides de ce genre sont susceptibles d’identifier aisément grâce à la prégnance du substrat professionnel.

3  Surnom littéraire donné par Smollett au grand Samuel Johnson, auteur emblématique du plus grand dictionnaire encyclopédique du Siècle des lumières en Grande-Bretagne. Le surnom « Cham » fait directement référence à « Genghis Khan ».

4  En raison de la longueur des titres, des abréviations sont utilisées systématiquement dans les références aux extraits et aux personnages cités dans le corps du texte. Voir Sources primaires en fin d’article.

5  C’est le terme qui est encore utilisé à ce jour, en particulier en Amérique du Nord, pour désigner un médecin généraliste.

6  John Mullan est un universitaire britannique qui tient une chronique littéraire dans The Guardian (cf. <http://www.guardian.co.uk/books/series/bookclub>, consulté le 16/08/2012).

7  En d’autres termes, les aventures d’un fripon ou d’un mendiant. Le personnage du médecin était emblématique de ce genre, à l’image du docteur Sangrado dans Gil Blas de Santillane d’Alain René Lesage.

8  Fort de son expérience maritime récente, il y dénonce les conditions inadmissibles d’exercice de la médecine en mer.

9  Dans son introduction(SLG 1988 [1762] : 23), Peter Wagner laisse entendre que Smollett aurait acheté ce diplôme, comme cela se faisait couramment à l’époque.

10  Cette mutation de l’aventurier en médecin-charlatan est le thème principal de la deuxième partie du roman.

11  Dans le contexte large de la FASP, la typologie, l’évolution et les transformations graduelles du genre spécialisé de la FASP médicale ont également fait l’objet de plusieurs études synchroniques (Charpy 2005, 2010).

12  Chirurgien de la Marine royale et auteur du traité The Navy Surgeon (1734).

13  Voir supra 2.2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Charpy, « Exploration de l’intersection entre l’anglais de spécialité et la littérature : les romans de Tobias Smollett, un « doctor-turned-novelist » du Siècle des lumières », ASp, 63 | 2013, 113-131.

Référence électronique

Jean-Pierre Charpy, « Exploration de l’intersection entre l’anglais de spécialité et la littérature : les romans de Tobias Smollett, un « doctor-turned-novelist » du Siècle des lumières », ASp [En ligne], 63 | 2013, mis en ligne le 07 octobre 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://asp.revues.org/3324 ; DOI : 10.4000/asp.3324

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Charpy

Jean-Pierre Charpyest maître de conférences à la Faculté de Médecine de Dijon et membre de l’EA 4182 de l’Université de Bourgogne. Il est le co-auteur du guide pratique La communication orale scientifique en anglais (Ellipses : 2002), de L’anglais médical à la faculté (nouvelle édition) (Ellipses : 2008) et de L’article de recherche scientifique en anglais (Ellipses : 2010). Ses domaines de recherche portent sur l’étude diachronique de l’anglais médical, la FASP médicale et le discours scientifique. jean-pierre.charpy@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org