Navigation – Plan du site
Recherches sur corpus en langue de spécialité

Applications des concordanciers à l'enseignement de la grammaire anglaise en DEUG

Joseph Rézeau
p. 117-132

Résumés

Les programmes de recherche des collocations des mots d'une langue sont récemment devenus conviviaux et abordables ; les corpus de textes sous forme numérique existent. L'utilisation didactique de ces outils reste néanmoins marginale ou épisodique. Cet article donne des exemples concrets et commentés d'application des concordanciers à l'enseignement de la grammaire anglaise à l'université et une ébauche de typologie d'exercices.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ces dix dernières années ont vu l’émergence concomitante de programmes informatiques permettant la recherche rapide des collocations des mots d’une langue d’une part et de corpus de textes sous forme informatisée d’autre part. Le chercheur en linguistique dispose ainsi des outils et des données nécessaires pour mettre en évidence et analyser les propriétés distributionnelles des mots du point de vue de leur combinatoire sémantique, syntaxique et discursive. Quant à l’enseignant de langues sur le terrain, il peut utiliser ces mêmes outils en mettant à la disposition de ses étudiants un type d’apprentissage s’appuyant sur des données authentiques, ce que Tim Johns (université de Birmingham) appelle Data Driven Learning.

2Malgré le nombre croissant de communications et d'articles qui sont consacrés aux concordances (voir références bibliographiques), bien des collègues ignorent encore leur existence, ou sont sceptiques quant à leur utilité. Stevens (1995) disait à ce propos :

Language teachers fall into three groups: those who have never heard of concordances, those who haven't yet taken them seriously, and those who swear by them.

3Dans l’espoir d’amener les lecteurs de cet article au moins à prendre les concordances au sérieux, la première partie de cet article passera en revue les sources de corpus utilisables et les principales caractéristiques des programmes de concordances, tandis qu’une deuxième partie donnera des exemples concrets d’application à l’apprentissage de la grammaire anglaise en DEUG.

Comment constituer un corpus de textes ?

4On trouve de plus en plus de textes sous forme numérique, mais ils sont plus ou moins faciles d'accès et plus ou moins compatibles avec un traitement informatique. Sinclair (1991) consacre un chapitre à la création du corpus. L'enseignant isolé des grands centres de recherche se constituera son propre corpus de manière plus ou moins artisanale. Par exemple, à la fin des années 80, nous utilisions les dépêches que la BBC diffusait sur le Minitel (code 3615 BBC). La capture en était laborieuse, et ne rapportait guère que 1200 mots par jour... Et pourtant, au moment de la Guerre du Golfe, l'accumulation quotidienne de ces dépêches nous a permis d'étudier in vivo l’évolution de la détermination du groupe nominal en anglais (Annexe 1).

5Actuellement, Internet offre des possibilités infiniment plus étendues de capture de textes, et dans des genres plus variés. De plus en plus d’œuvres de fiction sont également disponibles sur Internet comme sur cédérom. Sur abonnement (coûteux), il est possible de consulter l'importante bank of English de Collins qui compte plus de 200 millions de mots... Mais dans ce cas, l'utilisateur soumet une requête au serveur qui l'exécute et renvoie un résultat et on ne maîtrise pas bien les paramètres de la recherche.

6La solution la plus pratique à défaut d'être la plus complète consiste à utiliser l’un des cédéroms de la presse britannique ou américaine. Nous utilisons habituellement celui du Times & Sunday Times qui comporte l’intégralité des articles d’une année, soit 44 millions de mots (en 1996). Est-il bien nécessaire d’avoir accès à un corpus quantitativement aussi important ? Oui, d’après Sinclair (1991 : 18)

The only guidance I would give is that a corpus should be as large as possible, and should keep on growing. […] In order to study the behaviour of words in text, we need to have available quite a large number of occurrences.

7Pour les collègues qui travaillent dans la traduction des médias, l'idéal est d'avoir parallèlement un cédérom comportant le même genre de corpus, par exemple celui du quotidien Le Monde ou encore celui de l'AFP. Malheureusement, depuis 1995, le texte du cédérom du Monde est « codé », et, pour obtenir un corpus d’articles utilisables par un concordancier, il faut au préalable exporter l’ensemble des textes des articles sur disque dur. Le cédérom de l’AFP, quant à lui, offre l’avantage de rassembler sur un seul cédérom une sélection de dépêches de l’AFP depuis 1988 jusqu’à l’année où vous achetez le produit. Un seul reproche : les textes antérieurs à fin 1991 sont dépourvus des accents du français, ce qui est pour le moins fâcheux. Il faut ajouter que l’AFP propose également un cédérom spécial Sciences, qui regroupe l’ensemble des dépêches scientifiques émises par le Service scientifique de l’AFP depuis 1990 jusqu’à ce jour. Ce produit peut se révéler particulièrement intéressant dans le cadre d’un enseignement spécifique du français à un public scientifique.

8Il est également envisageable de scanner des textes, mais il s’agit d’une opération très longue et qui demande une vérification soignée, car aucun OCR n'est fiable à 100 %. Cette opération peut être envisagée, à défaut d’avoir accès à un corpus déjà informatisé, pour la constitution d'un corpus spécialisé, par exemple d’anglais scientifique, juridique, etc. ou encore pour la constitution de corpus multilingues.

9Enfin, une autre source de corpus pour un travail d’analyse des productions des apprenants consiste tout simplement en ces productions, fournies de préférence sous forme informatique (Osborne 1996).

10À notre connaissance, il n'existe pas actuellement de recensement des divers types de documents disponibles sous forme numérique (en dehors du projet Gutenberg). Ce pourrait être une initiative intéressante du GERAS.

Les programmes de concordances

11Avant l'apparition, relativement récente, des « concordanciers » sur le marché, et en dehors des « gros » programmes tournant sur les gros ordinateurs, de petits programmes existaient, programmés en basic, ou en macros de traitements de texte : Word (cité par Tribble & Jones 1989) ou FrameTeach (Rézeau 1988a et 1988b). Les années 1990 ont vu l’apparition de Micro concord, sous DOS, qui n’est plus disponible, et a été remplacé en 1996 par WordSmith. Dans l’environnement MacIntosh, citons MonoConc. Les fonctionnalités que l’on peut attendre des concordanciers les plus récents sont les suivantes.

  • création de concordances de type KWIC (Key Word In Context)

  • tri en ordre alphabétique à droite ou à gauche du mot recherché

  • spécification d’une recherche avec wildcards

  • obtention de listes de tous les mots d'un texte, avec tri en ordre alphabétique ou en ordre de fréquence

  • exportation des résultats obtenus pour exploitation ultérieure dans un traitement de texte

12Le COLLINS English collocations on CDROM offre des concordances « toutes faites », utiles pour le lexique, mais pas pour la grammaire.

Que peut-on faire avec un concordancier ?

13Sur l’intérêt de l’utilisation des concordances dans l’apprentissage de la langue, nous reprendrons à notre compte les trois arguments avancés par Johns (1988 : 29-31 et 1991 : 1-4)

  • authenticité (des données et de l'activité) dans l'apprentissage

  • activité contrôlée par l'apprenant (à des degrés divers...)

  • l'apprentissage conçu comme une recherche : c'est le concept du « data-driven learning » (DDL) :

We simply provide the evidence needed to answer the learner's questions, and rely on the learner's intelligence to find answers.

14Le cadre institutionnel dans lequel nous avons utilisé les concordances est celui de l’enseignement de grammaire anglaise en DEUG 2e année, où nous poursuivons un double objectif de renforcement des bases et d’initiation à la réflexion linguistique. Le manuel de référence utilisé est la Grammaire explicative de l'anglais de Larreya et Rivière. Nous avons observé que les étudiants ont tendance à vouloir appliquer les règles de la grammaire pour leurs besoins de thème grammatical, sans comprendre que ces « règles » proviennent de l'observation de la langue. De ce point de vue, les exemples « fabriqués » que l’on trouve dans le manuel de grammaire leur semblent être faits pour donner raison aux règles, et non l'inverse. Face à cette situation problématique, nous avons formulé l’hypothèse que l'utilisation de données mises en forme sous forme de concordances pourrait impliquer davantage les étudiants dans leur réflexion linguistique, en introduisant une langue authentique et non fabriquée ainsi qu’en sollicitant de leur part des stratégies d'observation et de recherche personnelle.

15Pour la suite de cet article, nous nous contenterons de commenter brièvement les exercices et activités fondés sur des concordances (que l’on trouvera en annexe), ces exercices fournissant d’eux-mêmes l’illustration des objectifs visés dans notre expérimentation.

La détermination du substantif WAR en anglais (annexe 1)

16Comme nous l’avons évoqué plus haut, les dépêches de la BBC capturées sur Minitel au moment de la guerre du Golfe nous ont permis une étude sur le vif des différents degrés de la détermination en anglais.

Les subordonnées nominales en THAT après un nom apparenté à un verbe d'opinion ou de connaissance (annexe 2)

17Tréville et Duquette (1996 : 12) évoquent le concept de « lexique-grammaire », dont l’idée centrale est que ces deux domaines de la langue sont en interaction constante. Cet exercice démontre que, s'il y a des synonymes dans le lexique d'une langue, il n'y en a pas dans son vocabulaire, c’est-à-dire dans l'emploi réel des mots. Pour ce type d’exercice, le recours au Collins collocations on CDROM peut s'avérer utile, pour les collocations qu'il donne soit des mots manquants soit des mots de leur contexte immédiat.

Passifs d'état et passifs d'action (Annexe 3)

18Plusieurs indices contextuels « sautent aux yeux ». L’emploi des personnes semble corroborer l’explication b) de Larreya, en effet, very est presque toujours employé dans un contexte où le verbe est à la première personne (personne privilégiée pour exprimer « un sentiment, une impression du sujet »), alors que l’on trouve much dans des contextes aux deuxième et troisième personnes. En revanche, il est plus difficile de détecter à travers les occurrences fournies si concerned et interested sont plutôt des adjectifs ou plutôt des verbes. Enfin, un indice évident et qui n’est pas mentionné par Larreya est la fréquence de 100 % d’une forme négative en compagnie de much + interested. La Figure 1 illustre les résultats d’une recherche portant sur un corpus de 33 millions de mots (Times & Sunday Times de 1995) et ayant fourni un total de 125 occurrences de much/very dans le contexte immédiat de concerned/interested. On y observe le pourcentage faible (pour interested) et très faible (pour concerned) des occurrences de  much par rapport à very, fait que la grammaire utilisée ne mentionne absolument pas.

Verbes à particule et verbes prépositionnels : l'exemple de turn on (annexe 4)

19L'accumulation d'exemples authentiques illustrant une classification permet un retour à l'observation de la langue pour l'analyser... Bien évidemment, la classification elle-même est établie à partir d'observations de faits de langue. Avec des étudiants d’un niveau plus avancé, il conviendrait de partir des occurrences de turn on pour aboutir à une classification. On pourrait par exemple proposer la liste des occurrences à des étudiants de licence ou de concours, leur demander d’établir leur propre classification, puis soumettre cette classification et les occurrences à des étudiants de DEUG, avec un retour éventuel vers les rédacteurs de la classification pour leur faire part des problèmes éventuellement rencontrés par leurs camarades. Notons au passage les citations 3 et 13, qui présentent une ambiguïté intéressante à discuter.

Cannot bear/stand + N/TO+INF/V-ING (annexe 5)

20Nous observons que cannot bear a un taux d’occurrence relativement faible dans nos deux corpus et que cette collocation est prioritairement accompagné d’un Groupe Nominal. La plus grosse surprise vient du très faible taux d’occurrence de la forme en ‑ING (et plus particulièrement de la structure N + V‑ING) dans tous les cas de figure. Cette constatation est contraire à la présentation des faits dans Larreya (p. 278) comme chez Berland-Delépine (§462). Nous en tirons la leçon que les grammaires déforment la réalité, d'abord en accordant autant de place (voire plus) aux exceptions qu'aux régularités, ce qui est une évidence, mais dans le cas présent, par omission. On ne mentionne can't bear que dans le contexte du verbe qui les suit, à la forme infinitive ou en -ING, alors que ces verbes sont principalement suivis d'un substantif. L’utilisation d’une concordance permet de rétablir une image statistiquement plus fidèle à la réalité...

I spent all my life/I have spent all my life? (annexe 6)

21Le point de départ de cette recherche de concordance a été la phrase de thème grammatical proposée par un collègue : « J’ai passé toute ma vie à étudier la philosophie, mais je ne suis guère plus avancé ». Le corrigé proposait : « I spent all my life studying philosophy », ce qui nous semblait être soit une erreur soit un américanisme. Une recherche dans notre corpus habituel a donné les résultats 1 à 6 dans lesquels les emplois respectifs du Present Perfect et du Simple Past correspondent à ce que nous attendions. En effet, il ressort clairement de ces citations que le Simple Past correspond à une partie antérieure de la vie de celui qui parle, partie achevée et nettement coupée de la partie actuelle, tandis que l’emploi du Present Perfect correspond aux cas où la partie de la vie évoquée par le locuteur se prolonge jusqu’au moment de l’énonciation. Dans le cas de notre phrase de départ, il nous semblait que, puisque la vie du locuteur n’est pas terminée et qu’il l’a consacrée toute entière à l’étude de la philosophie, l’emploi du Present Perfect s’imposait. Mais la citation 7 semble contredire ce point de vue, puisque le locuteur parle également d’une vie entière, et pourtant utilise le Simple Past. L’explication de cet emploi est pourtant tout à fait claire dans le contexte très particulier de ce locuteur, transsexuel, pour qui toute cette vie antérieure, passée à courir après des ombres, est bel et bien terminée. Quelle meilleure preuve de l’intérêt des concordances que cette citation, totalement authentique, et qu’on ne risquerait guère de trouver comme exemple dans un manuel de grammaire, où elle paraîtrait fabriquée ! Nous rejoignons ici la remarque de Johns (1991 : 3) :

 [the learners] will often notice things that are unknown… to the standard works of reference on the language. It is this element of challenge and of discovery that gives DDL its special flavour and stimulus.

Although (annexe 7)

22Un développement récent dans le domaine des concordances est celui des concordances parallèles, auxquelles s’intéresse entre autres le projet Lingua, Multiconcord développé à Birmingham, en lien avec plusieurs partenaires européens (dont Nancy 2 et Rennes 2 pour la France). Ce type de programme fonctionne dans un premier temps comme un concordancier monolingue, en recherchant dans le texte source les occurrences d'un mot donné. Puis, le programme essaie de retrouver en parallèle les phrases du texte cible (traduction) équivalant aux phrases où se trouvent les occurrences trouvées... Se posent alors de difficiles problèmes d'alignement des textes du corpus. Parmi les objectifs de l'utilisation pédagogique de ce type de concordancier nous citerons l'analyse contrastive appliquée et la lutte contre la tendance à la traduction mot à mot. Au total, le concordancier parallèle constitue un très intéressant complément aux dictionnaires et grammaires traditionnels. Ajoutons-y la possibilité de se constituer des corpora de langue spécialisée à condition, bien entendu, de disposer de textes bilingues (ou plurilingues) du domaine, ce qui est pose d’autres problèmes, de copyright en particulier.

23À titre d’exemple, nous proposons en annexe un travail sur la traduction (ou plus exactement les multiples traductions possibles) de although en français. La variété des traductions trouvées dans un corpus pourtant relativement restreint (un ou deux romans), par rapport aux résultats trouvés dans les dictionnaires suffit à convaincre de la richesse de l'apport de ce type d'outil de travail. Un autre avantage du concordancier parallèle ou multilingue par rapport au concordancier unilingue, s’il est utilisé pour l’étude de la grammaire de la langue-cible est que, puisque l'étudiant dispose du texte traduit dans sa langue maternelle, il n’y a plus de problème de compréhension. Les lecteurs intéressés trouveront (sur nos pages Internet) d’autres exercices de ce type, et en particulier des exercices tentant de résoudre le délicat problème d’emploi contrasté de while/whereas, d'une part et de though/although d'autre part...

Conclusion

24Cette conclusion commencera par une série de mises en garde. En effet, l'utilisation régulière de concordanciers et de corpus de texte suppose un certain nombre de prérequis. L’utilisateur doit avoir un accès facile à des données en volume suffisant, faute de quoi les résultats risquent de ne pas être significatifs, voire d’être faussés. Il doit en outre disposer d’un équipement informatique relativement puissant, et en particulier d’un lecteur de cédérom rapide et de beaucoup de mémoire vive. Il ne faut pas cacher que la recherche d’occurrences de collocations, leur tri, leur sélection, leur importation dans un traitement de texte pour la fabrication d’exercices, demande beaucoup de temps... Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue l’influence du type et du genre des textes utilisés sur les résultats. Nous utilisons abondamment la presse sur cédérom pour des raisons de commodité, mais il est bien évident qu’un corpus plus équilibré et comprenant en particulier un pourcentage appréciable de langue parlée serait souhaitable. Au moment où nous écrivons ces lignes, on nous promet une édition grand public et sur cédérom du fameux BNC (British National Corpus) qui comporte un assortiment de différents genres de langue.

25Quel que soit le domaine ou la spécialité de son enseignement, ou le niveau des étudiants auxquels il s’adresse, tout enseignant d’anglais peut trouver une utilité à l’utilisation des concordanciers. Si l’équipement de son institution le permet, il est évidemment souhaitable, après une initiation au fonctionnement, de mettre les concordanciers directement à la disposition des étudiants. À défaut, l’enseignant peut fabriquer des exercices papier tels que ceux que nous présentons dans cet article, ou encore les mettre sur Internet.

26Nous espérons avoir convaincu les lecteurs que les concordances sont à prendre au sérieux, et nous les invitons à aller faire, à leur tour, un voyage dans le pays des concordanciers pour y observer, selon l’expression de Johns « the company that words keep ».

Haut de page

Bibliographie

Flowerdew, J. 1996. « Concordancing in language learning ». In Pennington, Martha (dir.), The Power of CALL. Houston, TX : Athelstan.

Johns, T. 1988. « Implications et applications des logiciels de concordance dans la salle de classe ». Les Langues modernes 5.

Johns, T. 1991. « Should you be persuaded: two samples of data-driven learning ». ELR Journal 4.

Kettemann, B. 1995. « On the use of concordancing in ELT ». Arbeiten aus Anglistik und Amerikanistik 20/1, 29-41. http://www.uni-graz.at/bernhard.kettemann.

Larreya, P. et C. Rivière. 1991. Grammaire explicative de l’anglais. Paris : Longman France.

Lehmann, D., C. de Margerie et A. Pelfrêne. 1988. « LECTICIEL : l’autonomie ? ». Le français dans le monde, numéro spécial Nouvelles technologies et apprentissage des langues.

Osborne, J. 1996. « Sensibilisation lexico-grammaticale à l’aide d’un outil de concordance ». ASp 11-14.

Rézeau, J. 1988a. « Que faire avec un outil professionnel en EAO des langues ? ». Les langues modernes 5.

Rézeau, J. 1988b. « De l’utilisation d’un progiciel professionnel en EAO des langues ». Le français dans le monde, numéro spécial Nouvelles technologies et apprentissage des langues.

Sinclair, J. 1991. Corpus Concordance Collocation. Oxford : Oxford University Press.

Stevens, V. 1995. « Concordancing with language learners: Why? When? What? ». CAELL Journal 6/2, 2-10. http://www.vancestevens.com/papers/archive/concordance1996.htm

Tréville, M-C. et L. Duquette. 1996. Enseigner le vocabulaire en classe de langue. Paris : Hachette.

Tribble, C. & G. Jones. 1989 [1997 : new edition by Athelstan]. Concordances in the Classroom. Londres : Longman.

Tribble, C. 1996. « Feature review: WordSmith Tools ». CALL Review, The Journal of the IATEFL Computer SIG, sept.

Références Internet et cédéroms

Tim John's Data-Driven Learning page : http://sun1.bham.ac.uk/johnstf/timconc.htm

CALL bibliography : http://sun1.bham.ac.uk/johnstf/biblio.htm

Joseph Rézeau's Home page : http://joseph.rezeau.pagesperso-orange.fr/

Pour télécharger une version de démonstration de WordSmith sur Internet, aller à l’adresse : http://www.oup.co.uk/cite/oup/elt/software/

Le Monde sur cédérom : Office Central de Documentation, 33 rue Linné F-75005 Paris.

Les cédéroms de l’AFP : Agence France-Presse, 13 Place de la Bourse B.P. 20 F-75061 Paris Cedex 02.

The Times & Sunday Times on CDROM : News Multimedia PO box 5060, Leighton Buzzard, LU7 7YS England tel +44 (0) 1525 852813. www.newsmultimedia.co.uk

Collins Cobuild English Collocations on CD-ROM : HarperCollins publishers www.harpercollins.com

Broadcast News : sélection de scripts d’émissions de télévision et de radio de l’année écoulée (plus quelques photos) des chaînes & stations de radio américaines: ABC News CNN National Public Radio PBS Networks ; Research Publications US - Primary Source Media - c/o Josiane Stern 5 avenue Pasteur F-92400 Courbevoie tél 01 47 88 19 99 fax 01 43 33 30 18.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Rézeau, « Applications des concordanciers à l'enseignement de la grammaire anglaise en DEUG », ASp, 15-18 | 1997, 117-132.

Référence électronique

Joseph Rézeau, « Applications des concordanciers à l'enseignement de la grammaire anglaise en DEUG », ASp [En ligne], 15-18 | 1997, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://asp.revues.org/2997 ; DOI : 10.4000/asp.2997

Haut de page

Auteur

Joseph Rézeau

Joseph Rézeau enseigne l'anglais à l'Université de Haute-Bretagne Rennes 2, principalement au département des Arts et en Didactique des langues. Il pratique l'enseignement assisté par ordinateur depuis le début des années 1980 et effectue actuellement une recherche sur la re-définition de la médiation pédagogique en langues dans un environnement d'apprentissage multimédia. joseph.rezeau@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org