Navigation – Plan du site

Éditorial

Michel Van der Yeught
p. 1-3

Texte intégral

1Sur les six articles que propose le numéro 60 de ASp, trois, signés par Geoffrey Sockett, Sandrine Chapon et Philip Shaw proviennent du 32e colloque du GERAS (« Hégémonies et singularités », Dijon, 17-19 mars 2011) et un, signé par Marion Bendinelli, du 31e colloque du GERAS (Nice, 18-20 mars 2010). Les articles de Géraldine Gadbin-George et de Shaeda Isani ont été envoyés directement à la rédaction. Trois recensions complètent le volume.

2L’article de Geoffrey Sockett, « From the cultural hegemony of English to online informal learning: Cluster frequency as an indicator of relevance in authentic documents » s’inscrit dans le sillage du travail engagé par l’auteur en collaboration avec Denyze Toffoli et publié dans le n° 58 de ASp (novembre 2010, 125-144). Dans la problématique envisagée, G. Sockett perçoit l’exposition des étudiants français à l’anglais de l’Internet comme un complément, accessible chez eux, à l’exposition linguistique « naturelle » traditionnellement recherchée dans les pays anglophones. De cette exposition « en ligne » découle une acquisition informelle de l’idiome appelée « Online Informal Learning of English » (OILE). L’objet de l’article est de mesurer l’impact de l’apprentissage induit par le visionnement de séries télévisées anglo-américaines téléchargées par des étudiants. Le cadre théorique d’OILE est détaillé ainsi que les différentes étapes méthodologique de l’enquête réalisée. Il faudra encore sans doute des années pour évaluer le degré d’acquisition par les étudiants des clusters de quatre éléments repérés comme les plus courants dans les enregistrements sélectionnés. Néanmoins, l’auteur estime qu’ils contribuent à apporter des compétences pertinentes pour accéder à certains niveaux du cadre européen de référence, le B1 en anglais notamment.

3Sandrine Chapon consacre son article, « La peine capitale aux États-Unis à la croisée de la fiction à substrat professionnel [FASP] et de la source primaire : une étude comparative », à une confrontation entre fiction et documents professionnels sur une même thématique spécialisée. Le contexte est américain, le domaine est juridique et le sujet en question est la peine de mort. L’auteur analyse comment les mêmes éléments d’une même affaire criminelle (savoirs, terminologie, décisions, lexique et phraséologie) font tour à tour l’objet de traitements similaires et/ou différents en fonction des objectifs propres à la FASP et aux professionnels de la justice. L’étude parcourt le spectre des discours relevés, allant des plus techniques (les arrêts de la Cour suprême par exemple) aux plus accessibles pour le grand public (les séries télévisées à thématique juridique), en passant par les articles de presse. L’analyse comparative amène l’auteur à s’interroger sur le degré variable de fidélité atteint par la FASP télévisuelle américaine lorsqu’elle met en scène les milieux juridiques spécialisés.

4Dans le troisième article, « L’enseignement de l’anglais juridique : quelle spécificité pour les futurs spécialistes de droit public ? », Géraldine Gadbin-George propose une analyse détaillée des multiples différences entre le droit français et le droit anglais qui font obstacle à un apprentissage sans heurt de l’anglais juridique en France. Elle met particulièrement l’accent sur la notion de « droit public » perçue de façons très diverses des deux côtés de la Manche. L’auteur replace dans leur contexte historique, technique et culturel l’essentiel de ces différences et procède à une enquête auprès de ses collègues afin de préciser les besoins en anglais du droit des étudiants français ainsi que les facteurs les plus favorables pour y apporter une réponse pédagogique adéquate. L’ensemble des résultats obtenus figure en annexe. G. Gadbin-George estime en conclusion que les évolutions en cours vers l’interdisciplinarité contribueront à décloisonner les formations et à résorber les divergences disciplinaires qui entravent la transmission des langues de spécialité, en particulier dans le domaine juridique.

5La problématique de l’anglais lingua franca, qui suscite un intérêt croissant parmi les linguistes, est ensuite abordée par Philip Shaw dans son article « Conditions for success in lingua franca interaction ». Le titre a une valeur programmatique forte car l’auteur se livre à une étude méthodique des conditions individuelles, sociales et professionnelles qui doivent être réunies pour que l’English as a lingua franca (ELF) opère comme un vecteur de communication fiable. P. Shaw fonde ses analyses sur de nombreux exemples de situations EFL qui ont fait l’objet d’observations aux quatre coins du monde, avec un accent particulier sur le contexte économique scandinave qui lui est familier. Il met notamment en évidence un élément conditionnant la réussite communicationnelle des situations EFL : le type d’enjeu sous-jacent aux interactions. Selon que les enjeux sont élevés (high-stakes interaction) ou faibles (low-stakes interaction), les acteurs impliqués œuvrent plus ou moins efficacement au succès transactionnel des échanges. L’auteur synthétise enfin ses résultats sous la forme d’une liste de conditions aisément consultable et adaptable à l’analyse pratique de toute situation d’interaction EFL.

6Les titres et les sous-titres des journaux en langue anglaise, et plus particulièrement ceux des tabloïdes britanniques, exercent une fascination durable sur les linguistes : leur puissance expressive, leur concision et leur confondante plasticité sont autant d’appels à l’étude et à l’herméneutique. Dans son article « Of headline and headlinese: Towards distinctive linguistic and pragmatic genericity », Shaeda Isani revient sur cette thématique favorite, mais l’aborde sous un angle original et stimulant. Au sein de la grande catégorie des titres (headlines), elle distingue un sous-groupe d’intitulés qui résistent aux grandes missions du journalisme professionnel : être clair et attractif, informer, condenser les messages... Les titres qui relèvent du headlinese – c’est ainsi qu’elle nomme ce sous-groupe assidûment enrichi par les tabloïdes – participent d’une autre espèce de langue journalistique qui prend ces missions traditionnelles à contre-pied. Ils opacifient le sens, déroutent le lecteur, obscurcissent l’information... L’auteur livre une analyse fouillée de ces stratégies de cryptisation où les titres s’efforcent d’intriguer le lecteur pour mieux l’entraîner vers la lecture de l’article qu’ils annoncent. Dans le headlinese, l’abscons apparaît comme une forme sophistiquée de teasing linguistique, qui s’apparente plus, conclut l’auteur, aux mots croisés cryptés (cryptic crosswords), si prisés en Grande-Bretagne, qu’au langage journalistique classique.

7L’article de Marion Bendinelli, « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », mobilise deux grands outils d’étude, l’analyse de discours et l’analyse de corpus. L’auteur entreprend une caractérisation linguistique des débats présidentiels américains préélectoraux sur la période 1960-2008. Le corpus couvre huit élections sur treize et comprend vingt-deux face-à-face télévisés de candidats à la Maison Blanche. Le traitement informatique de cet ensemble discursif considérable ouvre la voie à une étude des ressources linguistiques mises en œuvre par les candidats : fréquence lexicale, registres, utilisation des pronoms, caractéristiques dialogales des échanges, systèmes de représentation... M. Bendinelli suggère en conclusion que ces débats relèvent d’un genre hybride où langue spécialisée et conversation quotidienne sont intimement mêlées.

8Ce numéro est complété par trois recensions. La première, rédigée par Marie-Françoise Narcy-Combes, présente un ouvrage de Jean-Louis Trouillon, Approches de l’anglais de spécialité. Matthew Leggett signe la seconde qui est consacrée à l’ouvrage de Jean-Claude Sergeant, L’anglais du journalisme. Patricia Minacori consacre la troisième à L’épreuve orale d’anglais aux concours administratifs, ministères de l’Intérieur, de la Justice, de la Défense de Stéphanie Bory, Marion Charret-Del Bove et Elizabeth Gibson.

9Le rédacteur en chef de ASp est heureux de signer l’éditorial du dixième numéro de la revue depuis la publication de son volume 51-52 en 2007.

10Au nom de l’équipe éditoriale, je vous souhaite bonne lecture.

La rédaction remercie chaleureusement les chercheurs qui ont accepté de relire les articles de ce numéro ainsi que ceux du numéro 59. Grâce à leurs commentaires, ils ont apporté une aide précieuse aux auteurs et à l’équipe éditoriale. Notre reconnaissance s’adresse à :
David Banks, Alexander Boulton, Anne Brunon-Ernst, Pierre Busuttil, Didier Carnet, Shirley Carter-Thomas, Alain Cazade, Angela Chambers, Lionel Dufaye, Maurizio Gotti, Rosalind Greenstein, Mireille Hardy, Shaeda Isani, Udo Jung, Catherine Kirby-Légier, Olivier Polgé, Michel Petit, Isabelle Richard, Elizabeth Rowley-Jolivet, Anthony Saber, Françoise Salager-Meyer, Martine Schuwer, Gail Taillefer, Jean-Louis Trouillon, Margaret van Naerssen, Monique Verrac

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Van der Yeught, « Éditorial », ASp, 60 | 2011, 1-3.

Référence électronique

Michel Van der Yeught, « Éditorial », ASp [En ligne], 60 | 2011, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://asp.revues.org/2466

Haut de page

Auteur

Michel Van der Yeught

Rédacteur en chef. mvdy@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org