Navigation – Plan du site
Étude d'un genre

La fiction à substrat professionnel : une autre voie d’accès à l’anglais de spécialité

Michel Petit
p. 57-81

Résumés

Cette étude se propose de démontrer l’existence d’un genre littéraire spécifique regroupant plusieurs variétés de fiction commerciale telles que le thriller médical, le thriller juridique, le thriller militaire. L’appellation de fiction à substrat professionnel (FASP) qui lui est donnée ici sera justifiée par l’analyse de ses principales caractéristiques externes et internes. On suggérera en outre que la nature de la FASP en fait un objet pertinent pour l’anglistique de spécialité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 1 Suivis, dans un certain nombre de cas, de succès cinématographiques. On songera, par exemple, à T (...)
  • 2 2 On trouve également le terme plus spécifique de « aviation thriller » pour les ouvrages de cet au (...)

1Les noms de John Grisham, Robin Cook, Tom Clancy, Dale Brown, etc., sont aujourd’hui immédiatement évocateurs, pour un large public international, d’un certain nombre de succès de librairie1 et d’un certain type de littérature, dont les expressions de « legal thriller » (Grisham), « medical thriller » (Cook), « military thriller », « adventure thriller », « technothriller » (Clancy dans le domaine des sous-marins, Brown dans celui des avions de combat2), donnent une première approximation.

  • 3 3 Cet acronyme, que nous utiliserons désormais dans le texte de cette étude, présente, outre l’avan (...)
  • 4 The Hunt for Red October, par exemple, date de 1986, The Firm de 1991. On notera que les premiers s (...)
  • 5 Sur le paratexte, voir Genette (1987) ; sur le paratexte dans la FASP, voir Petit (2000).

2Nous postulons que cet ensemble d’ouvrages de fiction présente suffisamment de caractéristiques communes pour justifier une appellation générique, et que la nature de ces caractéristiques peut être résumée par l’appellation de « substrat professionnel », ce qui nous conduira donc à parler de fiction à substrat professionnel, ou FASP3. Il nous paraît toutefois que, à la différence d’autres genres, dont un certain nombre d’études ont depuis longtemps cerné le statut de genre spécifique, les auteurs de la FASP, et la FASP elle-même en tant que genre, n’ont pas encore suscité la même attention critique. Sans doute ceci est-il attribuable en partie au fait qu’elle n’a pas la même ancienneté que ces autres genres. Il nous semble en effet qu’il s’agit d’un phénomène assez récent, dont les premières manifestations régulières ne paraissent guère remonter au-delà d’une vingtaine d’années4, et qui a surtout pris un essor considérable au cours des années 90. Un autre facteur tient sans doute aussi à ce que l’identification des ouvrages concernés en termes de variantes (juridique, médicale, militaire…) du genre « thriller » n’a pas favorisé la perception de l’ensemble en termes de genre spécifique. Nous nous proposons donc de montrer, dans une première partie que, avant même de prendre en compte la nature de l’intrigue et le contenu narratif, l’examen des seules caractéristiques externes permet de reconnaître un certain nombre de traits distinctifs de la FASP. Nous nous fonderons essentiellement sur les données fournies par le paratexte, qu’il s’agisse du paratexte éditorial (informations biographiques, etc.) ou du péritexte allographe (extraits de presse, etc.)5. Ces données ne sont sans doute pas toujours exactes ni rigoureuses, et elles sont évidemment marquées par des choix subjectifs mais, précisément dans la mesure où ces choix répondent à une stratégie éditoriale, il nous semble que les schémas récurrents qui s’en dégagent peuvent être considérés comme significatifs. Nous nous attacherons, dans une deuxième partie, à mettre en évidence quelques caractéristiques internes de la FASP, telles qu’elles paraissent se dégager à la lecture d’un grand nombre d’ouvrages. Nous serons ainsi conduits à envisager d’abord les romans de la FASP comme des thrillers spécialisés, mais nous verrons que, au-delà des aspects qui les apparentent au thriller, ces romans se caractérisent par la présence permanente et nécessaire, à la fois dans le contenu narratif et dans l’écriture elle-même, de la représentation prégnante d’un réel professionnel qui en fait le véritable substrat de la fiction.

  • 6 C’est-à-dire au sens de discours scientifique, discours médical, discours juridique, etc., sous leu (...)
  • 7 Nous parlerons désormais d’étudiants du secteur LANSAD (langues pour les spécialistes d’autres disc (...)

3Nous postulons aussi que cet ensemble de textes de fiction, objet apparemment extérieur au domaine des discours spécifiques au sens habituel6, peut constituer un objet légitime et pertinent pour l’anglais de spécialité, d’où la deuxième partie de notre titre, « une autre voie d’accès à l’anglais de spécialité ». Nous tenterons donc de montrer, dans une troisième et dernière partie, comment les caractéristiques mêmes de la FASP permettent non seulement d’en faire un support original, attractif, et non dénué d’intérêt spécifique pour les enseignements d’anglais destinés aux étudiants spécialistes d’autres disciplines7, mais aussi un objet d’étude et d’observation pour un travail d’initiation à l’anglais de spécialité et aux discours spécifiques destiné à des étudiants spécialistes d’anglais, et, enfin, un objet de recherche en anglistique de spécialité.

1. Quelques éléments de caractérisation externe de la FASP

1.1. Des ouvrages à succès international

  • 8 Par opposition à la « vraie » littérature ou littérature « sérieuse ». On trouvera dans Ashley (199 (...)

4Les ouvrages de la FASP partagent avec un certain nombre d’autres genres la caractéristique générale de s’inscrire dans la classe des bestsellers internationaux de fiction commerciale. Il s’agit donc d’une forme de littérature, parfois qualifiée de littérature de consommation8, qui vise explicitement le succès commercial, et qui fait de ce succès un critère essentiel de reconnaissance, comme en témoignent les éléments de paratexte ci-dessous, relevés sur la première page de couverture de divers romans de notre corpus :

The bestselling thriller in the world (Grisham, The Firm)

The international No. 1 bestseller (Red Storm Rising)

From the # 1 Bestselling Phenomenon (Tom Clancy’s Op-Center : Balance of Power)

  • 9 On voit que, dans le domaine de la fiction commerciale, le quantitatif n’est pas sans rapport avec (...)

5Comme on le constate, les mots bestseller et bestselling apparaissent comme des mots clés, susceptibles d’exercer un pouvoir attracteur immédiat sur le lecteur, sans doute parce qu’ils renvoient à l’idée sous-jacente que, si un livre, un auteur ont tant de succès, c’est qu’ils doivent être « bons »9. Et le succès est souvent considérable. Pour donner une idée des sommets qu’il peut atteindre, nous citerons le cas de Grisham :

  • 10 Par comparaison, The Andromeda Strain (Crichton) apparaît comme un « petit » bestseller : « More th (...)

John Grisham is the most popular author in the world. His five previous books (A Time to Kill, The Firm, The Pelican Brief, The Client and The Chamber), have all been number one bestsellers worldwide and have sold over 60 million copies in the English language. (4e p. de couv. de The Rainmaker, 1995)10

  • 11 On trouvera d’intéressants éléments de réflexion dans le texte au titre évocateur, « Reading by num (...)
  • 12 Cf infra 1.2.
  • 13 Cf infra 1.3.

6La notion de bestseller doit, on le conçoit, être envisagée sous des angles divers, éditorial, économique, sociologique, susceptibles d’éclairer notamment les relations entre l’auteur et l’éditeur, entre le lecteur et l’auteur, le travail même de l’auteur, etc.11. Ceci dépasse les limites de notre propos, mais nous tenterons de démontrer comment la FASP s’organise et, en un certain sens, s’affirme comme genre, à partir de la mise en relation de ses différents succès12, et de la mise en évidence de certains aspects relatifs à la biographie de l’auteur13.

  • 14 « The publishing industry has become one of the brightest jewels in the otherwise tarnished crown o (...)
  • 15 Qui se traduit par exemple par la grande diffusion internationale des séries télévisées et des film (...)
  • 16 Comme un autre genre à succès, le roman d’espionnage.

7Il nous reste auparavant à nous interroger sur la dimension internationale de ces succès, puisque, comme nombre d’autres bestsellers internationaux, les romans de la FASP connaissent le succès non seulement dans leur version originale en anglais mais également dans les différentes langues dans lesquelles ils sont traduits. Nous nous intéressons au fait que la FASP paraisse être un genre exclusivement anglophone, ce qui n’est assurément pas sans rapport avec des considérations économiques que nous ne développerons pas ici14. Au-delà de son caractère premier pour une communauté d’anglicistes, la simple constatation que la version originale est en anglais appelle quelques commentaires. On peut observer qu’une majorité de ces ouvrages, notamment les plus grands succès, sont écrits par des auteurs américains (Cook, Grisham, Clancy, Brown, etc.), mais les auteurs britanniques ne sont pas totalement absents du marché (Davis, Robinson, etc.), où ils arrivent néanmoins plus tardivement. La situation est donc différente de celle d’autres genres, où l’on observe que l’ancienneté de la tradition britannique conduit des auteurs britanniques à occuper les premières places (P.D. James, John Le Carré, Ken Follett, Jeffrey Archer, etc.). Il nous semble que cette domination américaine n’est pas sans rapport avec la nature même de la FASP et que la place qu’elle accorde au substrat professionnel, c’est-à-dire notamment à la représentation d’un milieu professionnel, conduit à une prédominance d’histoires fortement ancrées dans un cadre américain. Il semble en effet que, pour des raisons qui tiennent sans doute à diverses considérations bien connues sur la domination américaine globale15, le modèle américain constitue une sorte de point de référence déjà familier au public international. Il paraît donc plus facile d’entraîner ce public dans les arcanes d’un milieu professionnel particulier à partir d’un tel acquis. On peut ainsi penser, par exemple, que le fonctionnement du système judiciaire américain est a priori plus familier au public international que celui du système britannique, ce qui contribue sans doute à assurer un succès plus large à John Grisham qu’à Rankin Davis, quelles que soient par ailleurs les qualités respectives des deux auteurs. Le thriller militaire paraît constituer un cas un peu particulier, dans la mesure où il comporte par définition une dimension internationale16.

  • 17 Ainsi la classification en auteur américain ou auteur britannique ne paraît-elle guère pertinente d (...)
  • 18 Pour les parties narratives, en effet, elle se traduit surtout dans les quelques différences habitu (...)

8Si l’ancrage américain constitue ainsi, en général, une condition qui facilite le succès international de la FASP, la nationalité de l’auteur paraît, elle, seconde par rapport au cadre et aux exigences de l’histoire racontée. On note d’ailleurs que les indications biographiques du paratexte ne donnent généralement pas la nationalité de l’auteur, mais plutôt des éléments, de précision variable, sur le lieu de naissance, d’exercice ou de résidence17. Quant à la variété d’anglais, britannique ou américaine, elle résulte largement de l’histoire racontée, c’est-à-dire notamment des personnages qu’elle met en scène, plutôt que des attaches nationales de l’auteur. La spécificité est d’ailleurs surtout marquée dans les dialogues, qui tiennent une grande place dans ces textes18.

1.2. Un genre à succès international

  • 19 On notera que le réseau peut être renforcé par la référence aux films à succès tirés de ces ouvrage (...)
  • 20 On peut d’ailleurs s’interroger, au vu du nombre d’ouvrages ou d’auteurs dont le paratexte indique (...)

9Les romans à succès de la FASP ne sont pas seulement des succès isolés, mais la production d’auteurs à succès, dans un vaste réseau d’autres ouvrages et d’autres auteurs eux-mêmes à succès19. Le paratexte éditorial s’appuie explicitement sur ce réseau, comme le montrent les quelques exemples ci-dessous de première page de couverture. Outre les cas dans lesquels la notoriété de l’ouvrage et celle de l’auteur sont déjà assurées, au moment de l’édition concernée, et n’appellent qu’une mention du type « The No. 1 bestseller/thriller/bestselling author/, etc. »20, on peut trouver diverses variantes en fonction de l’ancienneté de l’auteur et de ses succès sur le marché, notamment :

10(i)-la mention du ou des premiers succès :

Bestselling Author of Nimitz Class (Robinson)

Gulf War hero and bestselling author of Vanishing Point and Point of Impact (Nichol)

  • 21 On notera que, si le deuxième ouvrage connaît un succès important, les nouvelles éditions ou les no (...)

11(ii)-la mention du premier succès accompagnée de la mention du succès du nouvel ouvrage21 :

The International No. 1 Bestseller by the Author of The Hunt for Red October (Clancy, Red Storm Rising)

12(iii)-la simple mention du statut d’auteur à succès de l’auteur :

  • 22 Le génitif du titre et la mention « created by… » conduisent à s’interroger sur la façon dont le co (...)

From the No 1 Bestselling Author (Tom Clancy’s Net Force, created by Tom Clancy and Steve Pieczenik)22

  • 23 On songera par exemple à P. D. James parfois présentée comme la nouvelle Agatha Christie, ou encore (...)

13Si cette pratique ne semble pas différer de celle que l’on peut observer pour la plupart des ouvrages à succès du domaine de la fiction commerciale, elle se poursuit en insistant sur l’inscription de l’ouvrage et de l’auteur dans un réseau intertextuel d’autres auteurs. Là encore, il ne s’agit pas d’une pratique propre à la FASP23, mais elle nous paraît reposer sur, et renforcer la perception du genre, ce que nous allons nous attacher à montrer, à partir du paratexte, et notamment du péritexte allographe constitué des extraits de presse reproduits en couverture ou en pages intérieures. Dans les cas les plus simples, on observe la simple mention du nom d’un autre auteur de la même variété, comme on le voit dans les exemples suivants :

As good as Grisham or your money back (Davis, Hung Jury)

  • 24 On notera que l’on ne sait pas d’où provient ce jugement de Grisham sur Martini.

‘The best, in my opinion’ (John Grisham) (Martini, Critical Mass)24

  • 25 L’argument paraît dans les deux cas assez paradoxal : respectivement « aussi bon que le meilleur » (...)

14Le nom de Grisham nous paraît fonctionner dans les deux exemples comme double point de repère, permettant à la fois l’inscription immédiate dans une variété, ici le thriller juridique, et l’expression d’un niveau de qualité par référence au meilleur.25 Dans d’autres cas, on observe une étape supplémentaire :

Mr. Aaron has done for nuclear weapons what Tom Clancy has done for submarines. (Aaron, State Scarlet)

15Comme on le voit dans cet exemple, le nom de Clancy sert non seulement de point de repère pour l’inscription dans une variété générale, ici le thriller militaire, et la comparaison qualitative, mais permet aussi de définir indirectement une nouvelle sous-variété du thriller militaire, le thriller nucléaire. L’exemple suivant illustre un autre aspect :

What Robin Cook did for hospitals, John Grisham does for a law firm…  (The Firm)

  • 26 De même que Clancy dans l’exemple précédent. Pour Aaron en revanche, dont la carrière d’auteur à su (...)

16On perçoit qu’il ne s’agit pas tant de repérer ici un auteur (Grisham) par rapport à un autre (Cook), en termes de statut d’auteur à succès, puisqu’ils sont bien tous les deux dans la même catégorie, au sommet de la liste des auteurs à succès26, que, nous semble-t-il, de repérer une variété, le thriller juridique, par rapport à une autre, le thriller médical, à l’intérieur d’un même genre. Ceci conduit en effet à mettre en évidence le fait que, au-delà du milieu professionnel particulier dans lequel se déroule l’histoire de ces romans, ils ont en commun de reposer sur un certain type de rapport avec ce milieu, le milieu lui-même n’étant en quelque sorte qu’une variable. C’est l’existence de ce rapport qui nous paraît définitoire du genre. Nous allons voir, pour conclure cette approche de quelques caractéristiques externes de la FASP, que ce rapport repose lui-même souvent sur une relation d’appartenance de l’auteur au milieu concerné.

1.3. Des professionnels auteurs aux auteurs professionnels

17Comme nous l’avons indiqué, nous nous fondons sur l’examen des données paratextuelles, qui nous permet de relever un ensemble d’informations relatives à l’auteur. Leur objet paraît être, en soulignant ses rapports avec le domaine professionnel concerné, de poser d’emblée le principe de sa compétence indiscutable comme auteur de fiction se déroulant dans ce domaine. Nous distinguerons les composantes suivantes :

18(i)-L’auteur a une compétence personnelle qui résulte de sa formation initiale, notamment sanctionnée par un diplôme universitaire. C’est par exemple le cas de Grisham ou encore celui de Cook :

John Grisham graduated from law school in 1981…
Dr. Robin Cook, a graduate of the Columbia University medical school, finished his postgraduate medical training at Harvard.

  • 27 Extrait de presse.

19(ii)-L’auteur a une compétence personnelle qui résulte de son expérience professionnelle, sanctionnée par un certain nombre d’années d’exercice de la profession. On peut distinguer à cet égard deux catégories. La première est celle des professionnels devenus auteurs à plein temps, comme le « doctor-turned-novelist Robin Cook »27. On pourra parler sur le même modèle du « lawyer-turned-novelist John Grisham », du « pilot-turned-novelist Dale Brown », etc. On notera que l’arrêt de cette activité professionnelle, puisqu’il s’explique par le succès d’auteur, devient, du même coup, un argument publicitaire supplémentaire. Le cas de Grisham constitue, là encore, une illustration complète, comme le montre la suite de la phrase citée au paragraphe précédent :

  • 28 Cette indication figure dans le paratexte de The Firm, mais, dans les romans ultérieurs, les faits (...)

John Grisham graduated from law school in 1981 and for nine years ran his own law firm. Following the extraordinary success of The Pelican Brief, and A Time to Kill which have been bestsellers around the world, John Grisham gave up his practice to write full time.28

20Un cas particulier paraît être celui des militaires, dont on sait que la carrière d’active peut être assez brève. On citera les deux exemples suivants :

A former US Air Force captain, Dale Brown served as a navigator from 1978 to 1986, logging thousands of hours aboard both B-52 and FB-111 bombers.

  • 29 Nichol est également co-auteur (avec John Peters) de deux ouvrages de non-fiction intitulés Tornado (...)

During fifteen years’ service in the RAF John Nichol flew Tornadoes in both Air Defence and Ground Attack capacities.29

21La deuxième catégorie est celle des professionnels, qui semblent conjuguer leur activité professionnelle avec l’écriture. On peut supposer que le niveau de succès atteint ne leur pas encore permis de se consacrer à l’écriture. Mais le fait qu’il s’agisse de professionnels en activité est évidemment mis à profit pour renforcer l’image de compétence. Citons par exemple, dans le domaine juridique, le rival britannique de Grisham, Rankin Davis, qui, est-il révélé au lecteur, « is a practising criminal barrister based in Newcastle ». Dans le domaine des questions de défense et de sécurité, notamment nucléaire, on notera le cas de Aaron, dont on a déjà signalé que la carrière d’auteur paraissait assez limitée :

Few men know as much about nuclear arms security and Washington intrigues as David Aaron… a National Security adviser to two Presidents and one of the United States’ top arms negotiators with the Soviet Union. […] He currently serves as an adviser on foreign affairs and national security matters to several New York and Washington-based institutions and individuals.

  • 30 « An independent businessman, he is also an avid war-gamer and computer enthusiast. »

22(iii)-L’auteur a une compétence personnelle qui résulte de sa spécialisation auctoriale dans une variété de FASP, sanctionnée par le succès des ouvrages précédents. Il semble en effet que pour certains auteurs à très grand succès la spécialisation de facto soit plus importante que la formation initiale. Si Tom Clancy, par exemple, peut être présenté comme un spécialiste des sous-marins, et plus généralement de haute technologie et sécurité, ce n’est pas tant en raison de sa formation initiale sur laquelle le lecteur ne dispose d’aucune indication, ou de son expérience professionnelle, qui reste vague30, que des preuves tangibles que constituent ses succès de fiction, et, accessoirement, ses ouvrages spécialisés :

Tom Clancy is the author of The Hunt for Red October, Red Storm Rising, Patriot Games, The Cardinal of the Kremlin, Clear and Present Danger, The Sum of All Fears, Without Remorse, Debt of Honor, and Executive Orders. He is also the author of the nonfiction books Submarine, Armored cav, Fighter Wing, Marine, and Airborne.

23(iv)-L’auteur, outre sa compétence personnelle, fait appel à la compétence d’experts pour ce qui concerne les domaines plus spécialisés de compétence professionnelle. Il n’est pas rare de trouver ainsi dans le paratexte de la FASP une page de remerciements qui mentionne le nom des experts qui ont été consultés, ont apporté leur concours, etc. Ces experts sont eux-mêmes présentés comme indiscutables par la simple énumération de leurs titres et qualités. Nous reproduisons ci-dessous à titre d’illustration un extrait des Acknowledgments de Chromosome 6 (Cook) 

Matthew J. Bankowski, Ph.D., Director of Clinical Virology, Molecular Medicine, and Research-Development, DSI Laboratories
Joe Cox, J.D., L.L.M., tax and corporate law
John Gilatto, V.M.D., Ph.D., Associate Professor of Veterinary Pathology, Tufts University School of Veterinary Medicine
Jacki Lee, M.D., Chief Medical Examiner, Queens, New York

ainsi que de Kilo Class (Robinson) :

My principal advisor for this second novel was Admiral Sir John ‘Sandy’ Woodward, the Battle Group Commander of the Royal Navy Task Force in the 1982 Falkland Islands War. After the battle in the South Atlantic, he was Flag Officer Submarines, and in later years he became Commander-in-Chief Naval Home Command. …

24Le concours d’éminents spécialistes, professeurs, officiers généraux, etc., constitue non seulement, nous semble-t-il, un gage supplémentaire de compétence, renforçant la présomption d’authenticité, mais il apporte aussi, indirectement, une preuve de la reconnaissance dont jouit l’auteur chez les professionnels puisque, précisément, des personnages aussi éminents acceptent de lui apporter ce concours dans une entreprise de fiction.

25Nous conclurons cette section en soulignant que l’affichage de ces diverses informations, s’il constitue assurément un argument de vente pour l’industrie de l’édition, peut ne pas correspondre à la réalité du texte dont il favorise la promotion. Ainsi le paratexte de Absolute Power (Baldacci), souligne-t-il que

David Baldacci’s experience as a corporate lawyer at a prestigious Washington, D. C. legal firm infuses Absolute Power with an insider’s unique perspective and true-life details.

  • 31 Il s’agit en fait d’un thriller politico-policier. L’extrait suivant (4e page de couv.) donnera une (...)
  • 32 Sur cette seule base, on pourrait en effet être conduit à inclure dans la FASP les auteurs universi (...)

26alors que ni les ressorts de l’intrigue, ni le mode d’écriture ne paraissent permettre de considérer ce roman comme un véritable « legal thriller »31. Les critères qui tiennent à l’origine et/ou à la compétence professionnelles de l’auteur ne constituent donc qu’une indication, qui ne présente aucun caractère absolu32. Il nous faut donc envisager maintenant d’autres éléments de caractérisation de la FASP, qui tiennent à son contenu et à son écriture.

2. Quelques éléments de caractérisation interne de la FASP

2.1. Des thrillers spécialisés

  • 33 Nous nous contentons de rappeler ici une définition lexicographique standard du thriller, « a book, (...)

27Les romans de la FASP peuvent, nous l’avons dit, être considérés comme des thrillers d’un type particulier, c’est-à-dire des thrillers spécialisés. Ils ont donc beaucoup en commun avec les autres thrillers et notamment la caractéristique générale de raconter une histoire dont le lecteur a envie de connaître le dénouement33. La qualité première d’un auteur est donc sa capacité à raconter une histoire, soulignée par le paratexte :

The master story-teller of our time (à propos de Grisham)

One of the master war-storytellers (à propos de Brown)

28Le suspense en constitue un élément essentiel, souligné par divers éléments du péritexte allographe, dont les quelques exemples suivants nous paraissent représentatifs :

The ultimate thriller… [Crichton’s] stories are always page-turners of the highest order. (Airframe)

A stunner that irresistibly hurtles the reader to the exciting climax. (Robinson, Kilo Class)

Grabs the reader… Maintains suspense with surprising story twists. (Cook, Blindsight)

29Si nous avons, dans ce qui précède, utilisé une fois encore le paratexte, c’est parce qu’il nous paraît refléter, malgré sa formulation souvent hyperbolique, une réalité de l’expérience du lecteur, pour qui les thrillers sont bien des « page-turners ». Il nous faut maintenant parler du contenu de ces romans.

  • 34 Nous distinguons le point de départ de l’histoire et le point de départ de la narration elle-même, (...)
  • 35 Ou « mystery thriller », variété de roman policier.
  • 36 On trouvera plus loin dans cette même section un résumé succinct de ce roman.

30En termes très généraux, l’histoire est essentiellement fondée sur l’aventure personnelle d’un personnage central qui, à partir d’une situation ordinaire de sa vie professionnelle, va se trouver confronté à une série de situations extra-ordinaires, mettant en danger sa sécurité personnelle et/ou son statut socio-professionnel et ouvrant sur des enjeux collectifs d’une ampleur et d’une gravité également extra-ordinaires. Ce schéma général appelle quelques commentaires. Le point de départ de l’histoire34 est généralement un cas soumis ou porté à l’attention du personnage central dans sa vie professionnelle (avocat saisi d’une nouvelle affaire, médecin d’un cas médical, etc.). Son travail ordinaire va le conduire à une investigation sur les circonstances de ce cas. Dans certains cas, le point de départ peut être un meurtre, mais la FASP se distingue alors du thriller policier35 par la nature de l’enquête à laquelle ce meurtre peut donner lieu et par la profession du personnage enquêteur, qui n’est pas policier ou détective. Ainsi, dans Chromosome 6 (Cook)36, l’objet de l’investigation menée par le personnage principal n’est pas de découvrir l’assassin, mais d’élucider une énigme médicale concernant le foie de la victime. Dans tous les cas, le substrat professionnel résulte donc largement du point de vue. C’est une investigation présentée d’un point de vue qui est celui du milieu professionnel du personnage qui la conduit. Il en oriente les péripéties à partir de sa compétence professionnelle spécifique, et bien sûr de ses qualités personnelles de détermination et de résilience face à des situations extra-ordinaires. Dans le thriller militaire et le thriller technologique, ces situations correspondent à de véritables situations de crise internationale, par exemple l’imminence d’une confrontation nucléaire entre la Chine et Taïwan dans Fatal Terrain (Brown), ou la menace de subversion terroriste du réseau informatique mondial dans Tom Clancy’s Net Force. Dans le thriller juridique et le thriller médical, la situation de crise concerne surtout le héros et ses proches, mais la crise personnelle révèle l’existence de forces souterraines de subversion de la société (de la santé publique, de la sécurité aérienne, etc.), toutes fondées sur le profit. Le substrat professionnel tient, là encore, au point de vue adopté, qui ne montre pas seulement l’opposition classique entre les bons et les méchants mais décrit les mécanismes de ces forces de subversion d’un point de vue technique, que permettent à la fois les compétences professionnelles du personnage principal et celles de l’auteur.

31Nous évoquerons, pour finir cette section, quelques exemples permettant d’illustrer ce qui précède. Dans The Rainmaker (Grisham), le personnage central, Rudy Baylor, est un jeune avocat débutant dont la première affaire va le conduire à poursuivre une puissante compagnie d’assurance, Great Benefit, dont le refus injustifié de financer un traitement médical entraîne la mort d’un jeune homme. Son travail est rendu particulièrement difficile non seulement parce qu’il est opposé aux membres expérimentés de l’un des meilleurs cabinets d’avocats, qui exploitent pleinement toutes les ressources de la procédure, mais aussi parce que ses adversaires n’hésitent pas à utiliser contre lui divers moyens d’intimidation. C’est que, comme il le découvre progressivement, ce cas particulier n’est pas un cas isolé mais débouche sur un vaste réseau national de pratiques frauduleuses systématiques dans l’industrie de l’assurance. Dans Chromosome 6 (Cook), le personnage central, Jack Stapleton, est un médecin légiste, qui, à partir de l’examen d’un cadavre mutilé, va découvrir progressivement l’existence d’un vaste réseau international de trafic d’organes, sur fond de manipulations génétiques. Dans Airframe (Crichton), le personnage central, Casey Singleton, vice-présidente chez le constructeur aéronautique Norton Aircraft, conduit une enquête interne sur un incident en vol qui a entraîné la mort de trois personnes et fait 56 blessés. Soumise à la pression des médias, à des menaces très sérieuses sur sa sécurité personnelle, à un climat de dissimulation et d’hostilité dans sa propre entreprise sur fond de restructuration industrielle et de transfert de technologie, elle a beaucoup de difficultés à faire la lumière.

  • 37 Cette diversité est sans doute en grande partie à la base du succès de certaines séries télévisées (...)

32Outre les caractéristiques habituelles du thriller, les thrillers spécialisés de la FASP sont donc des romans qui conduisent le lecteur, à un rythme soutenu, au cœur même de milieux socio-professionnels qui ne sont pas les siens. Ceci ne paraît toutefois, en soi, pas caractéristique de la FASP. Il est clair en effet que toute œuvre de fiction se déroule dans un cadre particulier, que les personnages appartiennent à un certain milieu, etc. Dans le roman policier par exemple, l’enquêteur est ainsi conduit à aborder un jour les milieux du théâtre, un autre ceux des marchands d’art, etc37. Nous pensons qu’il ne s’agit pas là d’un véritable substrat professionnel au sens où nous l’entendons, et nous proposerons de parler plutôt, dans ce cas, d’adstrat professionnel. Nous ne développerons pas ce point, mais les fondements de cette distinction apparaîtront plus clairement dans ce qui suit.

2.2. Le substrat professionnel dans l’intrigue

  • 38 Cette restriction s’expliquera à la fin de la présente section.
  • 39 Il s’agit évidemment d’une représentation du réel.

33Il résulte de ce qui a été dit de la profession du personnage principal et du point de départ de l’histoire que l’intrigue est, dans la FASP, essentiellement38 de nature endogène : elle se forme à l’intérieur du réel professionnel qui l’engendre39. Elle accorde en ce sens une large place à la représentation des divers éléments qui composent ce réel, personnes, objets, procédures.

34Nous avons déjà évoqué les personnes à travers le personnage principal. Pour le reste, les choix de société opérés dans la FASP, c’est-à-dire les choix de représentation de la structuration sociologique d’un milieu (personnel de l’hôpital, de l’unité militaire, etc.), correspondent dans l’ensemble au politiquement correct attendu (répartition des personnages en fonction du sexe, de l’origine ethnique, des orientations sexuelles, des problèmes éventuels de drogue, alcoolisme, etc.). Plus significative, et plus spécifique, est la présence d’experts, dont la consultation permet au personnage principal d’avancer dans sa recherche. Nous en donnerons deux exemples, empruntés aux romans dont nous avons parlé un peu plus longuement plus haut. Dans The Rainmaker (Grisham), Rudy Baylor va consulter un de ses anciens professeurs, spécialiste du droit de l’assurance, qui, après avoir lu le dossier, l’éclaire sur les tenants et les aboutissants :

[Extrait 1]
“Great Benefit. I read the entire file last night. Typical debit insurance scam.” He lifts an expandable file from a corner and falls into his chair. “Do you know what debit insurance is?”
I think I do, but I’m afraid he’ll want specifics. “Not really.”
“Blacks call it ‘streetsurance’. Cheap little policies sold door to door to low-income people. The agents who sell the policies come around every week or so and collect the premiums, and they make a debit in the payment books kept by the insureds. They prey on the uneducated, and when claims are made on the policies the companies routinely turn them down. Sorry, no coverage for this reason or that. They’re extremely creative when conjuring up reasons to deny.”
“Don’t they get sued?”
“Not very often. Studies have shown that only about one in thirty bad-faith denials ends up in court. The companies know this, of course, it’s something they factor in. Keep in mind, they go after the lower classes, people afraid of lawyers and the legal system.”
“What happens when they get sued?” […]
“Generally not much.”
(Grisham, The Rainmaker : 42)

35On constate que la consultation de l’expert a bien sûr aussi une fonction narrative essentielle. Ici, elle contribue à expliquer la situation au lecteur, à susciter son indignation, à lui faire prendre par avance le parti du jeune avocat inexpérimenté dans sa lutte pour la justice, etc. On notera que la consultation de l’expert peut constituer une structure récursive de la narration, comme dans la situation suivante de Chromosome 6 (Cook), où Jack Stapleton va consulter son ancien et très âgé professeur de pathologie :

[Extrait 2]
Dr. Malovar looked up at Jack. “Interesting!” he said, which was a high compliment coming from him. […] “There’s a small granuloma of the liver as well as the cicatrix of another. Looking at the granuloma, I think I might be seeing some merozoites, but I can’t be sure.” […]
Dr. Malovar reached for his phone. He called a colleague and asked him to come over for a moment. Within minutes, a tall, thin, overly serious, African-American man in a long white coat appeared. Dr. Malovar introduced him as Dr. Colin Osgood, chief of parasitology. […]
Dr. Osgood looked at the slide for a few seconds longer than Dr. Malovar had before responding. “Definitely parasitic,” he intoned with his eyes still glued to the eye pieces. “Those are merozoites, but I don’t recognize them. It’s either a new species or a parasite not seen in humans. I recommend that Dr. Lander Hammersmith view it and render his opinion.” […]
“Who is Dr. Hammersmith? “ Jack asked.
“He’s a veterinary pathologist,” Dr. Osgood said.
“Fine by me,” Jack said agreeably. Having the slide reviewed by a veterinary pathologist was something he’d not thought of.
(Cook, Chromosome 6 : 333)

36La consultation de l’expert permet, là encore, de faire progresser l’intrigue, en ouvrant au personnage principal des perspectives auxquelles il n’avait pas pensé et qui lui permettront d’avancer dans son investigation. Le lecteur habitué à la FASP aura compris que le fragment de foie (du cadavre mutilé qui constitue le point de départ de l’histoire) examiné par ces experts provient bien du foie d’un animal transplanté sur l’homme, mais la vérité complète est, bien sûr, plus complexe et encore plus sinistre.

37Ces deux exemples nous permettent de mettre aussi en évidence le rôle général que joue dans le substrat professionnel la présence des objets professionnels, ici le dossier de l’avocat, le microscope et les lamelles du pathologiste, ailleurs l’enregistreur de vol de l’ingénieur aéronautique, etc. Ces objets ne servent pas, dans la FASP, à construire une sorte d’effet de réel, fondé sur leur caractère emblématique, comme ils le font souvent dans d’autres types de fiction. Ils sont reconnus, désignés par leur nom, décrits en termes techniques, etc. Ils sont, au sens propre, les parties intégrantes de l’histoire racontée, comme ils le sont du quotidien des professionnels représentés. Les détails qui sont donnés à leur propos ne sont pas gratuits, comme nous allons le voir avec l’extrait ci-dessous.

[Extrait 3]
The upper surface of the compartment was taken up by the underside of the APU, the turbine generator that served as the auxiliary power unit: a maze of semicircular pipes and white couplings wrapped around the main unit. Below was a cramped series of readout meters, rack slots, and black FCS boxes, each with the milled vanes for heat transfer. If there was a QAR in here as well, she might easily miss it; the QARs were only about eight inches square.
(Crichton, Airframe : 311)

38L’héroïne Casey Singleton est conduite, au cours de son enquête, à penser que l’avion accidenté comportait peut-être un équipement optionnel, une variété d’enregistreur de vol (QAR ou « Quick Access Recorder »), qui permettrait de savoir ce qui s’est passé plus rapidement que les enregistreurs classiques dont l’exploitation est longue et difficile. Elle part à la recherche de ce QAR dans l’appareil, équipée d’un matériel professionnel utilisé pour la maintenance (CD-Rom contenant les milliers de pages des manuels techniques de l’avion et casque d’affichage tête haute). L’extrait ci-dessus décrit l’une des étapes de la recherche, dont l’ensemble occupe plusieurs pages. La description des divers objets rencontrés au cours des diverses étapes n’est pas nécessaire à la progression de l’histoire, puisque seule l’éventuelle découverte peut avoir des conséquences sur l’intrigue, mais elle est nécessaire à la représentation réaliste du milieu professionnel, c’est-à-dire nécessaire au substrat professionnel.

39Il en va de même de la représentation précise et technique des actes professionnels. Si elle passe souvent par les dialogues entre professionnels (cockpit, poste de commandement, salle d’opération, etc.), elle peut aussi être intégrée dans la narration elle-même, en complémentarité avec les dialogues, comme on peut le voir dans l’extrait ci-dessous d’une scène d’autopsie :

[Extrait 4]
Then he incised the trachea, opening it down to the bifurcation into the lungs, which were expanded and pale white, instead of their normal pink-purple.
“Anaphylaxis,” Weston said. […]
Weston deftly followed the bronchi down into the lungs, then opened the pulmonary arteries and veins.
He moved on to the heart, which he opened by making two looping incisions into the right and left sides, exposing all four chambers. “Perfectly normal.” Then he opened the coronary arteries. They were normal too, patent with little atherosclerosis.
(Crichton, A Case of Need : 75-76)

40Dans ce roman, la seule nécessité véritable pour la suite de l’intrigue est la question de savoir si la victime était ou non enceinte, et les quelques pages consacrées à la description-narration détaillée de l’autopsie n’ont donc pas d’utilité dramatique immédiate, mais elles sont, là encore, une caractéristique du substrat professionnel. On remarquera que, en prolongeant cette tendance à l’extrême, on aboutirait à une fiction où l’intrigue s’effacerait devant le substrat professionnel, ou plutôt serait totalement, et non plus essentiellement, endogène. En d’autres termes, la FASP pourrait alors être dissociée du thriller traditionnel, n’aurait plus besoin de ses ressources et de ses structures. Si cet état extrême paraît peu envisageable pour des romans de fiction commerciale, il nous paraît toutefois être déjà atteint dans la fiction télévisuelle avec la série ER. Ce n’est sans doute pas un hasard si le créateur est en Michael Crichton, ainsi passé du thriller médical (A Case of Need), dont il a été l’un des premiers représentants, au thriller ultime (Airframe), au thriller dépassé (série ER).

41Au-delà de la mise en lumière des relations du substrat professionnel avec l’intrigue, les extraits 1 à 4 ci-dessus, cités un peu longuement, permettent d’illustrer la forte présence — on pourrait parler de prégnance — du substrat professionnel dans l’écriture elle-même, envisagée au niveau de la langue et du discours. C’est ce à quoi nous allons maintenant nous intéresser.

2.3. Le substrat professionnel dans la langue et le discours

  • 40 Nous abordons la question sous un autre angle, celui de l’intégration des discours spécifiques, dan (...)

42Nous nous contentons d’esquisser ici quelques éléments de réflexion portant sur les manifestations terminologiques et pragmatiques des discours professionnels dans la FASP40.

  • 41 Avec, en corollaire, la proposition, bien souvent entendue par les anglisticiens de spécialité, que (...)

43(i)-Il n’est sans doute pas étonnant que la manifestation la plus immédiatement visible du substrat professionnel dans les textes de la FASP soit terminologique. Ceci correspond en effet au préjugé commun qu’une langue de spécialité est une langue dont seuls les spécialistes connaissent et comprennent les termes41. L’un de ses aspects les plus spectaculaires est l’utilisation d’abréviations, sigles et acronymes. Nous en donnons un exemple simple :

[Extrait 5]
They returned to PD, raised the UHF aerial and transmitted on Channel 31, pausing every minute for 10 seconds to listen for the MPA homing in on the signal.
(Robinson, Kilo Class : 406-407)

44On notera que la densité peut en être plus élevée que ne montre ce bref extrait, particulièrement dans la FASP militaire et médicale. On trouvera en outre, dans les extraits 1 à 4 ci-dessus, quelques exemples de termes spécialisés. La présence de termes spécialisés a sans doute d’abord une valeur emblématique pour le lecteur, mais elle nous paraît, dans la FASP, dépasser cette seule fonction pour devenir une constante de l’écriture dont elle est une composante nécessaire parce qu’indissociable du substrat professionnel dans ses relations avec l’intrigue. On rejoint ici la réflexion proposée plus haut sur le rôle des objets dans la représentation du substrat professionnel. Les termes spécialisés ne sont pas, dans la FASP, limités à une utilisation stylistiquement stratégique, destinée à construire une sorte d’effet de réel, mais ils sont naturellement présents dans le texte partout où la narration le justifie, c’est-à-dire lorsque les personnages sont représentés dans leur milieu professionnel. La composante terminologique est donc totalement intégrée au texte de la FASP, qu’il s’agisse des parties narratives ou des passages de dialogue.

45(ii)-Les dialogues professionnels occupent généralement une place importante dans le texte et remplissent souvent des fonctions essentielles pour la progression de l’histoire. Ils représentent le discours professionnel en action. On distinguera essentiellement deux cas.

  • 42 Voir sur ce sujet la thèse de Mell (1992).

46Le premier concerne les échanges que l’on peut appeler procéduraux, bien connus des lecteurs (et des spectateurs), dont on trouve de nombreux exemples dans la FASP militaire ou technologique (échanges radio entre le pilote en vol et le contrôleur au sol42, échanges dans le poste de commandement d’un sous-marin, etc.), mais aussi médicale (par exemple présentation du cas par l’externe au chef de service) ou juridique (scènes de tribunal). On sait que leur spécificité réside dans le fait que la terminologie, la phraséologie, l’ordre des tours de parole, les modes d’adresse, et les autres mécanismes d’interaction verbale y sont spécifiés par avance, codifiés. On en observera quelques aspects dans l’extrait 6 ci-dessous.

[Extrait 6]
0431. “[…] Radio, standby for satcoms. Sonar, slowing down and continuing to PD. Be ready with active for snap shot.”
“Sonar, aye.”
“Radio, aye.”
0437. “Captain — sonar… new contact, bow arrays only. TA not established yet. Bearing red 83. Analyzing. Very faint aural. Not close. Track 2307. Tracking.”
“Captain, aye. Stand down snap attack. Left standard rudder. Steer zero-one-seven. […]”
(Robinson, Kilo Class : 113)

  • 43 Avec notamment les contraintes, rendues familières par le cinéma et la télévision, à respecter dans (...)
  • 44 Antécédents, etc., et, dans le contexte américain, la question rituelle sur l’assurance médicale.
  • 45 On trouvera des études ponctuelles concernant les domaine juridique et médical respectivement dans (...)

47On notera que les échanges procéduraux ne concernent pas les seuls dialogues entre professionnels, mais aussi entre professionnels et non professionnels comme dans la FASP juridique (interrogatoire et contre-interrogatoire d’un témoin par exemple43) ou médicale (interrogatoire d’un malade par exemple44)45.

48Le deuxième cas recouvre un ensemble d’autres dialogues entre professionnels, échanges informels, ordinaires, entre collègues de travail, tels que ceux qui précèdent ou suivent opérations chirurgicales, missions militaires, sessions du tribunal, etc. Ils sont généralement caractérisés par une certaine hétérogénéité de contenu et de style discursif. L’objet professionnel peut y être direct ou indirect et coexister avec des considérations personnelles (nouvelles de la famille, souvenirs de vacances, etc.), comme on le voit dans l’extrait suivant :

[Extrait 7]
“Hey, are you going to be around for the weekend?” Tom asked.
“Yeah, sure,” Kim said. “Why? What’s up?”
“I might have to go back in on that case you helped me with Tuesday,” Tom said. “There’s been some residual bleeding and unless it stops, my hand is forced. If that happens, I could use your assistance.”
“Just page me,” Kim said. “I’ll be available. My ex wanted the whole weekend. I think she’s seeing someone. Anyway, Becky and I will be hanging out together.”
(Cook, Toxin : 23)

  • 46 C’est là, nous semble-t-il, une différence essentielle entre le substrat professionnel et l’adstrat (...)

49Dans leur composante professionnelle ces échanges sont non procéduraux, en ce sens qu’ils ne sont pas régis par une codification de l’organisation pragmatique. Leur tonalité générale paraît moins technique, plus familière, même s’ils conservent certaines caractéristiques de technicité, notamment terminologique. Indépendamment de leur utilité pour la progression de l’intrigue, ces échanges apportent une contribution essentielle, quantitative et qualitative, à la représentation réaliste du discours professionnel, dans la mesure où ils constituent l’ordinaire de ce discours46.

3. De l’intérêt de la FASP pour l’anglais de spécialité

3.1. Un support d’enseignement pour les étudiants du secteur LANSAD

  • 47 La large diffusion de la FASP, qui permet de se procurer facilement les ouvrages, constitue un fact (...)
  • 48 On sera conforté dans cette idée par certaines indications parues dans la presse, tendant à montrer (...)
  • 49 Nous citerons, par exemple, le cas de Dale Brown, qui invite ainsi ses lecteurs à visiter son site (...)
  • 50 Voir, par exemple, Perrin (1990), Sturge Moore (1998).

50L’appartenance de la FASP au domaine de la fiction commerciale à succès international ne nous paraît pas sans intérêt pour en faire un support d’enseignement dans le secteur LANSAD. On peut penser en effet que les caractéristiques générales qui forment les bases de l’attractivité et du succès de la FASP, c’est-à-dire qui font de ces romans des « page-turners », s’appliquent tout autant à un public spécifique comme celui des étudiants LANSAD qu’à l’ensemble du public et constituent donc un facteur d’incitation à la lecture47, point non négligeable si l’on songe que ces étudiants n’ont généralement que peu de temps disponible pour lire de longs textes en anglais. Quant au substrat professionnel lui-même, il peut constituer un facteur renforçant l’attractivité pour un public qui n’est pas extérieur au domaine professionnel48. On peut penser en outre que la fiction constitue un bon point de départ, pour peu que l’on soit prêt à jouer le jeu, pour diverses activités à base de simulation, jeux de rôles, etc. On notera encore que l’existence de films adaptés de certains romans de la FASP constitue une source supplémentaire de possibilités pédagogiques variées, de même que l’existence de sites Web spécialisés, la possibilité de correspondre par courrier électronique avec l’auteur, etc49. Il nous semble donc que, comme n’importe quel support authentique50, et avec quelques avantages originaux, la FASP peut être intégrée dans une démarche pédagogique adaptée en fonction des divers paramètres habituels : âge et niveau (dans la discipline et en anglais) des étudiants, objectifs du cours (dosage entre l’anglais « général » et de spécialité, entre l’écrit et l’oral, etc.), possibilité de collaboration avec les enseignants des disciplines de spécialité, etc. Nous tentons dans ce qui suit d’esquisser quelques pistes pour montrer que, par sa nature même, la FASP se prête à des types d’exploitation variés, pouvant s’exercer aussi bien sur l’ensemble d’un texte que sur des extraits spécifiques, et portant sur divers aspects linguistiques, discursifs, ou disciplinaires.

  • 51 Il peut s’agir dans ce cas de l’ensemble d’un roman.

51Nous commencerons par évoquer les aspects disciplinaires. Il s’agit, dans ce cas, d’une exploitation spécifique de ce que l’on appellera, pour faire bref, le « fond », c’est-à-dire ce qui touche directement à la compétence de l’étudiant dans sa discipline, la forme précise que peut prendre cette activité dépendant évidemment largement de la nature de la collaboration avec l’enseignant de la spécialité, auquel il est clair que l’enseignant d’anglais ne saurait se substituer. Le postulat de base étant que les romans de la FASP donnent une représentation réaliste de scènes de la vie professionnelle, on pourra exploiter cette authenticité en utilisant la fiction pour sa valeur documentaire. On étudiera par exemple, en se fondant sur les informations données par le texte51, l’organisation interne d’un cabinet d’avocat (Grisham, The Firm, etc.), les procédures de sélection d’un jury (Grisham, The Runaway Jury), les procédures de contrôle technique des avions (Crichton, Airframe), etc., ce qui peut conduire à mettre en évidence les différences entre pratiques professionnelles nationales. On pourra aussi utiliser telle ou telle scène décrite pour en faire le point de départ de l’exploration d’un point de droit, d’un cas médical, etc. On voit que ces applications peuvent se prêter notamment à des exercices de production écrite et orale en anglais, de format spécifié (note de synthèse, étude de cas, présentation de cas, etc.).

  • 52 On trouve néanmoins également des représentations explicites de textes spécifiques (rapports, notes (...)

52Au-delà de son intérêt proprement linguistique de pratique de la langue étrangère, ce point nous conduit à envisager maintenant brièvement les aspects discursifs. Puisque l’un des traits de la FASP est qu’elle présente, comme on l’a dit, une forte composante de discours professionnel en action, elle peut être prise, là encore, comme représentation d’une pratique authentique. Cette pratique illustre surtout le discours oral52. On peut donc imaginer une exploitation portant sur des aspects pragmatiques du discours professionnel, notamment sur l’organisation des diverses routines conversationnelles, par exemple les échanges entre le pilote et le contrôleur, les modes d’adresse dans les scènes de procès, etc. Ce travail peut, là encore, donner lieu à des exercices variés.

  • 53 Encore plus riches en abréviations et sigles de toutes sortes sont les ouvrages de la catégorie mil (...)
  • 54 Mettant, par exemple, en jeu des questions de structuration du groupe nominal complexe, de motivati (...)

53En ce qui concerne enfin les aspects linguistiques, nous nous contenterons d’évoquer brièvement ceux qui touchent à la terminologie et, par exemple, au domaine déjà mentionné des abréviations, sigles et acronymes. On pourra notamment utiliser cette approche avec les étudiants du domaine médical, les ouvrages relevant de cette catégorie constituant une source assez riche53. Les possibilités sont, là encore, nombreuses. On pourra par exemple, après une phase initiale de recensement des occurrences présentes dans le segment de texte servant de support, s’attacher à un travail d’élucidation, qui permettra d’aborder, dans les limites des objectifs spécifiques que l’on aura fixés, d’autres phénomènes linguistiques54.

3.2. Un objet d’étude pour les étudiants en langues

54Nous commencerons par évoquer l’intérêt de la FASP pour les étudiants de langues étrangères appliquées, particulièrement ceux des options de traduction spécialisée. De façon générale, la FASP, par la place qu’elle accorde au substrat professionnel, à travers la représentation d’un milieu et d’un discours, comporte une valeur documentaire, à la fois culturelle et linguistique, non négligeable. Elle permet ainsi à la fois de se faire une idée de certains aspects du cadre professionnel et de se familiariser avec le lexique spécialisé. Nous ne proposons pas d’en faire un véritable support d’enseignement, mais plutôt un objet d’étude personnelle semi-guidée, d’où les étudiants peuvent tirer des observations susceptibles de renforcer les enseignements d’option. Nous nous contenterons d’évoquer quelques points particuliers pour illustrer notre propos.

55Dans certains cas, le paratexte comporte des éléments directement exploitables pour la réflexion des étudiants sur la spécificité du discours de spécialité. On en trouve notamment des exemples dans la FASP médicale. Nous commencerons par un extrait emprunté à un appendice de A Case of Need (Crichton) :

[Extrait 8]
X is the most important letter of the alphabet in medicine, because of its common use in abbreviations. Use ranges from the straightforward “Polio x3” for three polio vaccinations, to “Discharged to Ward X,” a common euphemism for the morgue. But there are many others: dx is diagnosis; px, prognosis; Rx, therapy; sx, symptoms; hx, history; mx, metastases; fx, fractures.
(406)

56On voit qu’il pourrait facilement trouver sa place dans un manuel sur le discours médical. L’extrait suivant est emprunté à Chromosome 6 (Cook), qui comporte, en fin de volume, un glossaire de 30 termes :

[Extrait 9]
Granuloma: A growth of a mixture of specialized cells as a result of chronic inflammation.

Histocompatibility: A state when two or more organisms can share organs or tissue (e.g., identical twins).
(573)

57L’étudiant pourra relier ce type d’élément (comme point de départ, illustration, objet d’analyse critique, etc.) à son travail terminologique habituel, dont on sait qu’il constitue une composante importante de la formation en traduction spécialisée.

  • 55 Nous tentons de reproduire l’effet visuel de l’original.

58Dans certains cas, la représentation du discours professionnel en action ne se limite pas aux échanges professionnels déjà évoqués, mais donne à voir des textes spécialisés tels que mémos, notes, rapports, etc., c’est-à-dire des textes que l’on pourrait dire internes au milieu professionnel. Ces textes peuvent, de ce fait, être d’un type peu familier aux étudiants, et la fiction permet donc une bonne observation d’un objet généralement peu accessible, dont le contrat générique de la FASP paraît garantir une certaine authenticité a priori. On notera que la présomption d’authenticité est souvent renforcée par une présentation matérielle qui distingue clairement ces textes (fictifs) du texte de la fiction : caractéristiques de mise en page, typographie, etc., comme on le voit dans l’extrait ci-dessous, représentant le texte d’un télex55 :



(Crichton, Aircraft : 146)

59On notera simplement que certains de ces textes spécialisés (notes, rapports, etc.) feront sans doute partie du propre quotidien professionnel de ces futurs traducteurs.

60Un autre aspect, particulièrement intéressant pour des études de traduction spécialisée, tient à l’existence de traductions des romans de la FASP dans les principales langues. On peut donc envisager de constituer un micro-corpus, bilingue ou multilingue, à partir de la version originale en anglais, de la version traduite en français, et de la version traduite en allemand, italien, espagnol, etc., d’un ou de plusieurs romans du domaine choisi. Ce corpus pourra donner lieu à divers types d’exploitation : terminologie bilingue ou multilingue, commentaire de traduction, etc.

  • 56 On sait par exemple que la très grande majorité des emplois de détachés du second degré (PRAG) et u (...)
  • 57 C’est-à-dire qui ne tombe pas dans la paraphrase ou l’illusion référentielle qui conduit à parler d (...)
  • 58 En ce sens, un texte de la FASP nous paraît constituer un objet plus immédiatement accessible, et a (...)

61Nous en venons maintenant aux étudiants spécialistes d’anglais, et notamment ceux qui se destinent à l’enseignement de l’anglais. Il peut paraître paradoxal que l’anglais de spécialité, qui représente une part très importante de l’anglais enseigné dans l’enseignement supérieur56, et dont la place dans la recherche en anglistique s’est aujourd’hui pleinement affirmée, soit généralement encore peu présent dans leurs cursus. On constate donc que, dans l’expérience de nombreux collègues enseignants d’anglais, l’anglais de spécialité est quelque chose à quoi l’on se forme soi-même, « sur le tas », lorsque le besoin s’en fait sentir, par exemple lorsque l’on est nommé dans un poste du secteur LANSAD. On tend alors souvent à l’aborder en se limitant dans un premier temps, parce qu’il faut parer au plus pressé, à l’anglais d’une spécialité, celle, précisément, qui correspond au secteur d’exercice. Il nous semble qu’il serait plus rationnel de proposer, dans la formation initiale des spécialistes d’anglais, par exemple au niveau de la licence, une initiation à l’anglais de spécialité en général. Mais il est vrai que la diversité même du domaine, tant en ce qui concerne les approches possibles (linguistique, didactique, culturelle, etc.) que les spécialités concernées, ne favorise sans doute pas la définition de ce que pourrait être le contenu d’une telle initiation. La tradition anglo-saxonne (« English for specific purposes ») paraît trop orientée par les questions d’enseignement et d’apprentissage pour constituer une introduction générale adaptée aux intérêts et aux préoccupations d’étudiants que leur cursus n’a pas conduits à développer une véritable réflexion sur ces questions, même à propos de l’anglais général. Nous pensons, en revanche, que la FASP présente un certain nombre de caractéristiques qui en font un objet adapté à cet objectif. La principale condition favorable nous paraît être qu’il s’agit de fiction. Ce point est important car la fiction correspond à un type textuel que les étudiants d’anglais connaissent bien, sur lequel ils ont l’habitude de travailler et pour l’étude duquel ils disposent d’un certain nombre d’outils analytiques. Nous ne suggérons pas, bien sûr, que l’on puisse fonder une initiation à l’anglais de spécialité sur des exercices de type littéraire, mais nous pensons qu’une bonne méthode d’explication de texte57 ne peut manquer de permettre à un étudiant confronté à un texte caractéristique de la FASP d’en identifier un certain nombre de spécificités formelles (lexicales, stylistiques, pragmatiques)58. Nous ne suggérons pas, non plus, que la FASP puisse, à elle seule, suffire à construire une initiation à l’anglais de spécialité, mais nous allons maintenant envisager quelques aspects de l’anglais de spécialité qu’elle peut permettre d’aborder.

  • 59 Ouvrages classiques, comme Lerat (1995), articles de réflexion, comme Humbley (1998) sur la termino (...)

62L’aspect le plus évident tient sans doute à l’utilisation d’un lexique spécialisé, ce qui conduit à mettre en lumière la composante lexico-terminologique de la langue et du discours de spécialité. Ce point a déjà été évoqué, mais, puisqu’il s’agit ici de spécialistes de langue, on pourra développer, à partir des textes, des considérations précises de morphologie lexicale (pseudo-morphèmes, quasi-morphèmes, etc.), introduire quelques concepts fondamentaux de terminologie (terme, dénomination, notion, etc.), réfléchir à la question de la définition en terminologie, s’intéresser à la question de la traduction des termes, etc. Au-delà de cette approche suscitée par la réalité textuelle, les étudiants seront invités à poursuivre leur travail d’initiation en se reportant aux études publiées59. On remarquera que cet aspect le plus évident est aussi le moins spécifique, puisque le même type d’approche pourrait être conduit à partir de n’importe quel texte de spécialité, sans toutefois les avantages du format de la FASP.

  • 60 Voir, par exemple, Moeschler et Reboul (1994 : ch. 18).
  • 61 Observation, enregistrement, transcription.
  • 62 Ou que l’on n’est pas sociologue !

63Un autre aspect évident résulte de ce que nous avons appelé la représentation du discours professionnel en action, ce qui conduit à mettre en lumière la dimension pragmatique du discours de spécialité, par exemple dans les échanges procéduraux déjà évoqués. On pourra l’analyser de façon précise, en introduisant quelques concepts fondamentaux et outils spécifiques d’analyse conversationnelle (incursion, transaction, fonction initiative, fonction réactive, etc.60). On remarquera que, à la différence du cas précédent, cet aspect constitue une spécificité de la FASP. Elle permet en effet ainsi l’accès direct, sous forme de texte écrit, à une pratique langagière essentiellement orale, dont l’étude, dans la réalité, nécessiterait une série d’opérations assez lourdes61. Enfin, grâce à la fiction, la langue et le discours de spécialité sont rattachés à des personnages, des situations, des objets, des enjeux, etc., bref à toute la diversité d’un milieu professionnel. Cet aspect, que l’on pourrait dire sociologique, de l’anglais de spécialité nous paraît trop souvent négligé au profit des aspects linguistiques, notamment lexico-terminologiques. Sans doute ceci est-il dû en partie à la difficulté pratique, dans la réalité, d’observer de l’intérieur un milieu professionnel donné lorsque l’on n’appartient pas à ce milieu62. La FASP peut, à cet égard, constituer une source documentaire, d’un statut certes particulier, mais permettant de se faire une idée des réalités qui constituent le cadre de la langue et du discours de spécialité, c’est-à-dire de l’ancrage socio-historique de ce discours. Quant à la valeur informative réelle de ces représentations, il nous semble que les étudiants d’anglais, habitués à travailler sur des textes littéraires et des documents de civilisation, sont en mesure d’en évaluer de façon critique l’authenticité et la fiabilité, en les croisant par exemple avec d’autres sources (presse, documents disponibles sur Internet, etc.). Mais ceci dépasse sans doute le cadre de l’initiation, et pourrait constituer un axe de travaux d’étude et de recherche.

3.3. Un objet de recherche en anglais de spécialité

64Il nous semble résulter de tout ce qui précède que la FASP constitue un objet de recherche pertinent pour l’anglistique de spécialité. Plusieurs des aspects sur lesquels nous avons esquissé une réflexion nous paraissent en effet indiquer des directions de recherche intéressantes, notamment sur les axes didactique, culturel, et linguistico-discursif. Quel que soit l’axe envisagé, une telle recherche nous paraît devoir intégrer dans sa démarche une interrogation fondamentale sur la valeur d’authenticité de la FASP en tant que représentation d’un substrat professionnel. C’est autour de cette interrogation que nous allons organiser les quelques réflexions qui suivent.

65Nous nous intéresserons d’abord aux diverses composantes de l’intrigue : personnages, lieux, événements, etc. Le statut de fiction en est clairement marqué, dans un certain nombre de romans, par une mention paratextuelle explicite, figurant sur la page de copyright, du type bien connu :

This is a work of fiction. Any similarity to actual persons, living or dead, or to any actual place, organization, or event is coincidental and purely a product of the author’s imagination. (Brown, Fatal Terrain)

  • 63 Dont le caractère formel doit sans doute être jugé adéquat par le service juridique de l’éditeur, m (...)
  • 64 On ne s’étonnera pas que ce texte figure dans un roman de Crichton, dont nous avons déjà signalé le (...)

66La FASP paraît donc, au vu du texte ci-dessus63, comparable à n’importe quelle œuvre de fiction. Sans remettre en question le rôle de l’imagination de l’auteur dans la création de cette fiction, il nous semble toutefois que la nature même du substrat professionnel, dont on a esquissé les grandes lignes, conduit à un équilibre particulier entre la composante imaginaire et celle qui provient du réel. C’est ce qu’exprime la citation ci-dessous, qui constitue un rare exemple de reconnaissance par le paratexte éditorial d’une spécificité du statut de fiction de la FASP64 :

Although based on real events, this is a work of fiction. Characters, companies, organizations and agencies in this novel are either the product of the author’s imagination or, if real, used fictitiously without any intent to describe their actual conduct. Descriptions of certain aircraft systems have been altered to protect proprietary information. Descriptions of real aircraft incidents involving Aloha Airlines, American Airlines, Continental Airlines, and USAir have been taken from the findings of the National Transportation Safety Board. (Crichton, Airframe)

67On voit, sans qu’il soit nécessaire de se livrer à une analyse détaillée de ce texte, que non seulement l’existence d’une base de réalité n’est pas niée, mais qu’elle est explicitement présentée comme une composante importante de la fiction, notamment pour ce qui concerne le substrat professionnel. Les rapports entre la réalité et la fiction ne se réduisent donc pas au simple principe affirmé d’une ressemblance fortuite, mais peuvent correspondre à diverses formes et divers degrés d’identification ou de ressemblance nécessaire au réel. Il nous semble que la nature du substrat professionnel crée à cet égard des contraintes particulières sur le processus même de création romanesque en tant qu’il crée de la fiction. Ceci nous paraît constituer un thème de recherche important si l’on veut aller plus loin dans la définition du genre.

  • 65 Bien qu’il puisse inclure, nous l’avons dit, certains types de textes spécialisés.

68Si l’on envisage maintenant la question du discours dans la FASP, on voit qu’il présente un statut particulier, hybride, qui l’apparente aux discours spécialisés, sans en faire pour autant un véritable discours spécialisé au sens habituel. Il comporte en effet un certain nombre de caractéristiques des discours spécialisés (terminologiques, phraséologiques, etc.), mais ne relève pas d’un genre ou d’un type reconnu de discours spécialisé65. Il nous semble que, là encore, la nature du substrat professionnel crée des contraintes particulières sur l’écriture romanesque, qui doit intégrer des éléments représentatifs des discours spécialisés. Ceci nous paraît constituer un autre thème de recherche important, pour aller plus loin à la fois dans la définition du genre et dans l’étude de ce qui fait la spécificité même des discours spécialisés.

Conclusion

69Nous sommes conscient de n’avoir pu, malgré la longueur de cette étude, que proposer une première approche, à la fois générale dans sa visée et inévitablement partielle dans les points de vue effectivement présentés, de la FASP. Nous avons parfois souligné, en regrettant de ne pouvoir les poursuivre, les perspectives que cet ensemble de textes ouvre dans de nombreux domaines : histoire et sociologie du bestseller, théorie du thriller, rapports de la fiction écrite et du film, etc. Il faudrait aussi envisager le genre du point de vue de l’histoire littéraire, préciser ses conditions d’apparition et de développement, tenter de déterminer s’il repose sur une réflexion théorique de ses praticiens (les auteurs), et ainsi de suite. Bref, il nous semble que la richesse et la diversité de cet objet foisonnant méritent assurément d’autres approches et d’autres études plus approfondies, que nous appelons de nos vœux. Nous espérons toutefois avoir réussi à convaincre nos lecteurs du bien-fondé de nos deux postulats, à savoir qu’il existe un genre de fiction dont les caractéristiques justifient l’appellation de fiction à substrat professionnel, et que ce genre offre un intérêt réel pour l’anglistique de spécialité. Il est sans doute irrévérencieux d’ajouter que c’est, pour un chercheur, un plaisir particulier que de pouvoir se donner comme objet d’étude, au degré n, des textes qui sont, au premier degré, des « page-turners of the first order ».

Haut de page

Bibliographie

Références du corpus 66

Aaron, David. 1988 [1987]. State Scarlet. Pocket Books.

Baldacci, David. 1997 [1996]. Absolute Power. Pocket Books.

Brown, Dale. 1998 [1997]. Fatal Terrain. HarperCollins.

Clancy, Tom. 1986 [1984]. The Hunt for Red October. Fontana/Collins.

Clancy, Tom. 1988 [1986]. Red Storm Rising. Fontana/Collins.

Clancy, Tom & Steve Pieczenik. 1998 [1998]. Tom Clancy’s Net Force. Headline.

Clancy, Tom & Steve Pieczenik. 1998 [1998]. Tom Clancy’s Op-Center: Balance of Power. Berkley,.

Cook, Robin. 1997 [1997]. Chromosome 6. Pan.

Cook, Robin. 1998 [1998]. Toxin. Berkley.

Crichton, Michael. 1969 [1968]. A Case of Need. Signet.

Crichton, Michael. 1993 [1969]. The Andromeda Strain. Ballantine.

Crichton, Michael. 1997 [1996]. Airframe. Ballantine.

Davis, Rankin. 1998 [1997]. Hung Jury. Coronet.

Grisham, John. 1993 [1991]. The Firm. Arrow.

Grisham, John. 1995 [1995]. The Rainmaker. BCA.

Grisham, John. 1996 [1996]. The Runaway Jury. BCA.

Grisham, John. 1997 [1997]. The Partner. BCA.

Martini, Steve. 1999 [1998]. Critical Mass. Headline.

Nichol, John. 1999 [1998]. Exclusion Zone. Coronet.

Robinson, Patrick. 1998 [1998]. Kilo Class. Arrow.

Références bibliographiques

Ashley, Bob (dir.). 1997. Reading Popular Narrative. A Source Book. Londres : Leicester University Press.

Genette, Gérard.1987. Seuils, Paris : Seuil.

Gibbons, John (dir.). 1994. Language and the Law. Londres : Longman.

Gunnarsson, Britt-Louise et al. (dir.). 1997. The Construction of Professional Discourse. Londres : Longman.

Humbley, John. 1998. « Le terminologue et le spécialiste du domaine ». ASp, 19-22, 137-149.

Lerat, Pierre.1995. Les langues spécialisées. Paris : Presses Universitaires de France.

McCracken, Scott. 1998. Pulp. Reading popular fiction. Manchester : Manchester University Press.

Mell, Jeremy. 1992. « Étude des communications verbales entre pilote et contrôleur en situation standard et non-standard ». Thèse de doctorat, Université de Toulouse Le Mirail.

Moeschler, Jacques et Anne Reboul. 1994. Dictionnaire encyclopédique de pragmatique. Paris : Seuil.

Palmer, Jerry. 1978. Thrillers: Genesis and Structure of a Popular Genre. Londres : Edward Arnold.

Perrin, Michel. 1990. « De l’utilisation ‘communicative’ des documents authentiques ». In Perrin et Delorme (dir).), Langue de spécialité/Langue pour le spécialiste : du linguistique au didactique, Université Bordeaux 2 : GERAS éditeur, 19-34.

Petit, Michel. 1999. « De l’intégration des discours spécifiques dans la fiction à substrat professionnel ». Communication (non publiée) au 39e Congrès de la SAES, Chambéry, mai 1999.

Petit, Michel. 2000. « Le paratexte dans la fiction à substrat professionnel ». Bulletin de la Société de stylistique anglaise 2000, 173-195.

Sturge Moore, Olivier. 1998. « De l’utilisation des documents authentiques ». ASp 19-22, 453-458.

Trouillon, Jean-Louis. 1998. « Langue de spécialité et noms propres : comparaison des noms de matériels militaires britanniques et américains ». ASp 19-22, 209-225.

Haut de page

Notes

1 1 Suivis, dans un certain nombre de cas, de succès cinématographiques. On songera, par exemple, à The Hunt for Red October (d’après Clancy, avec Sean Connery) ou The Firm (d’après Grisham, avec Tom Cruise).

2 2 On trouve également le terme plus spécifique de « aviation thriller » pour les ouvrages de cet auteur.

3 3 Cet acronyme, que nous utiliserons désormais dans le texte de cette étude, présente, outre l’avantage de la concision, celui d’évoquer immédiatement l’anglais de spécialité par référence au sigle ASP (écrit ASp dans le titre de la revue du GERAS), version française commode de l’international ESP (English for Specific Purposes).

4 The Hunt for Red October, par exemple, date de 1986, The Firm de 1991. On notera que les premiers succès de Michael Crichton sont plus anciens (A Case of Need, publié sous le nom de Jeffery Hudson, date par exemple de 1968), mais cet auteur nous paraît justement être un cas particulier dans la FASP. Cf infra 2.2.

5 Sur le paratexte, voir Genette (1987) ; sur le paratexte dans la FASP, voir Petit (2000).

6 C’est-à-dire au sens de discours scientifique, discours médical, discours juridique, etc., sous leurs diverses formes (manuels, articles de recherche, articles de « vulgarisation », etc.).

7 Nous parlerons désormais d’étudiants du secteur LANSAD (langues pour les spécialistes d’autres disciplines), suivant l’usage. L’intérêt spécifique pour ces étudiants concerne la discipline dont ils sont spécialistes.

8 Par opposition à la « vraie » littérature ou littérature « sérieuse ». On trouvera dans Ashley (1997) une discussion des fondements de cette distinction et une présentation des approches universitaires de ce type de littérature. Voir aussi McCracken (1998).

9 On voit que, dans le domaine de la fiction commerciale, le quantitatif n’est pas sans rapport avec le qualitatif.

10 Par comparaison, The Andromeda Strain (Crichton) apparaît comme un « petit » bestseller : « More than 1.5 million copies in print! » (1e page de couverture d’une édition de poche de 1993, mais le roman date de 1969).

11 On trouvera d’intéressants éléments de réflexion dans le texte au titre évocateur, « Reading by numbers: contemporary publishing and popular fiction », de Worpole (in Ashley 1997 : 5-9).

12 Cf infra 1.2.

13 Cf infra 1.3.

14 « The publishing industry has become one of the brightest jewels in the otherwise tarnished crown of entrepreneurial capitalism. It remains one of the few industries where fortunes can still be made overnight. » (Worpole, in Ashley 1997  6)

15 Qui se traduit par exemple par la grande diffusion internationale des séries télévisées et des films américains. Dans les domaines qui nous concernent, on ne compte plus les scènes de tribunal, d’hôpital, etc., vues dans ces films et ces séries.

16 Comme un autre genre à succès, le roman d’espionnage.

17 Ainsi la classification en auteur américain ou auteur britannique ne paraît-elle guère pertinente dans un cas comme celui de Patrick Robinson, né en Angleterre dans le Kent, vivant en Irlande et aux États-Unis, et dont les deux premiers romans à succès, Nimitz Class et Kilo Class, concernent à titre principal la marine américaine.

18 Pour les parties narratives, en effet, elle se traduit surtout dans les quelques différences habituellement recensées (orthographe de quelques catégories de mots, emploi de certains modaux, etc.).

19 On notera que le réseau peut être renforcé par la référence aux films à succès tirés de ces ouvrages.

20 On peut d’ailleurs s’interroger, au vu du nombre d’ouvrages ou d’auteurs dont le paratexte indique qu’ils sont numéro un, sur les données qui fondent cette revendication.

21 On notera que, si le deuxième ouvrage connaît un succès important, les nouvelles éditions ou les nouveaux tirages du premier succès comportent à leur tour la mention du deuxième succès, etc.

22 Le génitif du titre et la mention « created by… » conduisent à s’interroger sur la façon dont le concept d’auteur est ici envisagé. On trouve en outre, en page intérieure, une note, signée de Tom Clancy, exprimant à la première personne du pluriel des remerciements aux contributeurs et se concluant par la phrase suivante : « But most important, it is for you, my readers, to determine how successful our collective endeavor has been. » La question est bien de savoir qui a effectivement écrit le livre.

23 On songera par exemple à P. D. James parfois présentée comme la nouvelle Agatha Christie, ou encore à Peter Tremayne, donné, avec ses « Celtic Mysteries », comme un sérieux concurrent des « Mediaeval Whodunnits » de Ellis Peters, etc.

24 On notera que l’on ne sait pas d’où provient ce jugement de Grisham sur Martini.

25 L’argument paraît dans les deux cas assez paradoxal : respectivement « aussi bon que le meilleur » et « le meilleur, de l’aveu même du meilleur ».

26 De même que Clancy dans l’exemple précédent. Pour Aaron en revanche, dont la carrière d’auteur à succès ne paraît pas s’être poursuivie, la comparaison est sans doute trop flatteuse.

27 Extrait de presse.

28 Cette indication figure dans le paratexte de The Firm, mais, dans les romans ultérieurs, les faits sont présentés de façon un peu différente, puisque c’est à partir du succès de The Firm que Grisham est censé s’être consacré à l’écriture à plein temps.

29 Nichol est également co-auteur (avec John Peters) de deux ouvrages de non-fiction intitulés Tornado Down et Team Tornado. Le paratexte mentionne en outre son activité journalistique et de consultant en matière militaire.

30 « An independent businessman, he is also an avid war-gamer and computer enthusiast. »

31 Il s’agit en fait d’un thriller politico-policier. L’extrait suivant (4e page de couv.) donnera une idée de l’intrigue : « a vicious murder involving the US President and a cover-up orchestrated by his zealously loyal Chief of Staff and the Secret Service. But, unknown to the President and his lackeys, one unlikely witness saw everything. »

32 Sur cette seule base, on pourrait en effet être conduit à inclure dans la FASP les auteurs universitaires de romans du genre « academic novel », ou encore un auteur comme John Le Carré, qui a travaillé un temps pour les services de renseignements, etc., et à en exclure, au contraire, un auteur comme Crichton, lorsqu’il n’écrit pas des thrillers médicaux.

33 Nous nous contentons de rappeler ici une définition lexicographique standard du thriller, « a book, film, play, etc., depicting crime, mystery, or espionage in an atmosphere of excitement and suspense » (Collins English Dictionary 1986). Notre propos visant essentiellement la dimension exprimée par l’adjectif « spécialisés » dans l’expression « thrillers spécialisés », nous ne développons pas dans la présente étude une réflexion détaillée sur le concept de thriller (voir par exemple Palmer 1978), qui pourrait être envisagé en termes de structures narratives, idéologiques, etc.

34 Nous distinguons le point de départ de l’histoire et le point de départ de la narration elle-même, souvent destiné à introduire les personnages, le cadre, etc. Ce point ne sera pas développé ici.

35 Ou « mystery thriller », variété de roman policier.

36 On trouvera plus loin dans cette même section un résumé succinct de ce roman.

37 Cette diversité est sans doute en grande partie à la base du succès de certaines séries télévisées à héros récurrent. Une partie de l’intérêt tient alors à la capacité de l’enquêteur à comprendre ce milieu pour découvrir l’identité de l’assassin. On notera que, dans la FASP, avec certaines exceptions pour le thriller militaire, le personnage central n’est pas généralement un héros récurrent.

38 Cette restriction s’expliquera à la fin de la présente section.

39 Il s’agit évidemment d’une représentation du réel.

40 Nous abordons la question sous un autre angle, celui de l’intégration des discours spécifiques, dans une autre étude (Petit 1999).

41 Avec, en corollaire, la proposition, bien souvent entendue par les anglisticiens de spécialité, que « l’anglais de spécialité, ce n’est pas difficile, il suffit de connaître une centaine/quelques centaines de mots ».

42 Voir sur ce sujet la thèse de Mell (1992).

43 Avec notamment les contraintes, rendues familières par le cinéma et la télévision, à respecter dans la formulation des questions, sous peine d’objection de la partie adverse.

44 Antécédents, etc., et, dans le contexte américain, la question rituelle sur l’assurance médicale.

45 On trouvera des études ponctuelles concernant les domaine juridique et médical respectivement dans Gibbons (1994) et Gunnarsson et al. (1997).

46 C’est là, nous semble-t-il, une différence essentielle entre le substrat professionnel et l’adstrat professionnel, où le discours professionnel est surtout représenté par les éléments, plus spectaculaires, des échanges procéduraux.

47 La large diffusion de la FASP, qui permet de se procurer facilement les ouvrages, constitue un facteur facilitant.

48 On sera conforté dans cette idée par certaines indications parues dans la presse, tendant à montrer que la série télévisée ER est particulièrement suivie et appréciée par le milieu médical et para-médical.

49 Nous citerons, par exemple, le cas de Dale Brown, qui invite ainsi ses lecteurs à visiter son site Web (http://www.Megafortress.com), ou à lui écrire (ReaderMail@Megafortress.com).

50 Voir, par exemple, Perrin (1990), Sturge Moore (1998).

51 Il peut s’agir dans ce cas de l’ensemble d’un roman.

52 On trouve néanmoins également des représentations explicites de textes spécifiques (rapports, notes, etc.) dans certains romans. Sur ce point, voir Petit (2000).

53 Encore plus riches en abréviations et sigles de toutes sortes sont les ouvrages de la catégorie militaire, mais le public LANSAD concerné est évidemment très limité.

54 Mettant, par exemple, en jeu des questions de structuration du groupe nominal complexe, de motivation linguistique, de traduction, etc.

55 Nous tentons de reproduire l’effet visuel de l’original.

56 On sait par exemple que la très grande majorité des emplois de détachés du second degré (PRAG) et une part croissante des emplois de maîtres de conférences qui sont aujourd’hui publiés concernent le secteur LANSAD (facultés des sciences, de médecine, de droit, IUT, IUP, etc.).

57 C’est-à-dire qui ne tombe pas dans la paraphrase ou l’illusion référentielle qui conduit à parler de la psychologie des personnages, etc., mais s’attache à la substance textuelle elle-même.

58 En ce sens, un texte de la FASP nous paraît constituer un objet plus immédiatement accessible, et analysable, qu’un article de recherche, une notice technique, ou même un article de vulgarisation, types textuels dont l’étrangeté totale rend l’abord incertain.

59 Ouvrages classiques, comme Lerat (1995), articles de réflexion, comme Humbley (1998) sur la terminologie, études « pointues », comme Trouillon (1998) sur les matériels militaires, etc. (Cet article de Trouillon nous suggère d’ailleurs une piste d’utilisation comparative de la FASP militaire britannique et américaine, par exemple Nichol et Brown.)

60 Voir, par exemple, Moeschler et Reboul (1994 : ch. 18).

61 Observation, enregistrement, transcription.

62 Ou que l’on n’est pas sociologue !

63 Dont le caractère formel doit sans doute être jugé adéquat par le service juridique de l’éditeur, malgré ses insuffisances manifestes.

64 On ne s’étonnera pas que ce texte figure dans un roman de Crichton, dont nous avons déjà signalé le statut exemplaire à nos yeux pour l’étude de la FASP.

65 Bien qu’il puisse inclure, nous l’avons dit, certains types de textes spécialisés.

66 Nous nous limitons aux ouvrages cités, qui ne donnent donc qu’une idée très partielle de la richesse de la production de la FASP. Cette liste inclut d’ailleurs certains ouvrages qui ne nous paraissent pas relever véritablement de la FASP, comme on l’a suggéré dans le corps de l’étude. On soulignera d’autre part que les avatars éditoriaux de la FASP sont nombreux, et nécessiteraient une étude bibliographique poussée des différentes éditions, reliées ou de poche, destinées au marché américain ou européen, etc. Il est même parfois difficile de retrouver le lieu de publication. Nous nous contentons de donner l’éditeur et la date de l’édition que nous utilisons, ainsi que, entre crochets, la date de copyright.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://asp.revues.org/docannexe/image/2325/img-1.png
Fichier image/png, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Petit, « La fiction à substrat professionnel : une autre voie d’accès à l’anglais de spécialité », ASp, 23-26 | 1999, 57-81.

Référence électronique

Michel Petit, « La fiction à substrat professionnel : une autre voie d’accès à l’anglais de spécialité », ASp [En ligne], 23-26 | 1999, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://asp.revues.org/2325 ; DOI : 10.4000/asp.2325

Haut de page

Auteur

Michel Petit

Michel Petit, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’anglais, est maître de conférences à l’École normale supérieure de Cachan où il enseigne la linguistique et l’anglais de spécialité. Son domaine de recherche porte principalement sur l’analyse linguistique des discours spécifiques. michel.petit@lv.u-bordeaux2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org