Navigation – Plan du site

Éditorial

Michel Petit
p. 1-2

Texte intégral

Bon anniversaire, ASp !

1Le GERAS s’apprête à célébrer, lors de son XXIVe Colloque, accueilli à l’Université du Havre du 20 au 22 mars 2003, le dixième anniversaire de sa revue, ASp, dont les lecteurs de la première heure se rappelleront que le numéro 1 leur fut présenté à Grenoble lors du XIVe Colloque. Le Président Michel Perrin n’hésitait pas à placer la barre de l’ambition collective du GERAS que concrétisait cette création à la hauteur de l’enjeu qu’elle représentait pour l’anglistique de spécialité en France, en écrivant, dans l’éditorial qu’il y signait sous le titre « Bulletin de naissance » :

Le temps paraît mûr pour lancer, en France, le pendant de ce qu’est dans le monde anglophone la revue English for Specific Purposes. Tous les anglicistes qui ont choisi et choisiront la langue de spécialité comme terrain de recherche disposent désormais, avec ASp, de l’organe régulier d’expression qui leur faisait défaut.

2Dix ans donc et déjà 35 numéros (5 volumes simples, 1 double, 1 triple, 6 quadruples), 5 274 pages, 383 textes, près de 200 auteurs… Ces premiers chiffres parlent d’eux-mêmes et témoignent que la revue a bien rempli le rôle organique qui lui était assigné par son fondateur. Ils ne disent pas directement toutefois la diversité des auteurs, de leurs approches, de leurs orientations, de leurs terrains de recherche et de réflexion, ni donc l’étendue du champ couvert par ces dix années de publication. Ce champ d’étude et de recherche, les lecteurs fidèles auront pu l’apprécier et sans doute le voir évoluer au fil des numéros, en mesurant la portée des contributions de la revue. Mais plutôt que de continuer à feuilleter l’album des dix premières années, je voudrais évoquer le présent et bien sûr l’avenir d’ASp.

Les évolutions engagées

3Les évolutions engagées, qui concernent l’identité d’ASp, à la fois son identité visuelle et son identité éditoriale, concrétisent la première phase de mise en œuvre des recommandations du groupe de travail constitué selon les souhaits de l’Assemblée générale de Bordeaux (2001), présentées à l’Assemblée générale de Lyon (2002).

4(i)- Sans renoncer à la relation fondatrice qui unit la revue aux colloque du GERAS, puisqu’ASp est bien, et est fière d’être, la revue du GERAS, notre souhait est d’y renforcer progressivement la part des textes d’autres origines. La revue a ainsi pour ambition de n’être plus seulement, ou plus essentiellement, le lieu de publication naturel de textes issus de communications prononcées lors des colloques du GERAS, mais également un lieu naturel de publication de textes issus d’autres rencontres de recherche organisées par des membres du GERAS, ainsi qu’un lieu privilégié de publication d’articles originaux en rapport avec notre domaine (hors thème ou sur thème annoncé). Un effort particulier reste à faire en ce qui concerne cette dernière catégorie, que nous espérons pouvoir développer par l’annonce prochaine d’un programme de numéros thématiques. Pour l’instant, je me contente de profiter de l’occasion de cet éditorial pour lancer un appel permanent à contributions, aux membres du GERAS bien sûr, mais aussi à tous les autres lecteurs d’ASp. Les suggestions de thèmes susceptibles de faire l’objet d’un numéro spécial peuvent également être adressées à tout instant à la rédaction.

5(ii)- Les instances de direction d’ASp, dont on trouvera la composition dans les pages de ce numéro, ont fait l’objet de quelques aménagements. La direction en est toujours assurée par le Président du GERAS agissant ès qualités comme rédacteur en chef (sans doute pourra-t-on envisager de dissocier les deux fonctions, comme cela paraît être le cas dans nombre d’autres associations de même nature), assisté d’un rédacteur en chef adjoint et d’un secrétariat de rédaction et s’appuyant sur un Conseil de direction et un Comité scientifique international mis à jour. Je tiens à remercier très vivement tous les collègues de ces instances pour leur contribution essentielle à la vie d’ASp.

6(iii)- Les procédures ont été revues dans le sens d’une plus grande conformité avec la pratique courante dans les revues internationales de référence. Tous les textes adressés à la rédaction sont désormais soumis sous forme anonyme à deux lecteurs-évaluateurs, qui remplissent les rubriques d’une fiche d’évaluation et rédigent librement conclusions et recommandations. Les fiches et les recommandations sont adressées aux auteurs, en même temps que les exemplaires annotés de leur texte et la décision des instances de la revue. La rédaction tient à souligner le professionnalisme bénévole de tous les lecteurs-évaluateurs, qui donnent si généreusement de leur temps pour lire et évaluer en détail les textes qu’elle leur adresse et rédiger des commentaires, de plusieurs pages parfois, tellement précieux pour les auteurs et pour la rédaction. Je leur exprime, au nom des instances d’ASp et du GERAS, de très sincères remerciements. Je remercie bien sûr aussi les auteurs, qui nous font la confiance de nous soumettre leurs textes, et qui se prêtent de bonne grâce aux contraintes de la procédure, lourde et exigeante, mais dont ils savent bien qu’elle contribue à renforcer la réputation de notre revue.

7(iv)- Les numéros d’ASp comportent désormais, on l’aura vu en couverture intérieure, une présentation de la politique éditoriale de la revue, qui s’efforce de préciser la typologie des textes que nous souhaitons publier. La distinction entre « articles » et « notes », en vigueur dans nombre de revues internationales, permet de proposer des formats différents, adaptés à l’objet traité. On a également tenté de préciser, dans chaque format, les principales orientations en termes de visée : textes de recherche, textes de synthèse ou de réflexion, etc. Il nous semble que ce dispositif est de nature à permettre une meilleure perception et une meilleure appréciation de la nature des contributions publiées, tout en permettant à ASp, la revue du GERAS de concourir pleinement à la mise en œuvre des buts du GERAS, tels qu’ils sont fixés par l’article 2 de ses statuts, en jouant tout à la fois le rôle général de revue d’anglais de spécialité et le rôle particulier de revue de recherche en anglais de spécialité, terme sur la définition duquel il faut sans doute revenir.

Qu’est ce que l’anglais de spécialité ?

8Si la réalité institutionnelle de l’anglais de spécialité paraît à peu près, bien que non exclusivement, cernée par la référence à l’anglais du secteur LANSAD (langues pour spécialistes d’autres disciplines), la réalité épistémologique de l’anglais de spécialité comme discipline de l’anglistique est sans doute moins bien circonscrite. Il me semble que ceci n’est pas sans rapport avec le fait que l’anglais de spécialité ne figure que très rarement en tant que tel dans la formation des spécialistes d’anglais. Nous avons tenté avec Monique Mémet, aujourd’hui rédacteur en chef adjoint d’ASp, dans l’Avant-Propos de L’anglais de spécialité en France. Mélanges en l’honneur de Michel Perrin (2001, GERAS éditeur), d’esquisser quelques éléments de définition, en distinguant le secteur d’enseignement et le domaine de recherche. À propos du premier, nous le reconnaissions comme « délimité à la fois par la nature des composantes ou des établissements […] et celle des publics ». Du second nous écrivions que « ce qui fait l’unité de notre domaine de recherche, c’est, nous semble-t-il, que tous travaillent sur un même matériau brut, une même donnée première : un champ de réalité humaine spécifié par une langue (l’anglais) et délimité par une variable (la spécialité) » (Peut-être aurait-il fallu dire d’ailleurs « délimité par une langue » et « spécifié par une variable » ?). Il paraît souhaitable, pour aller plus loin, de chercher maintenant à fixer une définition unifiée de l’anglais de spécialité comme discipline. Il me semble que les spécialistes d’anglais de spécialité que sont les membres du GERAS et les lecteurs d’ASp pourraient se saisir de la question, et je voudrais lancer cette réflexion en proposant ici la définition (de travail) suivante : « L’anglais de spécialité est la branche de l’anglistique qui traite de la langue, du discours et de la culture des communautés professionnelles et groupes sociaux spécialisés anglophones et de l’enseignement de cet objet. ». Il faut dire que la question de définition de l’anglais de spécialité n’est pas seulement théorique mais bien aussi pratique. La rédaction d’ASp et les lecteurs-évaluateurs, de même que les organisateurs des colloques du GERAS, se trouvent souvent confrontés à la question de savoir si, et en quoi, telle proposition d’article ou de communication relève bien de l’anglais de spécialité, ou est pertinente pour l’anglais de spécialité. Quant à cette dernière catégorie de travaux, leur pertinence pour notre discipline doit, bien sûr, être argumentée.

Les numéros de l’année 2002

9J’en viens maintenant, pour conclure ce déjà long éditorial, à la présentation des numéros d’ASp de l’année 2002. Nous aurions aimé, comme je l’écrivais dans l’éditorial du numéro 31-33 il y a un an jour pour jour, que les numéros publiés au titre de l’année 2002 puissent l’être en 2002. Cela n’aura pas été possible pour un ensemble de raisons – parmi lesquelles la mise en place des nouvelles procédures évoquées plus haut et la mise en œuvre des modifications apportées à la présentation de la revue (qui emporteront, je l’espère, l’adhésion des lecteurs) –, mais l’objectif de faire coïncider l’année de référence et l’année de parution effective reste prioritaire.

10Le présent numéro double, 35-36, est essentiellement constitué d’articles et de notes issus de communications prononcées lors des XXIIe et XXIIIe Colloques du GERAS, respectivement Bordeaux, sur le thème « Médiation(s) », et Lyon, sur le thème « Modèle(s) ». La distinction entre articles et notes n’a pas été formalisée dans ce numéro, non plus que celle qui concerne la visée des textes, puisque le texte de cadrage de la politique éditoriale est publié ici pour la première fois. On reconnaîtra néanmoins que l’ordre des textes obéit à un principe d’ensemble de structuration « en miroir », qui va du général au particulier sur l’axe linguistique / analyse de discours et du particulier au général sur l’axe didactique. On constatera dans le détail la richesse de ce numéro, où l’on trouvera de la théorie et des résultats de recherche, des réflexions méthodologiques et praxéologiques, des comptes rendus d’expérience, des études approfondies portant sur plusieurs domaines de spécialité, etc.

11Le numéro suivant est aussi un numéro double, 37-38. Il relève, comme le numéro 34 sur l’évaluation publié au titre de l’année 2001, sous la responsabilité des rédactrices déléguées Marie-Hélène Fries-Verdeil et Josiane Hay, de la catégorie des numéros thématiques. Il comporte deux sections thématiques, l’une consacrée à la rédactologie, préparée sous la responsabilité des rédacteurs délégués Sue Birch-Bécaas, Ray Cooke et Claude Sionis, l’autre aux situations d’apprentissage, sous la responsabilité de Jennifer Walski.

12Il me reste à remercier à nouveau toutes celles et tous ceux grâce à qui cette nouvelle parution d’ASp a été préparée et réalisée, à espérer que toujours plus nombreux seront les membres du GERAS et les autres lecteurs prêts à la soutenir par la souscription d’un abonnement individuel et à l’enrichir par l’envoi de leurs propositions d’articles, de notes, de recensions et comptes rendus, et à souhaiter à tous les lecteurs d’ASp une bonne et fructueuse lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Petit, « Éditorial », ASp, 35-36 | 2002, 1-2.

Référence électronique

Michel Petit, « Éditorial », ASp [En ligne], 35-36 | 2002, mis en ligne le 26 juillet 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://asp.revues.org/1552

Haut de page

Auteur

Michel Petit

Michel Petit, Professeur à l’Université Victor Segalen Bordeaux 2. michel.petit@lv.u-bordeaux2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • Revues.org